Partagez | 
 

 Un jour funeste [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Un jour funeste [PV]   Dim 22 Jan - 18:50







Ivan Dragunov






Ce jour va être un moment funeste pour la marine et un pas vers l'avant pour la révolution...













Aujourd'hui le temps est agréable, le soleil réchauffe le monde, Logue Town est particulièrement animé, la populace se promène et ne semble pas se soucier de la température, pourtant ce jour va être funeste pour les marines. C'est vrai qu'il fait très chaud en ce moment, presque tout le monde se balade léger, ne portant que le strict minimum en tenu et je suis surement le seul homme dans tout Logue Town à me promener avec mon costard et ainsi une veste de la marine, casquette compris, ah ? Je ne vous ais pas dit le pourquoi ? Il y a quelques jours j'ai reçu une mission assez délicat, en réalité c'est tendu comme mission, mais ils m'ont bien annoncé que j'étais le seul à pouvoir l'accomplir sans trop de difficulté, je n'aime guère les surprises et celui-ci en fait partie, infiltrer le QG de la marine et détruire de l'intérieur, dire c'est facile, mais le faire c'est tout autre chose, enfin bref...

Me voila au point où j'en suis, lorsque je suis descendu d'un navire commerçant, enfin mes camarades m'attendent à l'intérieur, j'ai traversé le port sans trop d'encombre, le seul souci c'est qu'il y a énormément de monde, surtout les chasseurs de primes, eux je ne les aimes pas du tout, ils sont comment dire... Vicieux, vous ne savez pas de quoi ils sont capables quand il s'agit de monnaie. J'ai fait mine de rien, en prenant soin de cacher mon regard avec mes lunettes de soleil et bien entendu rentrer mes longs cheveux, c'est pas facile de les faire entrer, les femmes de la marine doivent avoir une technique pour ça je pense, mais elles ont un certain charme de ce coté, mais je préfère les demoiselles de mon ile natale. Je n'ai pas eu de problème pour traverser cette foule car ceci n'est qu'éphémère, à présent je traverse la rue qui doit me mener vers la place principale, là où j'ai entendu dire que le seigneur des pirates serrait mort dans ce lieu, une espèce de trophée pour les marines témoignant leur autorité, mais pour moi c'est un lieu historique. Avant que j'atteigne cette place j'arrive pas loin d'un bâtiment de la marine où je remarque une forte concentration de chasseurs de prime, je le vois bien car il y a l'emblème de la marine juste au-dessus de l'entrée, que vais-je faire ? J'ai hésité pour venir pointer mon nez dedans et demander la direction du GQ de la marine, mon idée est simple, montrer mon visage et parler avec un matelot en mettant la pression avec mon talent de comédien, j'ai toujours rêvé de jouer comédien et ceci est quelque peu paradoxe. Pour comprendre la situation actuelle avec la marine et le gouvernement mis en place ces membres ont peur d'une visite d'un inspecteur de la marine, c'est le rôle que je joue dans cet histoire, la visite de tel personne est pris au sérieux, par peur de perdre leur poste, ils savent qu'ils n'ont pas le droit à l'échec et doivent être sur leur garde. Très bien on va commencer par là, je vais voir les petits marines dans ce bâtiment.

Je pénètre donc à l'intérieur et je vois qu'il y a pas mal de demande d'arrestation un peu partout, des chasseurs de prime qui viennent pour regarder les affiches et en arrachent quelques une, d'autres arrivent avec leurs proies et les présentes face à quelques marines qui doivent remettre la récompense. Quant à moi je me présente directement devant un comptoir et je demande directement et sur un ton calme et direct:

"Ou est le QG de cet ile ?"

"Heu... Vous êtes monsieur..."

"Où... est...il ?" dis-je en accentuant un peu ma voix menacent

"heu... continuez sur cette rue, arriver sur la grande place vous devez voir un immense bâtiment blanc avec notre emblème... Attendez... ne me dites pas que vous êtes..."

"Chuuuut, j'aurai du chercher par moi-même, je vais noter dans mon carnet pour manque d'attention envers son supérieur"


"Non monsieur! Je suis actif à mon poste monsieur!"


"J'espère bien te croire, pour l'instant je ne vois personne prendre leur travail au sérieux... Bien, j'en ai fini ici, passons au suivant"


Je me suis retourné et j'ai sorti une carnet avec mon stylo dans ma main, prenant note en ce lieu, enfin bien sur je ne fais que mimer, puis je le range dans ma poche et continue à marcher vers l'extérieur, je peux entendre déjà des murmures qui arrivent dans mes oreilles, un seul mot me suffit pour avoir toute mon attention, Inspecteur de la marine. Si j'étais eux je serrai en train d'appeler le QG et donner l'alerte sur ma venu, donc si j'arrive là-bas je devrais avoir peu de mal à pénétrer au sein de la base, armé de seulement de ce papier falsifier dans mon sac à main en cuir et mon fidèle katana. Quelques minutes se sont écoulées et me voila donc sur la grande place, je peux voir cet édifice ou le seigneur des pirates aurait perdu sa vie, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai comme l'impression que cet endroit me donne un petit air nostalgique, rien ne peut le justifier, c'est mon impression c'est tout. J'ai assez attendu ici que je dois me remettre en route pour le QG, marchant prestement j'arrive à présent face à une grande porte en fer, plusieurs gardes postés avec leurs fusils dans leurs mains, je me présente donc face à eux et comme pour le précédent, toujours un air impitoyable:

"Voici une lettre, mais dépêchez vous, je suis pressé" dis-je en présentant l'ordre d'inspection


Une personne a prit soin de le prendre et de commencer à le lire et ne semble pas broncher face à ma présence, ils doivent être préparé à ma venu semble-t-il.

"Très bien, tout est en ordre, le commandant vous attend dans son bureau, voulez-vous que je vous accompagne ?"


"Non, vous le savez très bien comment ça marche, le commandant est la dernière personne que je dois voir lors de ma visite, donc ouvrez la porte" dis-je en reprenant le papier des mains de l'homme

Par la suite et après avoir fait appel à un de ses collègues la porte s'ouvre, je peux constater en premier lieu la cours bien dégagé, quelques divisions font le marathon autour de la piste, d'autres s'occupent par divers taches, que ce soit ménagère ou d'entretien. Marchant tout au long du bâtiment je regarde de mon regard attentif la base en elle-même, je dois trouver absolument l’entrepôt de munition, je n'avais pas pensé que ces gardes ne font pas une fouille corporelle, bande d'idiot, vos manques de vigilance va vous coutez très cher. Je finis par pénétrer à l'intérieur du bâtiment principale et parcourant le couloir, en prenant le temps de regarder chaque porte avec une indication, ce que je cherche aussi c'est détruire leur moyen de communication, je devais absolument le faire afin d'éviter qu'ils ne donnent l'alerte lorsque le moment serra venu, mais lorsque je vois chaque visage de ces marines ça me fait mal d'user de tel stratégie, ces visages joyeuses de ces hommes et de ces femmes discutant entre eux, tel des camarades, faire de tel carnage ne me ressemble pas, mais pour le bien du peuple, pour la révolution, j'ai le devoir de le faire et je le ferrai à contre-coeur.

Voila dix minutes qui ont passé et je n'ai pas trouvé une indice sur le cache d'arme, jusqu'à ce que je vois un matelot transporter une pile de fusil vers un autre bâtiment, cela ressemble plus à un entrepôt que je cherchais, c'est là-bas que tout va se jouer. J'ai fini par venir dans cet entrepôt et je ne vois personne, pas de garde ? Manque de vigilance une fois encore, ou peut-être pas, car un garde m’interprète par derrière, je me suis présenté en tant que tel, comme pour les gardes postés devant la grande porte, il s'est montré coopératif et m'a donc laissé entré. J'ai regardé un peu partout histoire de trouver quelque chose d’intéressant et voila une bombe que je cherchais, un paquet de TNT, en fait une caisse tout entier, avec ça je vais pouvoir faire exploser le QG. J'ai pris plusieurs bâtonnets de TNT dans mon sac à main et j'ai commencé à éparpillé ces dynamites un peu partout, tous relié par une mèche, une fois fait j'ai déroulé donc la mèche à un certain longueur pour me donner un certain temps dans mes futur actions et enfin j'ai mis feu, la mèche s'enflamme lentement, je suis sorti de l’entrepôt et j'ai demander à ce même garde de le garder farouchement, c'est indispensable et il a bien retenu mon ordre, désolé petit, mais j'espère que tu t'en remettras.

Je me dirige donc vers le bâtiment central et je cherche donc le centre de communication, une fois trouvé je me suis infiltré à l'intérieur pour voir s'il n'y avait personne, en fait il y avait bien quelqu'un, j'ai fait mime de visiter son local jusqu'à ce que je l’assomme derrière sa nuque, j'ai pris mon temps pour saboter son équipement puis je suis sorti et fermer la porte à clé, je suis monté encore en haut et je me dirige donc vers le bureau du commandant, j'ai toqué et on m'a répondu, je suis entré pour faire face à une personne peu gracieuse, un gros lard qui semble bien se tenir sur son siège en cuir, je me suis avancé vers lui pour lui dire ouvertement:

"Je vois que la surveillance n'est pas de mise ici"


"Oui, en fait nous ne sommes pas très nombreux dans cette base, nous manquons cruellement d'homme ici"


"pas besoin de vous justifier, je peux comprendre au moins ça, néanmoins vos hommes prennent leur boulot un peu à la légère"


"c'est à dire ?"


"leur manque de vigilance" Dis-je en présentant mon sac à main bourré de TNT et dans mon autre main un briquet allumé se tenant pas loin d'une mèche dépassant légèrement du sac "A présent silence, j'ai besoin de votre coopération docile, pour votre vie et celui de vos hommes, donc ce que j'ai besoin c'est ce qui se trouve dans votre coffre, ouvrez le"

Sans perdre de temps il se dépêche d'aller ouvrir le coffre et sort tout l'argent qu'il a entreposé dedans, mais ce n'est pas l'argent qui m'intéresse, c'est les documents qui se trouve dans cet enveloppe, censé contenir tout les plants d'actions de la marine, fichiers et bien d'autre:

"Donne moi cet enveloppe"

"Non! tout mais pas ça"


"Dégage" tout en donnant un coup de pied sur son visage

Pathétique, il ne sert vraiment à rien celui-là, j'ai pris l'enveloppe et mis dans ma veste noire, mais manque d’inattention il vient de donner l'alarme, lorsqu'il s'est discrètement glissé sous le bureau pour appuyer sur le bouton rouge, un coup classique, mais sur ce coup j'ai manqué de vigilance à mon tour, allumant donc mon paquet je l'ai lâché en plein milieu de son bureau et je lui ai dit:

"Inutile de le cacher plus... Souvenez-vous en, nous les révolutionnaires allons triompher, votre mort serra honorable pour la libération du peuple sous le joug du gouvernement perverti!"


Des gardes ont fait irruption dans notre petite réunion, mais c'est pas grave, j'en ai terminé, il est temps pour moi de quitter ce lieu, m'enfuyant par la fenêtre une explosion se fait retentir au plus haut point, faisant une roulade afin de compenser la chute j'ai couru vers la sortie, la grande porte est toujours ouvert pour laisser entrer les gardes postés à l'extérieur, fusils en mains, ils commencent à me tirer dessus, j'ai réussi à en esquiver une bonne partie des balles, d'autres heurtant mon katana une fois paré, j'arrive tellement vite sur eux qu'ils n'ont pas eu le temps de réagir face à ma lame...

-HIKEN, ZEROSEN-


D'une geste simple et rapide, les gardes n'ont pas vue ma lame sortir de son fourreau qu'ils se retrouvent le haut du corps tranché, un groupe de marines vaincu en un instant, cela marque ma supériorité dans le combat rapproché, mais ce n'est pas fini d'autre garde arrive derrière moi, sans attendre j'ai continuer de courir en direction de la ville, en espérant pouvoir atteindre le port à temps.













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Un jour funeste [PV]   Dim 29 Jan - 12:52



Benkei avait finit par échouer à Logue Town après la destruction de sa barque sur lequel il naviguait depuis un peu plus de un an. Heureusement pour lui, il n'avais pas mangé de fruit du démon. Après donc quelques heures il arriva épuisé par sa baignade dans la mer.

Trébuchant de fatigue et presque mort de faim et de soif, il déambula dans la ville, cherchant un endroit où trouver ce qui lui manquait. Il dénicha finalement une petite taverne nommée « Les pirates triomphent », où il s'empressa d'entrer. Assez simple, mais semblant être très mal entretenue, la taverne était vide de tout clients lorsqu'il entra. Il se laissa tomber sur la chaise la plus proche et leva un bras tremblant pour faire venir le tavernier ou une serveuse. C'était une vieille bonne femme qui vint à sa table, avec des bras aussi larges que son torse à lui. Avec une grimace de dégoût, il commanda du vin en quantité et plein de nourriture. Quelques minutes plus tard, Ashura s'empiffrait comme un porc, avalant tout les plats qui se trouvaient devant lui, arrosant le tout de gorgées de vin. Bien sûr, la nourriture de la taverne était délicieuse comparé à ce que lui était capable de faire, mais comme il était affamé, il ne se préoccupa pas de se genre de chose. Lorsqu'il fut rassasié, il se leva d'un pas chancelant et demanda une chambre. Lorsqu'il eut payé, il reçut la clef et monta aussitôt au second étage. À peine la porte refermée et fermée derrière lui, qu'il s'effondra comme un souche sur le lit minuscule qui occupait la chambre.

Le jeune médecin et fabricant d'armes pris trois jours complets pour se remettre complètement de l'épreuve qu'il venait de traverser, ne sortant de sa chambre que pour passer aux toilettes et manger un morceau de temps en temps. Au bout de ces trois jours, il se sentit en pleine forme et consentit à faire un peu d'exercice. Il sortit donc de la taverne après avoir payé sa chambre et les repas. Sa bourse commençait à devenir légère, étant donné le fait qu'il n'avait pas eu le temps de prendre sa part du trésor sur son ancienne barque... Il se promena dans la ville, arborant son air de jeune homme inoffensif, et personne ne le dérangea. Aussi bien, car intérieurement, Benkei bouillonnait de rage envers la Marine, qui avait tué sa sœur étant petite, et quiconque l'aurait dérangé ou ennuyé aurait eu une très mauvaise surprise ! Il déambula donc dans Logue Town toute la journée, et s'arrêta longuement sur le lieu où se dresse toujours l’échafaudage si célèbre. Vers le milieu de l'après-midi, il retourna bien tranquillement à la taverne où il avait passé les derniers jours. Il s'installa confortablement à un table au fond de la taverne, dos au mur, et commanda un pichet de vin, qu'il se mit à siroter. Quiconque l'aurait aperçu présentement n'aurait vu qu'un jeune homme maigre, un air gentil au visage et très calme, habillé d'une chemise noire à manche longue, détachée et laissant apparaître son torse et son ventre. Un pantalon noir et des sandales complétaient son habillement. Un tatouage apparaissait sur ses deux avants-bras ; une série de chiffres et de lettres sur le gauche, et un couteau de cuisine avec le mot Sharlia sur le manche pour le droit. De fait, devant lui sur la table, trois couteaux de cuisine, facilement reconnaissables par leur forme si singulière, étaient visibles, bien qu'ils soient dans leurs étuis, fixés à une ceinture de cuir.

Un cri dans la salle sortit celui-ci de ses rêveries. Près du comptoir, un homme pas très grand, mais d'une bonne stature, semblait accueillir un de ses amis à grand renfort de claques dans le dos et de hurlements. Le médecin se redressa sur sa chaise, attiré malgré lui par l'apparence de l'homme ; cheveux blancs et vêtements longs. Un sourire en coin naquit sur les lèvres de Benkei comme il reconnaissait l'homme comme étant un pirate.
L'inconnu s'avança et frappa sur une table pour appeler la serveuse. Celle-ci arriva effrayée et le pirate sortit son pistolet. Il demanda de donner tout l'argent et de lui servir à boire. Ne pouvant pas supporter cela, Benkei est intervenu en frappant l'homme avec le bout de son sabre. Celui -ci a tiré mais le fabricants d'armes a esquivé. Il a éliminé le pirate en à peine deux coups. Pour éviter les problèmes, Benkei fuit en ignorant les mercis de la vieille dame. Il chercha ensuite un coin pour se reposer et éviter d'y trouver la marine ce qui était dur ici car on ne croisait que des soldats et des gardes prêts de l’échafaud et des magasins. Ashura regarda son porte-monnaie, il n'y avait plus rien et il avait faim. Il décida donc de voler de l'argent même si ça lui attirerait des ennuis.
Il entra donc dans un quartier réservé à la marine et monta les escaliers discrètement. Tout se passait bien jusqu'à ce que deux gardes me repérèrent et alertèrent la marine.
Le fabricant d'armes a couru et sortit sa béquille prêt à se battre. Il a crée un vague sonique pour ensuite redescendre mais un homme s'est interposé en lui sautant dessus.
Benkei n'a pas eu le temps de réagir et est tombé en arrière. Quand il s'est réveillé, il était enfermé et un garde surveillait. Il a réfléchit longtemps, tellement qu'il est devenu tout rouge et a fouillé sa poche. Il lui restait sa mini-bombe qu'il cachait depuis un bon bout de temps. Son plan était en faire de voler de l'argent et si on le remarquait de faire sauter le bâtiment.
Il a hésité puis a cherché de vue un briquet. Il n'en a pas trouvé et a donc abandonné son idée. Il a attendit que le gardien s'éloigne un peu et a foncé sur les barreaux pour les abimés. Le soldat l'a remarqué et lui a dire de rester ici.
Benkei allait s’apprêter à abandonner quand une explosion s'est fit retentir et le bâtiment a explosé. Les marines ainsi que le médecin ont été propulsé du bâtiment. Qui avait osé faire cela?
Des bruits de pas s'entendaient et un jeune homme approcha...

Revenir en haut Aller en bas
Queen M. Swan

avatar


Messages : 116
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 25

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
107/180  (107/180)

MessageSujet: Re: Un jour funeste [PV]   Mar 31 Jan - 19:30

    Chouette chouette ! Voilà un nouveau jour qui se levait sur l'équipage du Sea Wolf, dans sa cabine, la petite vice lieutenant était en train de passer en revue sa collection de peinture rose et de crayons de couleur, elle en avait tout une collection dans sa petite chambre où cette couleur en plusieurs ton était partout. Tout en sautillant, la rouquine se dirigea vers le pont, dans une petite heure le bateau accosterait à Logue Town sa ville natale, grimpant sur le mat, la petite scruta l'horizon, elle n'était pas forcément très heureuse de devoir remettre les pieds là où elle avait grandit...Mais elle se disait qu'il n'était pas bon d'essayer d'oublier son passé.


    Finalement, le bateau accosta comme prévu une heure plus tard, elle et l'équipage allait rester quelque temps ici car le QG de cette île avait besoin de leur aide pour un truc qu'elle n'avait encore une fois pas écoutée. C'est bon ! Le pont à peine abaissé et la voilà partit dans Logue Town à travers la foule, seul ses habits roses se faisaient remarquer à travers les grandes personnes.


    «Ouiiiiiii ♫ »

    Quelques minutes plus tard, celle-ci se retrouvait devant les portes du QG, elle réussi d'ailleurs sans aucune difficultés à passer la porte d'entrée, à vrai dire, lorsque les marines qui gardaient l'entrée la virent arriver, les pauvres hommes commencèrent à faire des grimaces, encore deux qu'elle c'était amusée à maquiller et à coiffer lorsqu'elle était venue la dernière fois. Parcourant les couloirs en trottinant, la rouquine se dirigea vers le bureau du commandant, celui-ci lui avait demandé de venir le voir dès qu'elle serait arrivée en ville, c'était d'ailleurs l'une des seules choses qu'elle avait réussi à retenir. Parcourant les couloirs, Okuni remarqua certains marines qui étaient parties se cacher en la voyant arriver, d'autres semblaient ne pas connaître sa réputation de colorieuse professionnel mais il la saluèrent tout de même avec respect. Toujours avec un grand sourire, celle-ci s'approcha de l'un deux et lui dit :

    «Ta une bonne tête toi ! Bouge pas je reviens dans quelques minutes pour te colorier »

    Puis elle continua son chemin l'air de rien...Lorsqu'un tremblement de terre vint secouer les mûrs du QG de la marine, une partit du plafond s’effondra, manquant d'écraser la rouquine qui était juste en dessous. Qu'est ce que c'était ? Ses sens en alerte, Okuni voulut atteindre le bureau du commandant mais l'accès était complètement bouchée ! Tant pis ! Retournant sur ses pas, Okuni courut faire le tour et pour cela il fallait qu'elle passe par les cellules. Courant aussi vite qu'elle pu, d'ailleurs, la plupart des cellules étaient vides...Sauf une où un jeune homme blond semblait se demander ce qui pouvait bien se passer, mais elle n'avait pas le temps de faire attention à lui, sortant des cellules, Okuni ne fit pas attention où elle mettait les pieds et percuta a quelque chose de moue....Le choc la fit tomber à la renverse et celle-ci atterrit sur les fesses.


    «Aïeuuuuuu ! »

    Okuni se releva et regarda ce qu'elle avait percutée...Qui était ce type ? Un marine ? Peu importe elle n'avait pas de temps à perdre, cet endroit avait été victime d'un attentat et il fallait trouver les coupables.

    «T'es qui toi ??? Viens vite il n'y a pas de temps à perdre ! »

_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Re: Un jour funeste [PV]   Mer 1 Fév - 20:54







Ivan Dragunov






L'union fait la force













Ma course continue à présent à travers la ville, cependant l'alerte a été lancé et je perds ma couverture, plusieurs soldats de la marine me coursent derrière moi, plusieurs annonces ont été lancé et le temps presse. Je devais tout d'abord semer ces marines, bien que je commence à prendre de l'avance sur eux je pensais fuir par le toit une fois qu'ils n'auront plus de vue sur moi, j'ai eu droit à une sacrée surprise, car dans un virage un autre groupe de marines barrent ma route avec leur fusil, ils m'attendaient déjà, je n'avais plus le temps de faire marche arrière, plusieurs coups de feu retentissent dans la rue, dans ma course frénétique j'ai sauté, aussi haut que je ne puisse le faire. Les balles continuent leur course dans le vide, à l'opposé de leur cible, j'ai échappé de justesse à la mort, bien que je ne la voit pas encore la mort se présenter devant moi, néanmoins je peux dire que j'ai de sacré réflexe, mon manteau, enfin le manteau de la marine que je porte actuellement est troué par les balles, je me suis tellement plié sur moi, joignant mes genoux sur ma poitrine qu'elles ont passé juste sous mes chaussures. Mon élan a été si rapide que mon envol me permet de parcourir dans les airs sur plusieurs mètres et d'arriver directement sur le groupe ennemis, ayant le temps de riposter j’atterris sur un marine qui tombe en arrière et se cogne la tête contre le sol, assommé, mais ses collègues pointent leurs armes vers moi, mais je suis le plus rapide...

-SENKOKU TACHI, HANAOGIRI-

Sous la pression de mes gestes ultra-rapides les marines n'osent pas tirer sur le coup, dans tout les cas même s'ils avaient le courage de tirer leurs armes ont été coupé en deux, tous, sans exception, cette technique devait frapper les points vitaux de mes ennemis, cependant au lieu de cela je les ai juste désarmé, cependant j'ai eu une mauvaise surprise...

-BANG-

"!!!!"

J'ai juste eu le temps de pencher ma tête sur le côté pour éviter le coup fatal, néanmoins je reçois cette balle passant pas loin de mon oeil droit, arrachant au passage ma peau sur le côté, c'est la première fois de ma vie que j'entendais une balle me siffler dans mon oreille d'aussi près, ma casquette tombe au sol après ce coup, laissant voir du sang couler tout au long de mon visage, la douleur monte directement dans mon cerveau, à de tel point que ma colère va me prendre sur moi. Quel personne a eu la chance de me toucher, pire une chance de me tuer?! J'ai commencé à scruter de mon regard haineux, aussi sournois que les pires malfrats existant dans ce monde et je vois devant moi, à quelques mètres de là, un jeune soldat armé de son fusil dont le bout du canon fume encore. Je l'ai regardé pendant un instant, lui aussi me regarde, pendant cet instant nous nous sommes échangé notre regard, ses yeux grands ouverts, sa surprise lui monte dans sa tête, il a envie de sauter de joie, mais il a bien compris ce que cela signifiait quand il manque une cible dangereuse, mais ce qu'il ne sait pas c'est comment réagir face à de tel menace, car en ce moment même il ne bouge pas, tremblant à l'idée de ce que je vais faire après ce que je viens de subir. Je suis tellement énervé que j'ai du mal à me contrôler, mon envie me pousse à le tuer, tuer ce petit chanceux, ce petit merdeux, un bleu qui sait à peine tenir une arme et pourtant m'a touché?! Aussi énervé que j'ai des tics dans mon oeil gauche, comme si j'allais pété un câble, je n'arrive plus à me contenir que mon corps se met à bouger tout seul.

"Cours! Dégage de là!"

Cette phrase est destiné pour ce jeune soldat, prise d'angoisse et de peur, mais c'est trop tard, en un bon je me trouve déjà devant lui, je fixe ses yeux tel un vrai tueur, mon côté sombre monte en moi, j'ai un soudain envie de tuer aujourd'hui, grâce à ce petit morveux, toujours ne bougeant pas de là, j'entends de l'eau couler sur lui, tout deux regardons vers le bas, avec de tel pression il ne s'est pas empêché de se pisser dessus, à le voir ainsi me donne plus de rage, ce... Petit bouseux n'a rien A FAIRE DANS LA MARINE! Ma main tremble à l'idée de le tuer sur le champ, mais mon esprit m'empêche de le faire, comme si c'est contraire à ma devise. Alors que je pesais le pour ou contre de l'abattre ses camarades arrivent par derrière en voulant m'arrêter, sabre à la main, mais ceci je les ai déjà entendu arriver vers moi, soudain ma main ne tremble plus, en un instant je fais volte-face contre les marines, mes deux mains sur mon katana, plus de sentiment, plus d'émotion...

-ZEROSEN OÛGI, ZENTO GARI-

D'un seul geste une lame invisible traverse les corps de ces marines, à peine ils n'ont pas la moindre idée de ce qui s'était passé pendant une fraction de seconde, tout s'était passé si vite qu'ils ont continué à courir vers moi, à peine un mètre de moi l'horreur est de plus haut point, comme s'ils voulaient intervenir face à moi j'offre devant tout le monde une spectacle sanglant, aussi réelle qu'illusoire qui devrait exister dans les pires cauchemars. Un seul pas, un pas devant moi et un seul bruit métallique si familier puis tout à coup l'atmosphère est recouvert de rouge, en un instant du sang jaillit de partout, m'arrosant au passage et celui du jeune soldat, les corps de marines tombent au sol, n'arrivant plus à bouger, n'arrivant plus à parler, paralysé pas la pression intense qui monte dans leur cerveau, mais les voila à terre, avec leur corps coupé en deux. Nous nous trouvons en plein milieu d'un bain de sang, je trempe dans du sang, ainsi ce jeune garçon inexpérimenté. Ces civils, chasseurs de primes, voleurs et même d'autres marines sont tous témoins de cette scène et le seul survivant se trouve toujours derrière moi. Je n'ai plus de raison de garder plus longtemps un manteau de la marine tâché par leur sang, du rouge sur du blanc, laissant tomber ce manteau lentement dans ce flaque intrépide, laissant pomper le liquide et recouvrant presque la totalité, la justice, ainsi est écrit derrière ce manteau beigne dans le sang des marines. J'entends la voix hurlant de ce jeune homme, hurlant de douleur et de désespoir dans son coeur, ancrés dans son âme, je me retourne lentement pour le regarder à nouveau, que voulez-vous que je fasse avec ce visage désorienté, aucun courage, aucune volonté, que de la peur, une peur si profonde qu'il ne s'en remettra pas de sa vie. Je n'ai plus rien à faire avec lui, seul la mort de ses camarades me suffit pour donner une leçon, je me met en marche pour le port, mais alors que je l'ai à peine dépassé j'entends un clic derrière moi, je me suis arrêté net. Je me retourne lentement et la première chose que je vise est encore ce jeune soldat et celui-ci, à ma plus grande surprise, est armé d'un pistolet, tremblant tellement, subissant toujours sous le choc émotionnel, mais ils ma montré sa détermination, même si je pouvais sentir la peur occuper en grande partie son visage, je vois dans ses yeux comme une lueur d'espoir, je ne m'attendais pas à de tel réaction de sa par que je n'arrive pas à m'empêcher à rire devant tout le monde puis je lui ai dit:

"Vas-y, tire moi, à cette distance tu ne manqueras pas, mais dès l'instant où tu appuieras sur la gâchette tu serras mort, comme tes camarades, alors que vas-tu faire, shonen?"


Aaaaaah... Maintenant il fait moins le fier, que va-t-il faire ? Aura-t-il le courage de tirer ? Aura-t-il le courage d'affronter la mort de face ? Pourra-t-il vraiment le faire ? Son hésitation est si flagrante dans son tremblement que je sens qu'il va faire le mauvais choix, j'ai déjà ma main sur la manche de mon katana, près à exécuter un Zentou Gari à tout moment. Soudain un coup de feu se fait entendre, le sang coule sur ma joue, ce n'est pas ce garçon qui vient de tirer, je tourne ma tête pour voir la personne qui ose m'abattre dans mon dos et malgré cette scène c'est un simple civil avec sa carabine dans ses mains, me tenant toujours en joue:

"Tu ne tueras pas ce garçon, monstre!"

...Monstre...

Ce mot résonnait dans ma tête, ce vieil homme m'a tiré dessus, malgré la crainte de recevoir une riposte il a risqué sa vie pour m'arrêter, venant d'un civil! En voila d'autres qui commencent à se rassembler, certain ont des armes à feu, d'autres d'épées, sabres, il y a des civils et chasseurs de prime tout confus, que se passe-t-il ici ? Ces gens prennent l'initiative à présent ? C'est comme si un lien invisible, mais indestructible relie tout ces gens présents ici, tous se présentent comme uni, alors cette rumeur, disant que cette partie des mers est la plus faible n'est en réalité qu'un mensonge ? Ils s'unissent pour venir m'affronter sans craindre la mort, depuis le temps j'ai voyagé à travers les mers et les océans jamais je n'ai rencontré de tel lien, de tel détermination. De vieux souvenirs remontent à la surface, la fois où j'ai rencontré Antonio et Furatsu, que du bon moment et là je les vois plus comme une famille, comment je pourrai me battre contre eux, j'ai fini par sourire...

J'ai commencé à reprendre mes esprits, je n'ai plus envie de tuer personne et il est temps pour moi de vraiment partir. J'ai sauté contre un bâtiment puis j'ai couru tout au long du mur pour arriver sur le toit, d'ici je n'aurai personne pour m'arrêter, ces gens sont finalement de bonnes personnes, j'ai commencé à courir tout au long du toit afin d'éviter les combats et rejoindre le port au plus vite, mais à ce moment j'ai droit à une autre surprise, quelqu'un s'approche de moi et celui-ci est d'un autre niveau...








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Un jour funeste [PV]   Ven 3 Fév - 18:00

Après l'explosion, Benkei avait réussi à échapper aux poursuites de la Marine même s'il pensait que quelque chose était louche. On aurait dit que la Marine poursuivait quelqu'un d'autre. Il avait soif et faim. Il se dirigea donc vers une taverne, elle se nommait "Au bon Accueil". Il entra et demanda à la serveuse de lui servir une petite bière et quelque chose à manger. Comme d'habitude, Benkei avala son plat en une minute. On se demandait même parfois comment n'avait t-il pas mal au ventre après chaque repas? Oublions cette question et revenons à l'histoire. Le médecin allait s'apprêter à partir quand tout à coup une dizaine de marine interrompit la bonne humeur de celui-ci. Il faisait semblant de n'avoir rien fait et essaya de passer la sortie. Mais un soldat avec deux photos dans la main l'arrêta. Il lui demanda de monter son visage. Son teint devint pâle et il se prépara à prendre son bazooka. L'homme reconnut Benkei et ordonna aux marines de l'éliminer.
Il tira en l'air avec son arme pour écraser les soldats avec le plafond et sortit sa béquille en mode sabre.
Il envoya une vague sonique pour bloquer la porte. Les soldats étaient bloqués à l’intérieur. Il n'avait plus qu'à s'enfuir. Hélas pour lui, des renforts arrivèrent. Il utilisa beaucoup de techniques comme le coup de grâce (il sauta et pointa son sabre vers le sol pour tuer son adversaire), la tornade destructrice où il effectua une série d'attaques en forme de taillades et la puissante rafale. Grâce à celles-ci il élimina un bon paquet d'ennemis.



Il sortit ensuite sa lame maudite et dit aux soldats:
- C'est ici que le vrai combat commence, préparez vous à la bataille car Ray malédiction va vous massacrer.
Il empoigna bien le bout de sa lame et passa à l'offensive. Il se projeta en l'air et tua un grand nombre d'ennemis avec un coup en pleine tête. Il utilisa ensuite la propulsion de son corps pour projeter en l'air des mottes de terres avec lesquels il visa l'ennemi. Il prit ensuite sa béquille et attaqua avec ses deux sabres.
Tous les soldats étaient enfin éliminé mais Benkei était épuisé. Il décida d'aller s'acheter des lunettes et d'autres habits pour la journée pour éviter de se faire remarquer. Il fonça en direction de la place où il y avait l’échafaud la où Gold Roger était mort il y a bien longtemps.
Il entra dans une taverne où je devais attendre un médecin qui m'enseignerai.

Bon, voilà déjà quelques minutes qu'il l'attendait. Avait-il été retardé par je ne sais quoi ? Heureusement qu'il y avait le saké pour faire passer le temps. Tiens, quelqu'un monta sur scène. Un spectacle ? L'attente passera d'autant plus vite. Il sourit en observant le musicien prendre sa guitare. Mais son sourire ne dura pas éternellement, une légère grimace vint rapidement le remplacer. Si je n'avais pas cette capuche sur la tête, tout le monde se serait moqué de la tronche qu'il tirait en ce moment. L'artiste sur scène... C'était celui qu'il attendait ! Mais pourquoi un médecin serait il musicien? Il avait une forte envie de se lever afin de le chercher par la peau du postérieur ! Mais avouez que ce n'était ni l'endroit ni le moment pour le laisser emporter ainsi. Du moins, c'était le meilleur moyen pour tout foutre en l'air.

Tout compte fait, ça se passait plutôt bien.Il était étonné des talents du médecin lorsqu'il entama la première musique.Il fut heureux une fois fini, attendant à ce qu'il vienne le rejoindre. Mais non, il en commença une autre. Avait-il fait exprès ? Avait-il besoin d'argent pour faire un concert dans un moment pareil ? Les deux premières chansons ça allait, mais au bout de la dixième il commençait un peu à en avoir marre. Sans les trois-quatre coupole de saké il n'aura pas tenu tout ce temps.Il n'était pas du genre patient. Oh, et heureusement qu'il tenait bien l'alcool. Imaginez l'élaboration d'un plan alors qu'on est saoul. C'est comme se présenter menotté devant le chef d'une base marine. Mais bon, cela ne devrait pas suffire pour altérer son état, il en avait déjà bu bien plus par le passé.

Après quelques heures de discussion le musicien demanda à Benkei de revenir demain près d'une taverne nommée " Harry Gold". Celui-ci accepta. Il quitta la taverne et se rendit maintenant vers un hôtel pour trouver un endroit pour dormir.


Sur son chemin il heurta un homme. Il se releva à moitié sonné...




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jour funeste [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour funeste [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: East Blue :: Logue Town-