Partagez | 
 

 [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sora Mizuiro

avatar


Messages : 119
Date d'inscription : 07/08/2011
Localisation : Je suis là où ton coeur se trouve ♪

Feuille de personnage
♦ Niveau:
19/50  (19/50)
♦ Expérience :
151/190  (151/190)

MessageSujet: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Mer 11 Jan - 18:21





Saeko & Sora
« Quand le déclin engendre le futur... »

Il n’y a pas d’happy ending dans une histoire dramatique. Tout ce que l’on peut souhaiter, c’est que les personnages principaux ne meurent pas. Mais à quoi bon demander plus de bonheur dans une tristesse abondante. La paix, la joie, l’amour, toutes ces étiquettes que l’on pose sur des périodes de notre vie, elles peuvent s’envoler en un courant d’air. Suffit d’un sinistre évènement et l’espoir qui embrase notre cœur s’évanouit, s’éteint à jamais, étouffé par les ténèbres du destin. Rien ne sert de rêver, la réalité est cruelle.

Alors pourquoi continuer de voler en direction du feu flamboyant si c’est pour s’y brûler les ailes ? La quête de la lumière vaut-elle le coup pour qu’on y risque sa vie ? Les yeux rivés vers cette source d’émerveillement, nous faisons abstraction de l’obscurité qui nous entoure, oubliant le malheur passé pour se concentrer sur la chaleur accueillante du présent. Icare regrettait-il de s’être approché du soleil alors qu’il se noyait ? Enténébré par la fatalité, nous ne sommes rien, illuminés par la l’espoir, nous sommes tout. Vais-je me laisser tenter ?

Alors que notre équipage est au plus bas, tandis que notre groupe est régulièrement séparé, je flâne, encore et toujours, en quête d’un repos toujours mérité. Cette ile est soit disant réputée pour sa forêt luxuriante, peuplée majoritairement d’espèce animale inoffensive. Sauf que flemme d’aller jusque là bas. C’était déjà un grand effort que de traverser la ville portuaire pour finalement reposer mon corps endolori par la longue marche dans une taverne. Les pieds croisés posés sur la table, je plongeais mon nez dans la douceur de mon écharpe. Il faisait chaud, c’était le temps idéal pour s’endormir à l’ombre. Malheur à ceux qui oseraient me réveiller.

Les rêves emplirent mon esprit, mélange d’illusions imaginaires et de réalité fictive. Souvenirs latents et désirs avortés s’entremêlaient pour créer un lien unique entre la conscience et le monde qui l’accueille. C’est fou comme l’inconscient peut être franc… J’étais en train de revivre cette scène. Oui, cette fameuse nuit où je m’étais réveillé aux cotés d’une pulpeuse demoiselle sans pouvoir me souvenir de la veille. Hangover. Il s’était avéré plus tard que mon innocence était restée intact. Comment était-ce possible ? Je l’ignorais encore aujourd’hui… Les images défilent et me montrent les jours suivants, les mois suivants, où cette fameuse compagnie nous suit partout, nous les Senzo Yume ! Elle est l’une des nôtres, mais pas moyen de se la faire. Frustration. Diapositives qui s’enchainent, émotions imagés et non souvenirs. Envie d’avoir une fille. Désir d’être père, la mère est un bonus. S’ensuit une tâche d’encre qui assombrit le bureau, photos tachés, vie raté, espoir inondé. Douleur d’une espérance qui s’éteint. Éveil.

« Au secours !! Mes parents… dans la forêt… monstre carnivore… aidez-moi… s’il vous plait !!! »

Mes paupières s’entrouvrent pour balayer l’assemblée, que des déchets de la société. Parmi ces démons, un ange. Une gamine en robe blanche, longs cheveux roses en bataille. Perle azurée en guise de regard. Elle a le souffle coupé, son visage exprime de la détresse. C’était marrant de tisser des liens paranormaux entre fiction et la destiné. Cela faisait un certain temps que je n’avais pas resongé à avoir un enfant. Le hasard m’en servait une sur un plateau d’argent. Tout l’amour, l’empathie et le romantisme qui sommeillaient en moi ressurgissaient d’un coup à la surface de mon cœur, le faisant battre à toute allure, comme pour m’obliger à bouger, comme si j’avais que ca à faire que de m’occuper d’une gamine…

Aucune réaction à son appel à l’aide. Gifle donnée par Mère Réalité. C’est ce qui s’appelle ne penser qu’à sa gueule. Geste nonchalant de ma main pour repousser une mèche qui obscurcit le spectacle. Quelqu’un va-t-il finalement bouger ? Silence de plomb, regards qui s’évitent. Il serait temps de se bouger. Les Senzo Yume défendent les faibles après tout. Sauf que sans Musashi, difficile de se motiver. Les bruits reprennent petit à petit, besoin de plus en plus pressent de se manifester. Conflit entre volonté et flemme. Contradictoire personne que je suis. Make your choice.

« Hey p’tite, j’ai besoin de me dégourdir les jambes, ca te dirait de m’emmener voir cette bestiole ? »

Sauf qu'à peine sortis dehors, voila que des Marines sniffaient les alentours d'un air suspect...

« P'tain... »


Spoiler:
 

_________________ ~♫


Dernière édition par Sora Mizuiro le Mer 18 Jan - 14:56, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Jeu 12 Jan - 19:02



Un ange qui a perdu ses ailes..






Toujours sans réponse, je restais seule, livrée à moi même. Depuis Ohara, je n'arrive pas à sortir son visage de ma pensée. Comme si il me hantait ! Je ne sais pas trop ce qu'il m'arrivait, mais j'hésitais encore. Même si je leurs dois beaucoup, accepter son invitation reviendrait à faire partie d'un équipage, lui qui n'éprouve aucune pitié à tuer, je ne sais pas si il est juste de suivre une telle personne. En contemplant la mer, allant là où le destin le voulait, je devais encore réfléchir. Le vent jouait avec ma chevelure, la mer était quand à elle bien calme, le soleil brillait ! Un temps si joyeux qui donne envie de l'être à notre tour.

«  Marshall Reaver.. Pourquoi est-ce que je n'arrête pas de penser à lui ? »

Sa façon de parler, sa dégaine, son sourire, son comportement. Pourtant, je ne l'ai vu qu'une seule fois et j'arrive à le décrire comme si je le voyais quotidiennement. Je me demande bien ce qu'il peut m'arriver, peut-être que je vois en lui une personne unique qui se distingue des autres.. D'habitudes, ils en ont tous après mon corps, ils ne pensent qu'à ça en mettant de côté ma personne. Il fallait que je me change les idées. Moi qui n'aime pas l'homme en lui même, c'est peut-être le fait que Reaver soit un cyborg que j'arrive à mieux lui parler qu'un autre. Mais il était tout de même temps que j'arrête d'avoir en tête son sourire que je trouve pourtant si jolie.. En me tapant la joue avec ma paume, c'est le capitaine du navire sur lequel j'étais me tapota le dos tout en souriant. Ces gens là étaient des pêcheurs qui voyageaient pour revendre leurs marchandises sur des îles au hasard. Voyant que j'étais perdue dans mes pensées, il avait décider de venir pour me parler ! Il était beaucoup plus vieux que moi, et des âmes triste il a dût en voir vu les périples qu'il doit mené pour conduire son bateau de pêche sur chaque mer tout les jours.

«  Et bien Saeko-kun ! Que t'arrive t-il ? On est pas bien sur mon bateau accompagné du beau temps ? »
«  Ne vous inquiétez pas capitaine, ça passera je pense ! A part ça, où est-ce que vous m'emmenez ? »
«  On se dirige vers South Blue, la prochaine île n'est pas très loin. En tout cas si tu veut parler je suis là ! » dit-il en souriant

J'aurais aimer que mon père soit toujours en vie, lui aussi était à l'écoute de sa fille autrefois ! Le capitaine comprit que je voulais avoir un moment de solitude et partit le visage compréhensif. Au loin, on pouvait apercevoir une île possédant une forêt plus que large. En ayant une petite idée de ce qu'il allait avoir sur l'île, on ne tarda pas à accoster sur le port. En aidant les pêcheurs à descendre leurs marchandises, je salua humblement le capitaine. Ce dernier s'était montrer très amical, j'appréciais les gens dans son genre, j'aimerais avoir quelqu'un qui soit à l'écoute de mes malheurs un jour. En remontant vers la ville, j'attirais l'attention de mon entourage par le bruit de mes talons, des regards qui ciblèrent mes parties intimes, ils ont de la chance. Je ne dois pas me faire remarquer si je ne veux pas connaître la même torture que Reaver ; être traquée 24h/24 sans avoir la conscience tranquille. Marchant droit devant moi, la ville était toute de même assez jolie, malgré la réunion assez prononcée au niveau d'un bar, voyant des agents de la marine pointer leurs armes sur une gamine accompagné d'un jeune homme. Sachant que les marine et moi faisait deux, je devais peut-être partir d'ici.. Cependant, une chose me titilla, malgré ma tentative d'esquive, le regard attristé de la petite m'attira comme un aiment. Sa chevelure rose et sa petite bouille étaient bien trop belles pour que je la laisse à ces hommes qui ne savaient pas s'y prendre avec les enfants. Bousculant les marines sans prononcer un mot, je me rendis face à l'enfant, m'accroupissant pour me mettre face à elle.

«  Coucou toi ! Pourquoi tu tire cette expression hein ? Ces messieurs t'ont fait peur hein ? Hoo.. Allez vient là <3 »


La portant dans mes bras, je me retourna à mon tour vers les marines qui pointaient leurs fusils vers le jeune homme et nous, fronçant les sourcils, j'étais à deux doigts de casser leurs os, mais je devais me retenir car le bruits des os qui se cassent était bien trop horrifiant pour une enfant. Caressant ses doux cheveux, je devais m'exprimer comme une mère l'aurais fait.

«  Vous n'avez pas honte ?! Regardez un peu le visage de cette pauvre petite fille ! Vous lui faites peur avec vos armes bande de sauvages ! Allez ouste, partez avant que je ne me fâche ! » Dis-je sur un ton énervé.
Les officiers voyant que j'étais déterminée partirent l'air bête, je me tourna donc vers ce jeune homme qui accompagnait cette jeune fille. Je l'avais complètement oublier car le visage de la petite m'avait clairement emmené à elle sans que je puisse faire attention à mon entourage. J'ignorais qui il était, mais peut-être qu'il était son père ou quelqu'un de sa famille, je reposa donc la jeune fille sur ses pattes pour m'incliner devant cet homme, le poing fermé contre mon autre paume, c'était ma façon de m'excuser.

«  Bonjour jeune homme, je m'excuse mais votre fille m'a soudainement attirée vers elle, je n'ai pas pût résister.. Encore désolée, je veux bien vous payer un verre pour me faire pardonner »

Contre toute attente, la petite fille tira sur ma jupe pour me montrer qu'elle avait quelque chose à me dire. En me baissant à nouveau, pour être à l'écoute du petit ange qui se tenait face à moi.

«  Madame ! Papa Maman danger ! Forêt danger ! »

En me sentant légèrement conne, elle m'avait éclairci les idées en trois mots... Faisant un sourire jaune à ce jeune homme, je prit la fille dans mes bras et partis de suite en direction de la forêt. Tant pis pour le jeune blond qui était avec elle, mais le temps pressait puis en y repensant, il était encore bien jeune pour être père alors comment est-ce que j'ai pus me tromper ? Bref, le temps pressait. La forêt était mon pire ennemis.. Cette gamine me rappelle un peu moi lorsque j'étais petite. Regardant mes parents se battre dans cette jungle hostile sans rien pouvoir faire. Je devais me dépêcher..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Mizuiro

avatar


Messages : 119
Date d'inscription : 07/08/2011
Localisation : Je suis là où ton coeur se trouve ♪

Feuille de personnage
♦ Niveau:
19/50  (19/50)
♦ Expérience :
151/190  (151/190)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Jeu 12 Jan - 22:19





Saeko & Sora
« Quand le hasard efface la flemme... »
Le choix était fait. Celui de s’aventurer sur le chemin de l’effort. Et ca, pour un effort, c’en était un. Vous auriez vu la tête de tous ces malfrats rassemblées au bar. Ils étaient tous là avec de grands sourires pour finalement s’esclaffer comme des retardés mentaux. Ils se moquaient sans retenue, mélangeant postillons et larmes à leur délire. Des ordures s’échappaient de leurs bouches, vulgarité et obscénité qui volaient à travers la pièce, tout comme quelques pintes encore remplies. Certains criaient pédophile, d'autres psychopathe. Comme quoi, se rapprocher de la lumière brûle les ailes. Le mal est bien et le bien est mal aux yeux des aveugles.

J’étais parti pour les ignorer superbement, c’était pas comme si leurs avis m’intéressaient, mais quelqu’un voulait apparemment lancer une baston générale. Un poing s’approchait dangereusement de ma mâchoire. J’esquivais celui-ci d’un air nonchalant, il aurait fallu être un peu plus vif et moins pataud pour espérer attirer mon attention. Mais après s’être rendu compte que son attaque avait échoué lamentablement, le balourd aux abdos kro préféra la jouer autrement. Me poussant avec son bidon proéminent, je fus propulsé contre le mur en bois qui était à ma gauche à un mètre de là. A partir de ce moment, il n’était plus question que j'ignore ces cassos. Ils avaient réussi à réveiller Gaïa, ma personnalité cyborg quelque peu violente. Bon ok, ils ne valaient pas le coup d’être défoncé mais si je pouvais au moins mettre une fessée à ce gros Boubou, je n’allais pas regretter de faire attendre la gamine.

J’avais la fâcheuse habitude me déchirer ma chemise pour exprimer mon énervement quand Gaïa prenait le contrôle de mon esprit. Ca, et remonter mes manches. C’était en quelque sorte le prélude à la correction à venir. Prenant appui sur mon pied droit, je propulsais le coté gauche de mon corps vers l’avant, en particulier mon poing artificiel. Choc tonitruant ! Et malgré le fait que mon poing frappa en plein dans la brioche du gugusse, il fut projeté en arrière, brisant la table derrière lui et ainsi, lança les hostilités. Beau départ. Tout le monde s’approchait de moi pour me frapper mais j’esquivais pour contre-attaquer, me prenant malgré tout de nombreux pains, le nombre eut raison de ma rapidité. On se serait cru dans un monde parallèle, aux temps de Jésus, à la multiplication des pains. Mais au final, c’était moi qui avais offert la dernière patate. Ils étaient tous couchés quand j’eus la bonne idée de retourner auprès de la jeune demoiselle qui m’attendait à l’entrée. Rentrant les mains dans les poches, je laissais Sora et sa nonchalance reprendre le contrôle de mon esprit…

« Tu es fort Monsieur ! »

Ne montrant aucune réaction à cette vérité déjà connue de tous, je la doublais pour enfin arriver dehors. Un léger vent frais vint me rafraichir après cette brûlante bagarre, faisant danser ma chemise ouverte. C’est alors que mon sens inné pour détecter les relous s’activa ! Oui, là tout de suite, en l’occurrence c'était des Marines !! Ils avaient l’air de patrouiller normalement, peut être que cette ile accueillait plus de pirates qu’elle n’en avait l’air. Quoiqu’il en soit, ils s’approchaient de nous. Leur tournant le dos, je pris la gamine par la main et la tira vers la forêt. Mais malheureusement, mon mauvais pressentiment avait encore une fois raison.

« Hey vous là, arrêtez-vous ! Je ne sais pas ce que vous planifiez mais je laisserais tomber à votre place. Eloignez-vous de cette gamine ! »

C’était moi ou tout le monde me prenait pour un violeur d’enfant ? Bon, il est vrai qu’un mec qui prend une gamine par la main alors qu’on voit son torse musclé sous sa chemise ouverte, ca fait quelque peu suspect. Surtout qu’en se rapprochant, quelques taches de sang sur mes vêtements et mon visage pourraient elles aussi éveiller des soupçons. Mais les apparences sont trompeuses, et je n’avais nullement envie de m’expliquer, c’était plutôt le genre de choses qui me soulaient mais d’une force…

Heureusement pour moi, une femme fit son apparition. Elle bouscula les marines sans leur prêter attention et s’avancer droit vers la gamine qui se cachait dans mon dos. M’ignorant totalement, elle s’accroupit devant la fillette et la rassura, comme si mon charisme venait d’être soufflé par une brise d’été. Transparence. Elle la prit ensuite dans ses bras et fixa les Marines d’un air accusateur. Croisant les bras derrière la tête, j’observais la scène avec une soudaine envie de dormir qui venait alourdir mes paupières. C’était pas comme si je venais de nettoyer tout un bar non plus, hein.

Sauf que, évènement intéressant, la mère poule avait réussi à chasser tous ces hurluberlus blancs et bleus. C’était une bonne chose, au moins, je n’aurais pas à m’en occuper. Juste après avoir reposé la fille à terre, elle se pencha devant moi avec une pose bizarre, comme si elle voulait s’excuser. D’ailleurs c’est ce qu’elle fit ! C’était assez bidon de demander pardon pour avoir sauté au cou de la gamine mais bon, du moment qu’elle avait viré les autres là, le reste je m’en fichais pas mal. Même qu’elle croyait que j’étais son père sauf qu’en fait, mon cerveau n’avait pas fait attention à ce détail.

Elle m’invitait aussi à boire un verre... Là, mon cœur se mit à battre ! A ces mots, je fis retomber mes bras le long de mon corps. Ce n’est pas que j’étais gêné mais sa phrase m’avait interpelé. Mon passé de séducteur voulait refaire surface mais comme toujours, je le piétinais mentalement jusqu’aux fins fond de mon âme. Rien ne sert de rêver, ce genre de choses ne peut amener que des souffrances…

« Bah écoute, c’pas grave hein… »

J’allais continuer et lui dire que pour un verre, c’était quand elle voulait, mais la petite demoiselle aux cheveux roses tira le bas de sa maman de remplacement, attirant son attention et me coupant toute envie de poursuivre la discussion. Puis, alors que je fixais comme un autiste le rose qui décorait la tignasse de la petite, la grande demoiselle s’en alla sans mot dire, prenant avec elle celle que je devais aider…

Je me retrouvais donc comme un con, tout seul, au milieu d’une rue maintenant déserte, à coté d’un bar qui faisait office de cimetière (mais non, je les ai pas tué) et derrière deux demoiselles qui courraient limite vers la forêt. Là, franchement, les seuls mots qui me vinrent à l’esprit c’était…

« Fais chier… »

Grosse flemme ! On pouvait dire que je m’étais débarrassé de ma corvée. La gamine avait trouvé une personne bien disposée à l’aider, je m’étais dégourdi les jambes en distribuant des baffes, donc normalement, dans ma logique, il était temps de retourner à ma sieste… Sauf que voila, j’avais déjà quitté mes rêveries et je m’étais levé, efforts surhumains qui méritaient d’être amené à terme. Tout ca pour quoi ? Pour satisfaire une curiosité oubliée, une soif de réponse. Interrogation philosophique importante. Y avait-il encore un peu d’espoir pour mon avenir ? Parce que même si je suis un gros flemmard, je n’ai pas envie de mourir comme un pitoyable mollusque… Ma personnalité de cyborg voulait mourir en héros, et son désir m’influençait inconsciemment. Donc maintenant que j’étais debout, il fallait que je me bouge un peu et que j’aille botter les fesses à cette fameuse bestiole dans la forêt là.

Réajustant mes Hatch Venom qui étaient accrochés dans mon dos, déposant ensuite mes mains dans mes poches, je suivis le chemin qu’avaient emprunté les deux demoiselles avant de disparaitre…


_________________ ~♫


Dernière édition par Sora Mizuiro le Mer 18 Jan - 14:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Ven 13 Jan - 18:17



Une nature sanglante






Courant à travers la ville, j'esquivais les passants tout en me dirigeant vers la direction que m'indiquait la petite fille. Je ne faisais plus attention à mon entourage, la sécurité des parents de l'enfant était devant toutes mes priorités. Plus je m'approchais de cette maudite forêt et plus mes souvenirs d'enfance revinrent. Vivre dans le passé ne sert à rien mais revenir en arrière peut parfois faire beaucoup de bien. La ville se trouvant désormais assez loin de nous, j'aurais aimer laisser la petite hors de cette faste jungle qui n'avait pas l'air dangereuse, mais il ne faut jamais se fier aux apparences.. En m'arrêtant juste devant celle-ci, j'hésitais à rentrer. Je ne connaissais rien de cette île, je ne pouvais donc pas prévoir sur quelle genre de bestiole je pouvais tomber. Si elle dit que ses parents étaient en danger, ce n'est sûrement pas pour rien, en regardant derrière moi, je pouvais constater que le jeune homme ne nous avait pas suivis !

«  Bon tant pis, on y va ma grande »

Elle était encore jeune, je pense qu'elle ne devait plus se souvenir de l'emplacement exacte de ses parents. Il fallait que je me fis à l'odeur ou à d'éventuelles traces de pas. Courant au hasard des chemins, je tournais la tête de partout cherchant un indice qui pourrait me mener à ses parents.. Soudain la petite me montra une direction du bout de son petit doigt. Préférant l'écouter plutôt que perdre mon temps à chercher, en avançant dans la direction qu'elle m'avait indiqué, je pouvais voir au fur et à mesure des traces de sang. Couvrant les yeux de la petite, je ne voulais pas qu'elle voit les tâches ainsi que les arbres à moitié arrachés. Une traînée de sang fit alors son apparition sur les feuilles de buissons qui m'entourais. En faisant demi-tour, il ne fallait pas exposer un si belle fille à tant de violence surtout à son âge. En la reposant au sol, je lui fit un câlin avant de mettre ma main sur sa tête tout en caressant ses long cheveux rose. Celle-ci semblait perdu, me regardant d'un air attristé. Son visage déformer par ce sentiment de tristesse fendait le cœur, c'est sûrement un de mes plus grand malheur que de voir des enfants tristes.. Ce n'était peut-être pas la meilleur solution de la laisser ici, mais je ne veux pas qu'elle soit traumatisée par une telle vision, j'espère sincèrement que le sang n'était pas celui de l'un de ses parents..

«  Écoute ma chérie, tu vas devoir m’attendre ici d'accord ? Je vais voir si papa maman vont bien et je reviens, c'est promis »
«  Moi peur toute seule ! » Dit-elle en se collant à moi
«  Aller soit forte, je n'en ais pas pour longtemps »

Je n'avais pas le choix, en me dirigeant vers mon ancienne direction, je courus aussi vite que possible pour enfin arriver sur un couple d'ours qui étaient malheureusement en train de déguster deux cadavres.. Le bruits les organes mâcher, l'odeur nauséabonde du corps humain fraîchement ouvert me rappela la nuit où j'entendis mon père et ma mère se faire tuer par les agents du Cipher Pol. J'avais bien fait en laissant la gamine derrière, je pense qu'elle n'aurait pas supporter la scène d'horreur qui se passait juste devant mes yeux.

«  J'arrive donc trop tard.. »

En m'entendant, les deux ours se retournèrent, la gueule et les griffes pleine de sang. En me mettant en garde face à ces monstres, ils me chargèrent sans réfléchir. Leurs lenteur était presque effrayante, à mon tour je me précipita vers eux, changeant mon corps en diamant, le choc était inévitable, en les bousculant, il était clair que je n'avais aucune de rivaliser avec leurs force. Mais en me jetant sur l'un deux genoux en avant, je réussi à lui casser la mâchoire en y mettant tout mon poids. Ce dernier recula tandis que je me fit propulser en arrière à cause de leurs forces combiner. En me relevant, il n'en restait plus qu'une seul. Ce dernier voyant que son compagnon s'était fait avoir décida de se mettre sur ses deux pattes et m'attendis. D'un sourire mesquin, j'accourus vers ma proie qui semblait sûr d'elle. En glissant entre ses pattes, je me retrouva derrière l'ours pour ensuite lui mettre un coup de talon dans l'articulation pour qu'il perde un peu en taille puis, en sautant c'est mon coude fait de diamant qui alla briser le crâne de la bête. Il était mort, c'était certain. Je me tourna ensuite vers celui qui avait la mâchoire en lambeau, il était à terre et endolorit par la souffrance. Ne plus pouvoir fermé sa gueule devait être une vrai supplice surtout pour un ours. C'est sans pitié que je lui enfonça mon talon aiguille dans l’œil. Suite à cela,Je n'osais regarder l'état dans le quelle était les parents de la petite. Je devais la rejoindre, en me demandant comment j'allais pouvoir lui annoncer la triste nouvelle..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Mizuiro

avatar


Messages : 119
Date d'inscription : 07/08/2011
Localisation : Je suis là où ton coeur se trouve ♪

Feuille de personnage
♦ Niveau:
19/50  (19/50)
♦ Expérience :
151/190  (151/190)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Dim 15 Jan - 17:35





Saeko & Sora
« Quand la flemme devient une motivation... »
Les arbres se succèdent et se ressemblent. Se perdre est une notion abstraite, personne ne peut vraiment égarer le fil de son avancé. Le but à atteindre est un lieu précis mais le destin aime mélanger les parcours, pour les rendre plus sinueux qu’ils ne le sont, permettant ainsi de créer des opportunités que l’on appelle hasard et qui pimentent notre vie. Les rencontres sont légion et les combats très fréquents, mais c’est ce que les hommes recherchent inconsciemment, cette quête de nouvelles expériences qui modèle leur vie, qui les pousse à se surpasser. Mais n’allons pas déduire que ceux qui ne vivent pas pour devenir plus fort ne sont pas des hommes, il existe des individus qui laisse autre chose gouverner leur vie, un but plus louable, un sentiment plus noble. Comme… la flemme par exemple !

C’était pas comme si je ne savais pas où j’allais, c’était juste que j’avais la flemme de suivre les pistes des demoiselles avant moi, je n’étais pas un rodeur non plus… Et puis, pour relever les traces de pas et autres preuves de leur passage, il fallait se baisser quoi ! Bref, je suivais la piste qui me semblait la plus judicieuse, en étant attentif aux moindres bruits qui me permettraient de retrouver les deux gazelles. Sauf qu’avec les nombreux cris et autres gazouillis qui faisaient chanter le décor enchanteur, il était plutôt difficile de noter quoi que ce soit d’intéressant, donc il ne fallut pas longtemps pour que j’abandonne ma vigilance auditive…

Sauf que d’un coup, d’une façon des plus inopinées, je me retrouvais les quatre fers en l’air. Quelque chose m’avait poussé dans les airs, quelque chose de doux… C’était un sanglier rose !! Il était énorme ! Mais le plus funny, c’était sa truffe qui était aussi grande que lui et presque aussi large, même si son gros bidon dépassait quand même. C'est-à-dire que si on se retrouvait face à lui, on ne voyait qu’une sorte de mur rose géant en forme de losange, avec deux gros trous noirs au milieu. Et le pire dans tout ca, c’est qu’il ne faisait même pas mal, ce groin. C’était comme du marshmallow…

Du coup, il m’avait attaqué par derrière, en gros fourbe qu’il était et après avoir volé comme un pantin désarticulé, je m’étais retrouvé assis à cheval sur son dos arrondi, glissant vers son cou pour ne pas tomber. Vu la vitesse à laquelle il galopait, je n’avais qu’une envie, c’était de virer d’ici au plus vite. M’agrippant à une liane qui était à portée de main, je voulais me la jouer Tarzan et voltiger ailleurs. Bon, je n’avais pas de boxer en peau de bête mais bon, suffisait d’imaginer ! En fait non, ce n’était pas la peine, vu que la liane se coupa avec la tension exercée dessus. Du coup, je me retrouvais avec un bout de corde dans les mains, et j’étais toujours sur ce gros cochon qui ne voulait pas s’arrêter. D’ailleurs en regardant à coté, je constatais qu’il y avait d’autres bestioles qui courraient dans la même direction.

Là, mon cerveau fit quelque chose de rare et de mémorable, il se mit à réfléchir ! Oui, je venais de capter qu’en fait, ces animaux tous plus bizarres les uns que les autres devaient certainement fuir quelque chose, ou quelqu’un ! C’était sans nul doute le monstre que je cherchais ! Prenant la liane à chaque extrémité, je la lançais vers l’avant, pour qu’elle atterrisse dans la bouche du sanglier. Tirant le plus fort possible, je parvins à faire freiner la bête. Je venais d’inventer le mors pour cochon rose ! Ca vous impressionne hein ? Ouais je sais ca m’arrive des fois des éclairs de génie comme ca… Bref, utilisant mon nouveau moyen de transport, je pris le taureau par les cornes si on peut dire pour l’obliger à retourner vers les lieux du crime, même s’il ne se laissait pas faire le bougre…

Une fois en plein galop dans le bon sens, alors que me faire transporter comme ca, ca me donnait une putain d’envie de dormir, j’aperçus une petite troupe devant moi. Il y avait trois ou quatre men in black qui encerclaient quelqu’un que je ne voyais pas très bien… C’était la jeune fille aux cheveux roses !! Elle était toute seule… L’autre meuf l’avait abandonné ? Vraiment, pour le coup, j’avais plus envie de dormir. J’étais même énervé !! L’autre attend, elle me pique la fillette qui m’avait fait faire un effort surhumain tout ca parce que c’est une groupie des gamines et une fois dans la forêt, elle la laisse toute seule !!!!???? Ca allait chauffer…

Alors qu’un mec en costard tirait la main de la jeune fille, je fonçais droit sur elle pour que mon fidèle destrier la percute. Et BIM !! Elle s’envola dans les airs sans une blessure. M’étant mis debout sur le dos du cochon, je réussis à la rattraper tant bien que mal alors que j’étais en équilibre… Avant de tomber par terre avec elle ! Le cochon allait trop vite pour nous deux. La plaquant contre moi, je tournais mon bassin en plein vol pour amortir la chute avec mon dos. Je restais là plusieurs secondes sans bouger, le choc m’avait abasourdi. La petite fille s’inquiétait beaucoup et frappait mon torse gentiment comme pour me réveiller.

Alors qu’un gugusse à lunette noire se ramena pour ramasser les carcasses, attrapant de nouveau la main de ma protégée, l’armoire à glace eut une soudaine envie de voler dans les airs ! Ayant attrapé son avant bras en rassemblant toutes les forces que j’avais, je m’étais relevé à moitié pour lui faire une prise de judo. En lui montrant mon dos, je l’avais fait passer au dessus en tirant sur son bras pour qu’il finisse couché sur le dos, tout pataud. Ayant dégainé un de mes Hatch Venom, je me mis au dessus de lui et l’empêchais de bouger avec une des pointes de mon arme, positionnée juste au niveau de sa gorge. Mon regard affichait une lueur dangereuse, une lumière mortelle qui ne présageait rien de bon. Gaia allait revenir, son arrivée était proche mais ce n’était pas encore le cas. Du sang ruisselait de mon front, je me l’étais cogné assez violemment il fallait avouer. Tout cela me donnait un aspect assez effrayant mais ca n’empêchait pas la gamine de compter sur moi, je dressais ma main de libre devant elle, comme pour barrer la route des autres gorilles humains.

« Plus personne ne bouge ou je lui tranche la gorge ! Vous allez gentiment m’expliquer ce que vous voulez à cette fille et rapidement !! J’ai des parents à aller sauver !!! »

En entendant ces paroles, les quatre gardes du corps éclatèrent de rire. L’un deux s’avança d’un pas, comme pour montrer que c’était lui le chef, il se calma un peu et prit la parole.

« Désolé mais c’est si drole… Il est déjà trop tard pour ses parents, il est impossible qu’ils aient survécu aux ours que nous leur avons envoyé… Maintenant, je ne sais pas qui tu es, mais je te conseille de ne pas te mettre sur le chemin de notre patron. Il est très influent et maintenant qu’il va pouvoir adopter cette fille de riches, il va devenir encore plus puissant, intouchable. C’est une trop grosse affaire pour toi gamin, retire toi pendant qu’il est encore temps, tu ne m’as pas l’air d’être le genre de mec qui aide les gamines. Tu as un bon regard, j’aime ca. Mais là, si nous mourrons d’autres viendront après nous, et ils seront beaucoup plus forts. Tu ne tiendras pas longtemps, crois moi. »

La petite commençait à pleurer après que le chef ennemi ait annoncé la mort de ses parents. Alors que les larmes coulaient à flots sur ses joues, elle tentait de les essuyer en vain. Elle pleurait en silence, cachée derrière ma jambe, se retenant de gémir avec cris. Elle était seule maintenant…

Ignorant tout le monde, coupant la parole aux tortionnaires, je me mis à crier…

« RIEN A BATTRE !!!!!!!!! Cette gamine m’a empêché de dormir et a réussi à me faire bouger ! Alors maintenant que je suis debout et réveillé, je vais finir ce que j’ai commencé ! Sinon ca veut dire que je me serais levé pour rien… que j’aurais pu continuer de DORMIR !! Et ca… Je ne le supporterais pas… Alors allez dire à votre maitre qu’il peut bien aller se foutre des doigts, parce que ce sera le seul plaisir dont il pourra jouir avant un moment !!!!! »

Juste après avoir dit ca, je trancha la gorge du mec avec mon shuriken géant tout en posant ma main sur les yeux de la fillette, lui soufflant ensuite de rester comme ca, qu’elle n’avait pas à avoir peur, que je la protégerais.

« Je n’ai pas peur.»

Affichant un léger sourire sur mon visage masqué par ma tignasse blonde, je me redressais, faisant face aux trois autres mastodontes qui me regardaient de haut. Dégainant mon deuxième Hatch Venom, je les lançais tous les deux en direction d’une cible différente. Celui qui n’était pas visé s’en rendit compte et profita de cet intervalle où j’étais apparemment désarmé pour m’attaquer pendant que ses complices esquivaient mes projectiles. Pointant mon poing gauche en direction de celui qui me fonçait dessus, j’actionnais le bouton qui décorait ma mécanique de cyborg, lançant ainsi un puissant jet de sable sur celui-ci. Alors que les deux autres, tout contents d’avoir évité mes attaques, se rapprochaient eux aussi de moi, je baissa la tête, les deux bras à l’horizontal devant moi, tel un zombi. Puis, dans une frénésie dont moi seul avait le secret, je mouvais mes bras au rythme d'une symphonie silencieuse, j’étais le chef d’orchestre de l’inconnu, fou incompris qui ne fait que des singeries… ou pas.

Mes Hatch Venom plongèrent dans la chair des deux colosses qui allaient me frapper en chœur, se plantant dans leur dos mûs par un champ magnétique dont ils ignoraient l’existence. Au même instant, un crack monumental se fit entendre, c’était la nuque de ma dernière proie, du chef, qui venait d’être brisée par une masse de sable qui l’avait étouffé comme s’il était vivant, poupée contrôlée par le grand marionnettiste, ce blond aux airs de pédophile et de psychopathe, à ce qu’il parait. C’est ce qui arrive quand on affronte un possesseur de fruit du démon…

Retournant voir la fillette, je m’accroupis devant elle et lui permit d’ouvrir les yeux.

« C’est bon, tu es en sécurité maintenant. Et si tu me disais comment tu m’appelles? Et sinon, tu connaissais ces gens ? »

La fillette ouvrit les yeux, plusieurs larmes coulèrent d’un coup sur sa joue, comme si elle les avait retenues jusqu’à présent. Puis elle me sauta au cou pour me remercier avant de me répondre.

« Je m’appelle Yoko. C’était des méchants ennemis de mon papa ! C’est Monsieur Patate ! Il va venir dans ma maison maintenant… Il faut pas qu’il la prenne… »

Elle montrait du doigt le haut d’une colline, un peu plus loin dans la forêt. Ce devait être l’endroit où se trouvait sa maison. L’endroit où j’allais encore me défouler après avoir bandé ma tête. Mais avant d’y aller, j’aurais bien voulu retrouver l’autre meuf pour lui mettre une fessée… Y'allait y avoir des cris !


_________________ ~♫


Dernière édition par Sora Mizuiro le Mer 18 Jan - 14:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Dim 15 Jan - 19:14



Une triste histoire...






Le massacre était horrible, voir des ours cannibale, je ne pensais pas en trouver ici sur les blue, comme quoi, il n'y avait pas que sur grande line que les forêts étaient dangereuse. En marchant, j'étais triste d'apprendre que je n'ai pas pût sauver les parents de la petite. Le plus dur sera sûrement pour cette petite.. Je me demandais bien comment j'allais lui annoncer la nouvelle. En marchant dans la direction où elle devait normalement se trouver, il y avait quand même pas mal de mètre avant que je ne puisse la rejoindre. Alors que je courrais, des bruits de pas m'arrêtèrent. En faisant attention à ce qui m'entourais, je pouvais voir des hommes en costard surgir de nulle part, ils étaient trois. Ils n'avaient pas l'air amical et me barraient la route, il fallait impérativement que je rejoigne la petite qui était seule. Ils étaient équiper de gant en cuire, devrais-je en déduire qu'ils utilisent eux aussi les poings ? Très bien placés, ils étaient tous séparer de façon à m'encercler..

«  Tu es très coriace pour avoir terrasser deux ours d'un tel gabarit.. Tu nous excusera mais nous devons te tuer pour que tu garde le silence sur ce que tu as vu précédemment... »
«  Comment ça ? Qui êtes vous ? Pourquoi faites vous ça ? ! »
«  Nous ne sommes pas obliger de répondre à tes questions.. »

Ils avaient l'air très ordonnés et surtout imposant dans leurs façon de parler. Comme si ils étaient sûr d'eux. Me chargeant simultanément à trois, ils était supérieure en nombres. Dans ces conditions là, il ne me restais plus qu'une seule solution. Les abattre un par un. Un à gauche, l'autre à droite et enfin le dernier qui se trouvait à l'arrière. En courant vers celui de gauche, ils dressait une garde digne d'un boxeur, en feintant de mon bras gauche, il voulus directement contre attaquer avec son crochet gauche, en baissant la tête, je lui mit un bon coup au niveau de la partie génitale. Affaiblie par le coup subit au niveau de ses testicule, je serrais sa paire dans ma mains droite pour le porter grâce à la force que mon fruit me conférait pour le lancer sur celui se trouvant derrière moi. Occupé à porter l'agent, celui se trouvant à ma droite me mit un coup de pied à la hanche pour que je m'éloigne de ses collègues qui s'étaient cogner entre eux. Le crie de ma première victime était presque aiguë, assez hilarant à entendre, on en oublierai même son apparence assez imposante. En me mettant en garde face à celui qui m'avait fait le coup de pied, je devais reconnaître qu'ils avaient tout de même une force assez conséquente, vu leurs gabarit ça ne m'étonnais pas.

En voyant ma posture, il tira un sourire qui n'était pas très rassurant. Comme s'il avait déjà vu celle-ci quelque part.. En le fixant d'un air vigilant, ils n'en restait plus que deux, l'autre ayant perdu sa descendance n'arrivais plus à se relever. Tout deux semblaient ignorer leurs compagnons. Ils ne baissaient donc jamais leurs garde, c'est assez ennuyeux, ils savaient maintenant qu'il ne fallait pas me sous-estimer s'ils ne voulaient pas finir dans le même état que leurs copain. J'étais pressée, et il ne fallait pas que j'attende qu'ils m'attaque. En plongeant face à moi, j'enchaînais les roues successivement jusqu'à arriver face aux deux videurs mes talons pointer sur l'un deux. Se tenant côte à côte, celui de droite cru pouvoir stopper mon élan par la force, au dernier moment je me changea entièrement en diamant pour doubler mon poids et ainsi l'écraser plantant mes talons aiguilles sur ses paumes. Propulser par ma charge, ma seconde victime avait désormais les mains hors d'usage. Il n'en restait plus qu'un qui recula face à ma silhouette de diamant. Malgré ses lunette, je pouvais lire en lui la peur. En me relevant, les talons ensanglanté par ma dernière attaque, je le regardais d'un air menaçant. Un regard noir.. Tétaniser de peur, il pouvait lui aussi entendre les cries de ses deux amis, un qui avait les avant bras presque diviser en deux et l'autre qui ne pouvait plus prétendre être un homme. Il recula petit à petit, mais en lui frappant les tibia avec ma jambe droite, il se mit à genoux. Impuissant face à mon pouvoir, il avait perdu sa langue. En lui tenant le menton avec mon pousse et mon index droit, je réorienta son visage face au mieux.

«  Ne me dites pas que vous en avez après la fille des deux parents mort par vos ours ? »
«  Ou.. Oui, notre.. Notre patron désire adopter leurs fille pour.. Pour bénéficier de leurs richesse. Je vous en prie ne me faites pas de mal c'est tout ce que je sais ! »
«  Où se trouve ton boss ? »
«  Dans une maison non loin à l'est.. C'est vraiment tout ce que je sais, maintenant laissez moi partir je vous en supplie ! »
«  Tire la langue... »
«  Comment ? Je ne comprends pas... »
«  Tire la langue j'ai dis  » dis-je froidement

Ils devaient payer pour leurs crimes.. Ouvrant la bouche avec hésitation tout en tirant la langue comme je lui ais ordonné, je mis un coup sec au menton pour que ses dents coupent elles même sa langue et ainsi lui procurer une douleur qu'il ne sera pas prêt d'oublier. En continuant mon chemin, je retrouva les même agents à terre autour du jeune précédemment aperçu près du bar, visiblement il nous avait suivis et en sa compagnie, la petite était encore en bonne santé mais quelque chose semblait la perturbée..

«  Heurese de vous revoir, je me présente ; Saeko du clan Sachiki.  » Dis-je en m'inclinant.
Voyant qu'ils pouvait se défendre face à eux, il fera donc un allier de taille et j'espère qu'il voudra bien coopérer !

«  Je voulais savoir si vous étiez au courant pour la petite et ses parents... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Mizuiro

avatar


Messages : 119
Date d'inscription : 07/08/2011
Localisation : Je suis là où ton coeur se trouve ♪

Feuille de personnage
♦ Niveau:
19/50  (19/50)
♦ Expérience :
151/190  (151/190)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Lun 16 Jan - 20:56





Saeko & Sora
« Quand la motivation devient excitation... »
L’adrénaline fait bouillir nos sensations, elle est le feu qui amène notre sang à ébullition, elle est l’ivresse qui nous fait planer, nous volons plus haut que le ciel lorsque nous combattons. Nos perceptions sont éveillés au maximum lorsque notre esprit est entièrement concentré à pourfendre un ennemi. Nos sens savourent le potentiel dévoilé lorsque l’humain est au pied du mur. Vivre pour combattre ou combattre pour vivre. Lutter pour son bon plaisir, ou protéger les autres. Chacun à sa propre manière d’appréhender une baston mais tous se retrouvent au même point à la fin. La violence fait partie de la nature humaine.

Je n’aime pas me battre, Gaia lui, adore ca. C’est pourtant moi, Sora, qui me suis battu contre 4 gaillards assez impressionnants. Bon, c’était tout ce qu’ils avaient pour eux, leur carrure, vu qu’ils étaient faibles en vérité. Ce devait être des larbins de bas étage. Quoi qu’il en soit, cela faisait longtemps que Gaia n’avait pas oublié de prendre le contrôle de mon corps lors d’un combat. Etait-ce dû aux valeurs en jeu ? Etait-ce parce que je protégeais Yoko ? Et puis, c’était pas vraiment pour cette raison que je m'étais battu hein, c’était pour ne pas avoir perdu des heures de sieste pour rien, bien sur. Bref, normalement, c’était ma personnalité violente qui gérait les fights, et là, non, ce n’était pas le cas, et ca me faisait tout drôle. Je n’étais pas habitué à ces prises de risque, à ces secondes intenses où l’on met sa vie en jeu, c’était une expérience impressionnante. Toute la partie de mon corps encore faite de chair était en train de trembler, comme si je venais de comprendre le danger que j’avais affronté. Je n’avais pas peur, non, c’était un mélange d’excitation, de satisfaction mais aussi d’inquiétudes en réfléchissant à tout ce qui aurait pu m'arriver. Une sensation de puissance m’envahissait, j’avais l’impression de pouvoir conquérir le monde. Ma victoire me montait à la tête, il fallait croire. En même temps, c’était une des rares fois où j’arrivais à quelque chose alors que j’étais un gros flemmard autrement. C’était un changement radical pour moi !

Bien que je sois aussi excité que si je venais de boire du Redbull, je conservais au fin fond de mon âme cette passion pour la paresse et la procrastination. Sauf que pour l’instant, mon naturel était étouffé par ce zèle envahissant, ce souci de rendre utiles des heures de sommeil gâchées. D’ailleurs, c’était au moment où j’étais le plus agité que la demoiselle aux cheveux violets se pointa. C’était la première fois que je pouvais la reluquer de haut en bas, auparavant elle s’était jetée trop vite sur la gamine pour repartir aussitôt. Elle était grande, c’était le premier détail qui m’interpella. Après, il y avait sa poitrine qui ne pouvait qu’attirer mon regard, sympathique mais vu que je me contenais pour ne pas exploser, aucune pensée perverse ne traversa mon esprit. Je rageais intérieurement, mes poings étaient serrés à mort et ma tête était suffisamment penchée en avant pour que ma crinière fasse de l’ombre à mon visage, masquant ainsi mes émotions pendant qu’elle se présentait.

Puis, une fois qu’elle me posa la question concernant la gamine, s’en était trop, il fallait que je lâche la sauce. Attrapant Saeko par le col, je la tirais vers moi pour limite lui donner un coup de boule mais ma main s’arrêta avant que ce ne soit le cas. Mon visage était en colère comme rarement il l'avait été. Ce n’était pas bon pour la peau autant de colère, j’allais avoir des rides…

« Que je t’y reprennes toi à laisser la gamine toute seule !!! Tu sais pas tous les efforts que j’ai du surmonter pour accepter de l’aider et toi tu t’barres avec elle comme si de rien n’était pour au final l’abandonner aux mains de ses primates sans cervelle… J’espère que tu as une bonne excuse parce que sinon j’vais te mettre la fessée tu vas pas comprendre ! »

Ce n’était vraiment pas dans mes habitudes d’agir comme ca mais je pense que Gaia rajoutait un peu son grain de sel dans ce raz le bol. Chaque effort me coûtait, alors il valait mieux ne pas m’en rajouter… Au final, c’est Yoko qui mit fin à notre dispute.

« Arretez de vous chamailler !!! Yoko aimait pas quand papa et maman criaient comme ca non plus… »

Des larmes ruisselaient à nouveau le long de ses joues briochées. Pour ma part, cela eut le don de me calmer, bien que ma rage soit toujours présente. Et j’allais devoir la faire sortir à un moment ou un autre ! J’avais bien envie de me défouler contre toute la clique à M. Patate tiens, c’était parfait pour moi…

« Bon, Yoko et moi, on va se faire les gorilles version améliorés dans sa maison là bas. Toi tu fais ce que tu veux, de toute façon je vais tous les défoncer il faut que j’me défoule… »

Prenant la fillette par la main, je la tirais gentiment en direction de la colline où se trouvait la fameuse demeure des parents assassinés, ignorant la réaction de Saeko.

La marche fut assez longue mais distrayante. La faune locale était originale de part la forme des différentes espèces, de part leurs couleurs mais aussi de part les sons qui sortaient de leurs bouches. La réputation de la forêt était bien méritée, aucune bestiole ne semblait dangereuse. En y repensant, c’était forcément à cause de quelqu’un si des bêtes féroces s’étaient retrouvées en liberté ici bas. J’aurais dû y penser plus tôt mais vous savez ce que c’est quand on a la flemme de réfléchir…

Finalement, on arriva tous au pied de la maison, qui était ni plus ni moins un château digne d’un conte de fées. Si je devais lui donner un nom, je l’appellerais Disney palace. Ouvrant le grillage d’un coup de pied rageur, je fis peu de cas du bruit causé par les portes métalliques. Pénétrant à l’intérieur du jardin magnifique qui me séparait de l’entrée du château en lui-même, je fonça tête baissée vers les grandes portes qui m’attendaient. Sauf qu’avec mon entrée en scène fracassante, j’avais rapidement attiré les regards. Trois énergumènes habillés tout de vert se mirent en travers de mon chemin... Ils avaient un style bien à eux, un genre décontracté qui ne présageait rien de bon. Celui du milieu finissait une part de pizza, celui de gauche avait une tête de demeuré, il tenait une boule noire dans sa main, était-ce une nouvelle arme bizarre ? Et enfin, celui de droite était trop laid, je ne voulais pas le regarder.

Spoiler:
 

« Hop là ! On ne passe pas… M. Patate envoie ses jardiniers pour s’occuper de vous, à ce qu’il parait vous lui avez causé pas mal de soucis, on va devoir ratisser tout ca… »

Eux, des jardiniers? Ils ressemblaient plutôt à des chasseurs de prime au look pas banal. Quoiqu’il en soit, ce petit apéritif me plaisait bien, j’allais n’en faire qu’une bouchée… Montrant du doigt celui de gauche et celui du milieu, je dis :

« Très bien ! Vous voulez nous bloquer le passage ? Je vais m’occuper de vous deux… »

« Hey mec, on est trois… »

« BREF ! Je vais tous vous défoncer… J’ai la rage en ce moment, j’sais pas ce qui m’arrive, vous allez goûter à mon mode Redbull ! »

Ouais, j’venais d’inventer le nom. Classe, hein ? On pourrait faire de la pub pour ca, tout le monde kifferait j’suis sur. Pourrait même faire des produits dérivés genre des boissons, des tee shirts, tout ca… Bref, il était temps de commencer les festivités. Même si je n’avais pas l’attention de m’attaquer à celui de droite, si j’étais tout seul, il fallait bien que je m’occupe de lui aussi à un moment donné… Pour l’instant en tout cas, je laissa la fillette derrière moi pour foncer vers le mec du milieu, celui avec le béret. J’allais le frapper de toutes mes forces avec mon coup de poing ravageur mais le mec attardé lança sa boule noire par-dessus moi. C’était comme si m’avait manqué exprès, comme s’il visait autre chose… Yoko !! Je ne sais pas ce quels effets allaient avoir cet arme mais je ne souhaitais pas le découvrir trop tard. Freinant de toutes mes forces, j’allais rebrousser chemin quand celui qui tenait toujours sa part de pizza dans la bouche me frappa d’un air nonchalant, m’envoyant rebondir contre terre…

Ils étaient plus forts que les précédents, ca c’était sûr… Si ca continuait comme ca, je n’allais pas pouvoir sauver ma protégée… La balle noire allait atterrir devant Yoko, plus que quelques millimètres et c'était trop tard…



_________________ ~♫


Dernière édition par Sora Mizuiro le Mer 18 Jan - 14:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Mar 17 Jan - 18:03



Alala les blonds...






Moi qui voulais être gentille avec lui, il me montra qu'il n'avait pas l'intention d'être aimable, en prenant mon col rapprochant sa petite tête vers la mienne, je pouvais voir ses horribles cheveux blond.. Bien sûr il est comme tout homme, que de la gueule.. Des menaces et toujours des menaces, mais il est l'exemple typique du mec qu'il ne fallait pas montrer à la petite Yoko. Le regardant sans expression, il marquait aussi un point, mais j'avais bien l'intention de revenir. Sans me donner de réponse claire, il était donc au courant pour l'histoire du patron qui désire être riche ou je ne sais quoi. En les suivants, je pouvais lire dans son regard la colère. Mais il ne réfléchis pas assez bien que l'erreur soit humaine, il allait en commettre une grave. Et il a eut tord de m'avoir manquer de respect, sans le vouloir il s'est attirer beaucoup d'ennuis.

«  Très bien, va te défouler si ça te chante, je me ferais un plaisir à regarder  » Dis-je en les suivant.


Il avait une marche nerveuse, comme un type qui voulait en découdre rapidement. La pauvre Yoko était obligée de suivre son rythme endiablé tandis que je marchais tranquillement derrière eux admirant la belle forêt. J'en oublias presque que je devais aller à la maison de la gamine pour l'aider, mais visiblement monsieur le petit blondinet voulait l'aider alors pourquoi me fatiguer à la tâche si quelqu'un le fait déjà ? En suivant leurs pas, je me retrouvais face à une maison pour le moins grande, et encore le mot était faible.. Si c'est bien celle de Yoko alors j'étais à la bonne adresse. Passant par le portail un peu déformé, ce blondinet avait vraiment les nerfs.. Au loin, je pouvais voir qu'il discutait avec... Des jardiniers ? Vu leurs accoutrement vert sans doute. Manque de chance, ils étaient trois. Même sans l'entendre, on devinait facilement l'état d'esprit du jeune héros qui ne tarda pas à foncé tête baisser.. Et c'est à ce moment là que je courus vers la petite, un objet qui n'était pas lancé comme un projectile semblait suspect, sans faire attention à mon pseudo compagnon, je repris cette chose noire pour la lancé vers la team roquette, en prenant la petite dans mes bras, je n'allais pas la laisser ici. En faisant demi-tour avec Yoko dans mes bras, une explosion me souffla en avant..

Si je lui ais demander de rester seule dans la forêt, c'était justement pour ne pas qu'elle soit témoin d'acte inhumain comme la chose noir qui a explosé me projetant en arrière, heureusement que la gamine était dans mes bras à ce moment là, mon corps lui aura servit de bouclier face à la déflagration. En roulant à terre serrant la petite entre mes bras, j’espérais qu'elle n'ait rien.. On pouvait remercier le blond qui a amener ce pauvre petit ange en enfer.. En changeant l'arrière de mon corps en diamant, je réussi à amortir la chute, serrant Yoko aussi fort que je le pouvais. En me relevant, j'étais en train étouffer la petite fille dans ma poitrine.

«  Oups.. Désolée, tu vas bien ma petite ? »


En me répondant d'un simple hochement de tête, je la reposa à terre. Observant les dégâts que l'explosion a faite, la maison peinte en blanche fut marquée par de la fumée noir.. Le beau jardin de la petite était devenu un champ de bataille.. Le trio qui ne semblait pas très malin fut vaincu, il n'en restait qu'un... Celui-ci se releva, ses vêtement tout déchirer et qui étaient devenus à moitié vert/noir. Grâce à mon fruit démoniaque, je réussi à conserver ma tenue. Je me demandais bien où est-ce qu'ils se sont procurer des armes telle que la petite pierre noire qui a provoquer une telle explosion. Au loin, j'aperçu le blondinet..

«  L'imbécile... Après tout, blond rimes avec con alors c'est tout à fait compréhensible.. »
«  Saeko-neesan ! Il faut que l'on rentre, je veux rentrer à la maison ! »
«  Toute suite princesse » Lui dis-je en la portant dans mes bras..

Elle était encore jeune. La simple vue des conflits peut avoir un impact sur elle et sur son avenir. Je ne veux pas qu'elle soit traumatisée par la guerre.. Ce qui est sûr, c'est qu'elle était bien partie pour croire que les hommes sont tous fou à vouloir se tuer. Si je l'avais emmener avec moi précédemment, je pense qu'elle n'aurait pas supporter l'odeur des cadavres et encore moi la vue de ses parents qui étaient à peine reconnaissable. Avec un minimum de réflexion, j'espère bien qu'il se présentera à moi pour s'excuser. A cause de sa folie, il a bien faillit tuer la petite..

«  On va attendre que monsieur finisse le boulot avant de rentrer d'accord Yoko ? »
Lui dis-je d'un air rassurant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Mizuiro

avatar


Messages : 119
Date d'inscription : 07/08/2011
Localisation : Je suis là où ton coeur se trouve ♪

Feuille de personnage
♦ Niveau:
19/50  (19/50)
♦ Expérience :
151/190  (151/190)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Jeu 19 Jan - 22:40





Saeko & Sora
« Quand l'attirance fait renaitre les bonnes vielles habitudes... »
Il est temps de renoncer aux affrontements, pour contrebalancer cette absence de volonté. Pour arrêter d’être un effronté. Ce n’est pas lorsque l’on est excité que nous nous sentons vivants, mais bien quand notre cœur est apaisé. N’est-ce pas mieux de maitriser tous les évènements plutôt que de succomber au désir impulsif qui est lié à notre chair ? Cette peau, cette enveloppe charnelle qui nous offre les plaisirs les plus immédiats, la violence, la jouissance, mais aussi la souffrance. Qui nous pousse à ignorer notre esprit, son opposé, uniquement pour satisfaire des pulsions primaires. Ces sensations sont grisantes lorsqu’on se laisse porter par elles, mais il suffit d’un évènement imprévu pour transformer ce bonheur en malheur. Assurément il est plus profitable d’être maitre de son futur, et donc de sa félicité…

Ce coup de poing qui avait manqué de peu me briser la mâchoire, au moins il avait eu le mérite de me réveiller… Pourquoi fonçais-je dans le tas comme un gros bourrin ? Ce n’était pas du tout mon style… Au contraire, j’étais plutôt du genre à rien foutre jusqu’à ce que ce soit les autres qui m’obligent à sortir les mains de mes poches. Mais là, je croyais pouvoir défaire trois mecs d’un seul coup alors qu’ils étaient plus forts que les men in black d’avant. En plus, j’avais délaissé la gamine pour faire le premier pas dans le combat. Même Gaia n’aurait pas fait cela, ou en tout cas, il aurait pris moins de risques. Il était du genre à faire les choses au mieux. Là, j’avais bien merdé.

Tandis que je croyais encore pouvoir rétablir la situation, la demoiselle que j’avais engueulé auparavant fit son entrée en scène et repoussa l’objet suspect dans notre direction. Vu ce qu’elle venait de faire, elle était plus forte que je ne l’imaginais… Alors qu’elle faisait un dérapage juste devant la gamine, elle avait manipulé la boule noire si vite que mes yeux n’ont pas pu suivre le mouvement. En plus, elle avait relancé le projectile à un endroit bien précis, pile entre les deux jardiniers qui s’activaient. Craignant tout de même que ce petit objet noir ne soit une bombe, je me préparais à fuir… L’explosion me prit de court !

Atterrissant comme du bois mort beaucoup plus loin, je venais de me faire de nouvelles blessures. C’était plus des blessures internes qu’externes parce que la déflagration n’avait pas été si forte que ca, c’était surtout le souffle de l’explosion qui m’avait surpris par sa puissance. Encore une de leurs inventions chimiques ! Mon épaule me faisait atrocement mal, du sang coulait sur mon front, j’avais des hématomes un peu partout. Heureusement que j’avais projeté du sable vers le sol avec mon bras mécanique pour me dégager du champ d’action de la bombe sinon j’aurais été plus amoché que ca. Là, je pouvais encore me relever. J’aperçu alors la femme aux cheveux violets, elle était recouverte partiellement d’une sorte de cristal, c’était éblouissant de beauté. Se pourrait-il qu’elle ait elle aussi ingurgité un fruit du démon ? En tout cas, elle avait protégé Yoko, c’était le principal.

Je commençais à regretter les paroles que je lui avais dit quand un survivant se manifesta. C’était le plus moche des trois ! Il n’aurait pas pu mourir dans l’explosion ? Sérieux… Ainsi, le combat n’était pas fini ? Je tenais mon épaule droite comme si elle pouvait tomber à tout instant, ca allait être difficile pour moi de me le faire… Mais heureusement, un petit bonhomme fit son apparition en hurlant :

« MON CHATEAAUUUUU !!!!!!!!!!!!!!! Qui a osé ???? Ce sont ces satanés enquiquineurs, n’est-ce pas ? Ils ont sali ma nouvelle demeure… Ils vont le payer !!!!!!! Ou sont-ils ? OU SONT-ILS ? »

Lâchant mon épaule puis me tenant le front tout en secouant ma tête de dépit, je finis par mettre mes mains dans les poches, à l’ancienne. J’étais redevenu moi-même. Sora le nonchalant était de retour ! Il avait cette dégaine, ce regard, tout dans son attitude respirait la flemme et l’indifférence. C’était bon de retrouver ses repères…

Après avoir murmuré un « M. Patate je présume… » comme pour exprimer plus une déception qu’une crainte quelconque, j’avançais en direction du dernier jardinier, ignorant complètement le nain chauve furax qui sautillait partout. Je le poussais même d’une pichenette dédaigneuse du pied une fois à son niveau. Genre « va jouer ». Arrivé devant le dernier mec vert debout, j’hallucinais de le voir sans réaction. Il restait là où il était mais il bougeait la tête en direction de tout et n’importe quoi… un peu comme une poule ! Ce qui le rendait encore plus laid !! J’avais qu’une envie, c’était de le baffer ! Levant mon bras gauche comme si j’allais lui donner une claque, j’attendis, limite en baillant aux corneilles.

C’est alors que le portail émit un son assez unique, un peu comme un paquebot qui coule… (oui, on entend pas ca tous les jours j’avoue). Une des portes était presque affalée sur le sol, maintenant elle était en train de se plier dans tous les sens. Les barreaux de métal se tordaient comme si une main invisible les écrasait. Au final, le portail entier formait une sorte de boule métallique assez bizarre qui lévitait dans ma direction. Elle se posa au creux de ma main gauche, formant ainsi un poing gigantesque, comme si le porche était l’extension de mon bras. Et là ! PAF le chien ! Euh… le jardinier !!

« DEGAGE, T'ES MOCHE !!!!!! »

Il venait de se prendre un coup de poing monumental, l’envoyant valser sur le coté d’une force, c’était limite le mur du château ne pourrait pas le retenir… En plus, il avait trouvé sur son chemin un Monsieur Patate qu’il amena gentiment avec lui dans son envolée vers d’autres cieux, en l’occurrence vers d’autres murs… Sauf que moi en attendant, j’étais épuisé. Entre le sable que j’avais utilisé, vidant de trop mon réservoir de cyborg, l’explosion qui m’avait bien amoché, les différents combats, mon pouvoir du démon que j’avais pas mal utilisé aussi… j’en pouvais plus, j’étais à bout de force. Mais malgré ca, j’avais les idées assez claires pour penser à la fameuse Saeko ! Cette demoiselle qui avait empoisonné mon séjour sur l’île ! Oui parce qu’en y réfléchissant bien, depuis notre rencontre, tout était parti en freestyle. Ma mission avec la petite, mon caractère qui faisait n’importe quoi et puis, entre attaquer des mecs plus forts que moi tout seul ou même crier contre une fille, tout ca pour moi c’était impensable d'en arriver jusque là. Et pourtant, depuis qu’elle était là, toutes ces choses s'étaient réalisées… Fallait-il en déduire qu’elle me faisait plus d’effet que je ne voulais le reconnaitre ? Est-ce que je la trouvais vraiment à mon gout au fond de moi ? Impossible de le savoir… En tout cas, il fallait que je m’excuse pour ce que je lui avais dit…

« Saeko ! Je voulais m’excuser pour ce que j’ai dit tout à l’heure… Tu avais certainement de bonnes raisons pour faire ce que tu as fait, je suis sûr que c’était pour son bien vu que tu l’as protégé de l’explosion juste là. Donc, tu peux oublier l’attitude un peu bizarre que j’avais jusqu’à présent, à croire que tu me faisais de l’effet… Bref, soyons amis ! »

Un sourire plein de gentillesse s’afficha alors sur mon visage exténué par la fatigue. Je tendis ma main non métallique vers ses lèvres, comme pour établir un contact que je n'osais entreprendre avec mes propres lèvres, comme si je voulais exprimer mon repentir. Comme si tout le romantisme au fond de moi désirait mieux connaitre cette Saeko qui me perturbait, qui m'intriguait, pour devenir plus proche d'elle. Réduire cette distance que j'avais créé à cause de cette embrouille dans la forêt. Comme si... comme si je me remettais à aimer. Mais ma détermination à étouffer tout sentiment pour ne plus avoir à souffrir faisait son travail. Je ne tentais rien, elle aimait peut être déjà quelqu'un à vrai dire. Tandis que mon cœur battait la chamade, que mes lèvres murmuraient un "je voudrais tant..." silencieux, le bout de mon index effleura ses lèvres pour au final que tout mon corps s'écroule par terre. Épuisé.


_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   Sam 21 Jan - 17:55



Une fin ridicule.






Lui qui m'a précédemment engueuler alors qu'il n'aurait jamais dût, je ne savais pas quoi penser de lui à part le fait que je ne l'appréciais pas trop. J'espère au moins qu'il s'est rendu compte de l'erreur qu'il a commit en mettant Yoko en danger. Ce dernier se releva, en le regardant avec mépris, j'aurais espérer qu'il ne se relève plus.. Un combat allait éclater, mais je ne m'en intéressais guère. Cachant les yeux de la petite, je ne voulais pas qu'elle voit l'horreur que pouvait faire notre amis le blondinet. Visiblement il a sûrement dût manger un fruit démoniaque pour pouvoir magner le magnétisme. Le portail qu'il avait enfoncé devint petit à petit une sphère avec laquelle il frappa le dernier jarnier.

«  Et voilà Yoko, monsieur Patate ne prendra pas ta maison  »

Je me demandais bien ce qu'elle allait devenir. Sans parents, et je ne pouvais la prendre avec moi, je n'ai aucun moyen pour la nourrie ou autre.. Une grande maison pour une si petite fille. Je pense que j'irai voir la marine et eux sauront quoi faire. Le travail était terminer, finalement j'ai bien fait de venir sans quoi, Yoko serait morte par la faute de l’incompétence de ce foutu blond. Ce dernier se dirigea vers la gamine et moi, ses vêtements avaient visiblement prit cher, son visage aussi. Il était sûrement blesser, mais je ne m'en préoccupais pas. Soudain, il présenta ses excuses ce qui était normale après ce qu'il m'a fait, il n'avait aucune honte à dire que je lui faisais de l'effet. Au moins il était directe et franc, mais encore une fois sa phrase ne m'a pas plus du tout. Avant même que je ne l'engueule à mon tour, il s'écroula comme devant moi. En temps normal, je l'aura secourus, mais vu la haine que j'éprouvais envers lui, j'aurais limite envie de mettre fin à ses jours... La petite Yoko elle en revanche, s'inquiétait. Je ne devais pas montrer le mauvaise exemple.. Mais avec la fumée que la grenade avait produite, je pense que les marines n'allaient pas tarder à rappliquer. C'est sans attendre que je m'accroupis vers la petite Yoko pour lui faire un énorme câlin car elle allait me manquer, c'était certain..

«  Yoko, des gens ne vont pas tarder à venir ici pour t'aider. Malheureusement, je dois partir.. Alors promet moi d'être forte d'accord ? »
«  Mais meussieurs là il ne vas pas bien ! »
«  Ne t'inquiète pas, il se réveillera.. Aller à la prochaine ma petite <3 »

En partant vers la sortie, je devais me diriger vers le port et partir de cette île. C'est sans regret que je laissais le pauvre blondinet dont je n'avais retenus le nom se faire arrêter par la marine. Je ne voulais pas me salir les mains en le protégeant, ces en voyant des mecs comme lui que je voulais vite revoir mon capitaine... En me dirigeant vers la ville, je devais m’arranger avec des passants pour que je puisse quitter l'île.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Ephémère souvenir d'une rencontre aussi précieuse qu'un diamant [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cuisine éphémère [Libre ^^]
» Illusion Ephémère - Valid'
» Rêve Ephémère ... Je trouverai un sens a ma vie ...
» Nuage Ephémère
» Un Pikachu en ville ~ ♥ [Pikachu, Tamago, Ephémère]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: South Blue-