Partagez | 
 

 Ivan Dragunov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Ivan Dragunov   Lun 5 Déc - 21:45







Ivan Dragunov






• Nom : Dragunov
• Prénom : Ivan
• Surnom : ça dépend... Meïhô ?
• Age : 32
• Sexe : masculin ♂
• Lieu de Naissance : NObless Island (Grand line)
• Camp : Révo
• Race : Humain
• Métier : Archéologue
• FDD/Arme : Yami Yami no mi/Un katana
• But / rêve : Découvrir tout les ponéglyphe et connaître l'histoire de l'ère ancien/détruire le gouvernement mondial qui protège les Tenryubito!







Description Physique



Et bien... A votre avis ? vous me trouvez comment ? Bien ? Beau ? Balèze ? Enfin bref... Il faut dire que je n'ai pas une tête qui fait peur, j'ai l'air plutôt gentil, en effet, je suis du genre gentleman, un révolutionnaire gentleman on en voit pas tout les jours n'est-ce-pas ? Mais comme le disait certain "le monde est vaste et on n’en est pas au bout du surprise."

Le haut du corps, mes cheveux, trop longues certes, reflétant directement sous les lueurs du soleil, j'en ai hypnotisé pas mal de monde à cause de ça. Il faut que j'entretiens mes cheveux tout de même, mais combien de fois j'ai failli les perdre dans mes voyages périlleux! J'ai dû faire bien attention et c'est sûrement à cause de ça que j'ai en même temps développé ma vigilance. Depuis tout petit j'ai laissé poussé mes cheveux pour avoir cette longueur, mes parents ont dû faire la tête à cause de ça. Dans ma jeunesse j'en ai bien attiré beaucoup de filles que les garçons de mon âge en sont jaloux, en même temps ce n'estpas vraiment dans mes intentions, mais j'aime bien les cheveux longues et j'y peux rien, je suis née comme ça et je pense que j'y compte bien y rester comme ça. Alala, qu'est-ce-que je me suis fait d'ennemis dans ma jeunesse à cause de ça, cela se voyait tant quand j'étais adolescent, là où l'on commence à apercevoir la beauté que renferme mon corps en plein évolution. Il faut bien dire que j'ai eu aussi des rivaux, sauf que eux cherchent à tout prix à se rendre plus beau que soit et parler comme les piailles de la noblesse, j'ai eu presque pitié pour eux, ça m'énerve combien de fois ces gens peuvent être aussi bornés, chercher à devenir plus beau que les autres pour attirer plus de filles, est-ce si important ? Attirer les filles ? Se faire un renommé parce que l'on est beau ? Désolé je ne me vois pas comme ça, en fait ça ne me va pas, c'est quand même pathétique quand j'y pense au bon vieux souvenir que j'ai eu et sûrement la meilleure! Je me rappelais avoir vu, quand j'étais adolescent, un jeune homme blond et, j'avoue, beau, ses cheveux bien dorés et SUPER longs, bien pire que les queux de cheval, cela touche les pieds même, volumineux, on dirait un dieux, heu j'exagère là, on croirait que la lumière est dédiée uniquement pour lui. Il a attiré beaucoup de femmes, comme un aiment attiré par ces petits trombones, juste à passer à côté et hop c'est collé, j'ai tout de même ressenti pour la première fois de ma vie ce sentiment qu'est la jalousie. Maintenant je comprends pourquoi ils m'en voulaient tant les autres, sauf que moi ce n'est pas pour la beauté, j'aime les cheveux long, surtout que ça me va bien. Pourquoi mes cheveux brillent ? C'est ma mère qu'il faut demander, elle est une véritable maniaque de la propreté, je ne m'en lasserai jamais d'elle, d'ailleurs c'est elle qui s'occupe de m'habiller soigneusement mes habilles, je me sens honteux, j'ai du donc me soumettre à elle et j'ai fini par m'habiller tout seul, comme un grand, sans que ma mère vienne me déranger. Il y a une limite tout de même dans tout cela et elle ne fait que la perfection, je ne regrette pas d'avoir quitté mon pays, il n'y a que ça là-bas. Enfin bref, je disais que cet homme n'en avait pas marre d'attirer les filles, mais quand j'ai vu dans quoi trainent ses cheveux je me suis abstenu à garder à mi-hauteur les miennes et ce même homme a vite compris qu'il a tout de même raccourci légèrement ses cheveux dorées. Qu'est-ce-que je me suis bien amusé, un souvenir inoubliable, dommage qu'il n'a pas beaucoup d'amis...

Ahem...

Je disais donc après mes cheveux que je pense avoir assez détaillé, avec tout les histoires qui y vont avec. Passons à mon visage, vous me trouvez comment ? Je n'arriverai jamais à le faire sortir de ma tête, c'est devenu un tic, 'vous me trouvez comment', à force de vivre là-bas, à fréquenter avec les nobles ne s'occupant que de leurs beautés et bien sûr ma mère... Mon père ? Lui c'est la personne que je le respecte tout au monde, il est honnête avec moi et me laisse vivre comme bon me semble, enfin bon tant que ma mère est là je ne pouvais faire grande chose qu'à part m'abstenir, je n'aime pas me comporter comme un chien, mais elle me dit à chaque fois que c'était pour mon bien, d'où elle voit ça ? C'est juste pour impressionner tes copines, disant souvent "Vous trouvez comment mon fils ? Il n'est pas mignon comme ça ? Voyez-vous..." enfin je m'arrête à là, sinon prononcer toute sa phrase reviendrait à dire que je cite un roman. Les femmes ne pensent que ça à la tête, elles n'ont pas d'autre activité qu'à part impressionner les autres avec leurs enfants dont moi, non de dieu qu'est-ce-que je souhaitais vraiment avoir une nouvelle vie... Bon je n'ai pas encore parlé de mon visage!
Et bien après m'être regardé devant un miroir je suis pas mal, j'ai des joues fines, pas un seul bouton, pas de traces désastreuses qui pourraient gâcher mon visage, depuis quand je prends soin de moi ? xD, bien le front à la bonne taille, mâchoires bien disposés sous ma peau beige et lisse. On me trouve beau gosse, car je pratique du sport, de l'exercice, alors chaque jour j'élimine les excès de calories, je ne sue pas tant en fin de compte, d'ailleurs combien de filles j'ai dû faire tombé lors du match de tennis ? Me balançant d'un côté pour renvoyer la balle puis de l'autre pour faire de même, les goûtes de sueurs se séparent violemment de mon visage et passant pendant un court instant devant moi, sous le soleil, ces petites bulles liquides venant de ma transpiration reflètent comme des étoiles, avec mon visage bien concentré et du sérieux les femmes adoreraient voir ça, marrant non ? Combien je décris si bien les choses ><.

Le bas du corps à présent, un corps d'athlète, de taille moyenne, pas si développé, je ne suis pas un bodybuilder, on voit bien les traits de mes muscles sous ma peau, un corps bien disproportionné sous tous les angles. On peut voir sur certaine partie de mon corps des veines sortir. Mes bras, quand je la contracte on voit bien le biceps se gonfler comme un ballon, cela se voyait tant à travers mon T-shirt mouillé par ma sueur, l'odeur de la transpiration qui, parfois, a un effet d'aphrodisiaque, enfin d'après ce que j'ai constaté, quand j'écoute ce que disent les filles c'était ridicule, les femmes alors... Je n'arriverai jamais à les comprendre! Bref, avec mon abdomen bien sculpté, on voit bien mes six bosses ressortant de la surface si bien et si dur que l'on dirait une tablette de chocolat, j'aime bien le chocolat, à manger avec modération. Ca c'est du solide, même sans forcer ça reste toujours dur, après quand on remonte un peu, regardant sur les côtés on peut voir ainsi ces obliques externes, voyant bien la forme de ces fines muscles, que je me plie à droite ou à gauche la forme y est toujours. Remontant encore un peu pour observer après les parties abdominales les pectoraux, ces deux seins bien musclés et ferme recouvrant le torse par-dessus les cages thoraciques qui servent aussi de bouclier fait de chair pour mon coeur qui bat à vive allure. Juste au-dessus de mes obliques et sous mes deux bras, cette partie du muscle important pour l'acrobatie, sortant et dépassant les pectoraux, voyant légèrement les fibres de muscles se former sur ma peau. On voit très bien les formes de mon dos, une structure simple, gardant un certain garantit de puissance, trapèze légèrement développé.

Maintenant on va descendre vers le bas, après que l'on ait rapidement parlé de mon -Johnny- il y a mes jambes, elles ne sont pas énormes, mais l'on voit bien les traits musculaires traçant tout au long de ma jambe, comme un vrai coureur. Quadriceps au top niveau, fesses bien fermes, solides, à force de courir pour entraîner mon endurance j'obtiens tout de même de très bon résultat sur mon état physique. Là aussi les filles adoreraient voir les hommes courir, comment dire, elles aiment voir la virilité des hommes ressortir, en tout cas on me vise souvent, vu que je cours tous les jours au bon matin, avec l'air doux et frai sous les lueurs du soleil caressant ma peau beige et légèrement coloré... Les filles connaissent bien ce genre de choses, c'est leurs divertissements, j'ai couru plus d'une heure à vive allure, à la fin j'étais essoufflé, mais avec l'habitue cela apparait de moins en moins. Il faut dire qu'entretenir son corps c'est tout un art, j'étirais tous mes parties de mon corps, devenant de plus en plus souple, avec un certain entraînement gymnastique je gagne en agilité, mon corps est devenu comme le modèle, ce n'est pas pour me flatter... Depuis que j'ai suivi l'entraînement vigoureux qu'est le bushido, la voie du guerrier, j'ai décuplé ma dextérité et mon réflexe. Olala ça en fait un peu trop pour moi non ? Peut-être mais bon, on va s'arrêter là, j'aimerais vite passer à la description psychologique, là où ça pourrait devenir plus intéressant, là c'est tous une découverte, comme l'aurait dit certain professeur de science dans l'étude du corps humain, le cerveau est le plus fascinant, je ne suis pas biologiste, mais vous savez pourquoi j'en suis devenu...



Description Morale



A quoi pourrais-je penser... Suis-je si mystérieux pour vous ? Vous avez raison, vous ne saurez jamais ce que je pense vraiment, bien que je suis obligé de l'expliquer, par exemple mes objectifs, il ne faut pas se contenter de vivre, mais aussi évoluer, dans les mers vastes, je veux être l'homme le plus fort du monde. Comme l'aurait dit certain fou "tu n'as qu'à conquérir le monde, deviens empereur et règne ton pouvoir dans le nouveau monde", au début c'était insensé, mais quand j'ai pris conscience de ce que j'étais capable de faire j'étais déterminé de gagner en force pour devenir un jour empereur. Je n'aurai plus de problèmes pour sauver les esclaves des nobles, ça c'était l'objectif que je m'étais fixé depuis un bon moment et je tiens toujours cette promesse, je ne peux les laisser tomber, je ferai tout pour venir sauver les esclaves, pour laver mes pêchés, de moi et celui de mes parents, pour ma mère j'aurai un doute...

Je suis gentil... Non je veux dire je suis neutre avec mon entourage, je ne cherche pas à impressionner les autres, je ne cherche pas à voler leurs petites-copines, même pas une bagarre, je suis absolument neutre. Déjà qu'autrefois avec ce genre de vision je me suis fait beaucoup d'amis, mais j'ai rencontré le seul et vrai ami de ma vie, je le respecterai et je ne trahirai jamais sa confiance comme il ne m'a jamais trahi pour moi... Vous savez, avoir des amis c'est bien, mais après est-ce-que vous pouvez avoir foie en eux ? Moi j'hésiterai et j'en douterai fortement, je n'accorde pas si facilement ma confiance à quelqu'un, surtout quand je sens que ça va tourner au vinaigre. J'ai dû me confronté quelquefois au cours de mon voyage, j'ai fini par me rendre compte qu'on ne peut différencier facilement des personnes confiant et celui qui trahiraient les autres soient pour fuir, argent ou avoir un avantage. J'ai compris ainsi que le monde ne pourrait exister s'il n'y a pas de gentil et de méchant, le bien et le mal. Comme l'aurait dit certain philosophe, si l'on supprime l'un le monde tombera dans le chaos, si l'on supprime l'autre alors le monde n'aura aucun sens, je suis du même avis, sinon le monde que l'on vit ne serait plus de ce qu'il était autrefois: excitant!

Après quoi ? J'avais parlé de neutre, je suis neutre, j'ai pas fini d'en parler, être neutre c'est de savoir utiliser les deux karmas, je peux faire le bien et je peux faire le mal, sauf que le mal est réservé exclusivement contre le mal, je préfère régler mon compte contre le mal par le mal, après c'est la suite qui déterminera ma personnalité. Soyez soulagé, je suis plus penché pour le bien que le mal, je n'ai jamais enlevé une vie depuis que j'étais révolutionnaire, je n'oserai même pas tuer quelqu'un, ce n'est pas dans ma nature, je me suis interdit de tuer une personne, même si celui-ci méritait vraiment la mort, ça pourrait me faire perdre ma vie, mais c'est la voie de la sagesse que je suis et j'en suis fière. Je me souviendrai encore de ce que j'ai fait dans ma jeunesse, je battais tout le monde dans le domaine du sport, c'est grâce à ça que j'ai pu faire un renom pour ma famille, avec une très bonne connaissance intellectuelle qui me fait donc l'un des meilleurs élèves de mon pays, enfin disons que je suis au sommet du podium. J'étais tout de même content de laisser ma place à quelqu'un d'autre que moi pour ce qui est de la beauté, on appelait ça mister sunshine, je me suis vite débarrassé de ce nom ridicule à la personne qui correspond au mieux, encore ce jeune blond aux longs chevelures dorées, ça lui va à merveille, j'ai dû conserver les autres titres de numéro un afin d'honorer ma famille, enfin faire plaisir à ma mère, elle est très stricte là-dessus. J'espère que les générations qui vont suivre ne va pas les contaminer, surtout mon frère, mon petit frère... Dès que je disparaitrai de ma famille elle va s'en prendre directement à lui, fort heureux que je suis du genre à donner de bons conseils et j'aurai envie qu'il puisse les appliquer tout au long de sa vie, quand ma mère sera morte bien entendu...

Je sais, je suis sadique, enfin je ne me sens pas si sadique à ce point-là quand même, je suis tout simplement honnête et préventive, je réfléchis beaucoup au futur et aux conséquences de mes actes tout en restant neutre, enfin essayant de ne pas être pris dans l'un des deux karmas. J'aurai bien aimé quand même être dans le bien sauf que ça me jouera des tours, donc je vais essayer de ne pas trop jouer aux héros et rester dans le centre, je chercherai toujours pour avoir une meilleure solution à tous les problèmes, je ne prends pas toujours la meilleure, car cela influencera sur mon avenir et je serai sûrement plus dans le bien ou dans le mal. Vous voyez un peu la tournure que ça prend chez moi ? Non, je ne me fais pas d'idée, bon c'est vrai je suis optimiste, car croire en miracle c'est aussi croire en dieu, enfin quand on croit en dieu c'est qu'on croit en soi-même, déjà ça passe par là et moi j'ai confiance en moi, je suis persuadé, comme l'aurait dit les grands prédateurs, je suis mon instinct, je laisse libre arbitre dans ce jeu... Cependant quand je suis mon instinct je fais plus de bien que de mal, je suis condamné à faire le bien pour le restant de ma vie ? Ralala qu'est-ce-que ça fait de jouer aux héros, je trouve que c'est ridicule, les héros c'est pour les gamins, si l'on veut dire héros ou sauveur un simple merci suffit je pense. On sait qu'on a rendu service et sauver une vie, mais il n'y a pas de raison d'être considéré en héros, surtout après les actes que j'ai faits dans mon pays pour que je deviens un hors-la-loi. Certains aiment bien être considéré comme un héros, mais le vrai sens du mot héros c'est que l'on soit un modèle à suivre, un meneur, celui qui règnera la justice et fera soulever les peuples et se battront au côté du héros contre le mal, bon je ne suis pas ce héros, je trouve que ce n'est plus de notre ère pour jouer à ça, enfin bref. S'il y a toujours des croyants alors je les encourage dans ce cas là, car ils en auront besoin quand ils seront des esclaves, je parle bien ceux qui n'ont pas eu de chance de se faire capturé pour la vente aux enchères.

C'est à peu près tout pour de ce que je pourrai raconter de ma tendance neutre, si je parlais comment je règle les autres en combattant le mal par le mal, vous allez voir, ce n'est pas tous les jours que vous allez rencontrer des personnes comme moi faire de telle action, moi je trouve cela rigolo et ça apaise ma soif de vengeance ou de colère. Oui ! Il y a des fois où je suis en colère et quand je le suis ce n'est pas beau à voir, si vous voyez l'expression d'un vrai mafieux qui n'a connu dans sa vie de la tuerie, ça ressemble à peu près à ça, je cherche à me décompresser en faisant diverses activités intenses, je devais me défouler avant que je ne m'en prends à quelqu'un. Mon maître d'arme m'avait toujours dit que la colère est la source du problème et qui m'aveuglerait, perdant donc tout moyen de contrôler mes émotions, je ne dois pas laisser ma colère m'emporter et c'est pourquoi j'ai appris à me maîtriser, je méditais comme je médite aujourd'hui, je cherchais le silence, je cherchais le calme, je mettais de l'ordre dans mon esprit et je me sentais mieux, on me voyait rarement en colère après avoir écouté les conseils de mon maître, la seule personne que j'appelais comme ça dans mon pays. Certains rivaux adoreraient me voir en colère, ils ont bien tenté de dire n'importe quoi, insulter ma famille etc. mais je n'ai pas riposté, avec ma connaissance culturelle je leur ai retourné leurs jeux de mots contre eux-même, c'était assez plaisant finalement, c'était marrant de les voir frustrer, échouer face à moi, après quand il s'agit de me défier au sport là, ils n'ont rien compris et c'est là que j'ai senti mon sadisme monter en moi, je ne leurs ai donné aucune chance, prenant exemple au tennis, alors que mon adversaire savait faire des services puissants, bon il faut avouer que rattraper ses balles relève le défi, mais j'ai su mettre en oeuvre une combinaison de l'art du sabre et ma foie, j'ai renvoyé ses services qui font la fierté de mon adversaire au départ, là vous allez voir la suite, quand c'est mon tour je vise toujours la personne, généralement la jambe, d'une précision accrue grâce à ma dextérité et ainsi la puissance de frappe qui dépasse largement la sienne. Je dominais le jeu, je lui ai fait comprendre que me défier c'est comme défier un dieu, bon c'est un peu trop dit, se considérer comme un dieu, mais personne n'a pu me rivaliser dans tous les domaines du sport, à croire que je suis née pour. Des fois j'ai dû envoyer certain d'entre eux à l'hôpital, car ils méritaient bien ça, mais après j'ai dû arrêter d'agresser tout le monde en jeu sinon je vais souiller le sens du devoir qu'est la sagesse, surtout que mon maître n'apprécierait ce que je fais exactement avec les autres...

Enfin bref, je marque pas mal de points quand je prends soin des jeunes demoiselles, comme un hôte, les filles de mon pays ne sont pas dures à les charmer, d'un bon regard pour envoûter la victime suivie de belle phrase et le tour est joué. Moi je ne suis pas comme les autres, aux lieux d'attirer les plus belles femmes ou quelque chose de ce genre je viens en aide à des personnes qui n'ont pas su faire face à la tyrannie des autres jeunes de mon âge, j'en avais marre de ça, cela me faisait pitié, ce n'est pas par cupidité, par courtoisie, mais par la sagesse. Chacun cache leur talent au plus profond de leur être et moi je ne fais que de les ressortir pour le montrer devant tout le monde que chacun et chacune peut être spécial, il suffit de savoir l'exploiter. Chaque personne démunit je viens vers eux, je regardais dans leurs yeux, j'essayais de comprendre pourquoi ils souffrent autant, j'ai parlé avec eux pour savoir, c'est alors que j'ai compris, ces personnes démunies, ils ont tout simplement peur de le faire, ils n'ont pas la force de l'appliquer, ils n'ont pas leur confiance en soit, depuis tout petit ils étaient comme ça et finissent par perdre foie en eux-mêmes. J'ai fait ce qu'il fallait faire, je leur ai donné foie, je leur ai donnée une raison d'apprécier le monde, je leur ai montré la voie à emprunter, je leur ai inculqué la volonté de fer, de ne jamais renoncer, de ne jamais baisser les bras, c'est ensuite que j'ai pu contempler le résultat. Chacun a su montrer qui ils sont vraiment, depuis ces personnes qui, autrefois, n'étaient que des souillés sont devenus mes amis, des personnes confiants, certain m'a bien donné comme surnom de 'le sage', car je donne des conseils. C'est dans ma nature, je ne peux rester les bras croisés à les voir souffrir pour le restant de leurs vies, je devais faire quelque chose, je ne suis pas un salaud, c'est comme pour les maids, dans ma demeure, comme hommes ou femmes, je leur ai donné la joie de vivre cette nouvelle vie, mais je sais qu'ils voulaient quelque chose de plus, quelque chose qu'ils ont toujours rêvé chaque soir, chaque nuit, c'est la liberté... A cause de ma gentillesse ça m'a coûté chère, très chère même, mais au moins je peux être fière, car je suis sûr que je rejoindrai le paradis, même si je ne crois pas vraiment en dieu.

Ma façon de penser, de voir les choses, de croire sont rares de nos jours, il n'y a pas souvent de gens honnêtes ou de gens au coeur pur, j'étais déçu au début, mais je ne perds pas espoir et j'espère tout de même de pouvoir changer ce monde souillé, impure, je me demande si la guerre pourrait remettre de l'ordre dans tout ça... je pense que je vais éviter la guerre quand même, c'est mauvais. Donc on va dire que je suis gentil, sans pour autant cupide ou naïf, car je saurai me montrer agressif.



Et vous ?


Prénom/Pseudo : Keniro
Age :22
Vos manga préféré : plein
Aime : heu... plein
N'aime pas : travailler xD
Comment avez vous connu le forum ? : Top site
Comment trouvez vous le forum ? : un thème super
Avez vous lu le règlement ? J'ai lu et personnellement, sur chaque forum OP j'ai l'impression qu'ils se ressemblent tous.












Dernière édition par Ivan Dragunov le Mar 6 Déc - 16:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Lun 5 Déc - 21:48





Histoire



Première partie : ma naissance vers un avenir pur ou impur




Je pense que je vais vous raconter en détail mon histoire, depuis mes 32 années à vivre dans ce monde, depuis ma naissance dans ce cas-là...

Je ne me rappelle plus comment j'étais lorsque je suis sorti du ventre de ma mère et je n'aurai jamais crue qu'elle est ma mère, mon père m'avait dit que j'étais tout mignon à cet époque, une petite perle brillante, j'ai encore le souvenir des photos que j'ai vus, les photos lorsque j'étais encore qu'un bébé dans les bras de ma mère et à côté se trouvait mon père, une belle famille. Bien, il faut que je vous parle un peu dans quoi je suis née, dans quelle famille je suis venu au monde.

Je suis née dans une société où les riches passent leur temps à ne rien faire de toute la journée, je suis née sur une île immense que l'on pourrait appeler communément Nobless Island, moi je suis née dans une famille dont leur renommé fait d'elle comme l'une des plus puissantes familles de l'île et peut-être du monde. Il faut dire que j'étais bien chouchouté quand je n'étais qu'un gamin, ma mère était vraiment une très bonne mère, en parlant d'elle je n'ai pas encore dit son nom, elle s'appelle Natasha Dragunov, elle est issue d'une famille de noble peu puissante, puis mon père, un véritable parrain et aussi la personne respectée de ma famille, Yuri Ivanievich Dragunov. Ce père, j'ai pas mal de choses à dire, fils d'un puissant mafieux, mon père n'est pas comme toutes ces personnes se comportants comme un assassin sans once de remord, il était différent, il se comporte comme un vrai homme, il a su faire régner l'ordre au sain de sa famille, certain comme mon oncle et ma tante ne l'aiment guère, juste parce qu'il est à la tête de la famille. D'après l'histoire que m'avait raconté mon père il y avait eu pas mal de querelle entre frères et soeurs, il y avait plusieurs tentatives d’assassinat tout ça pour quoi ? Pour avoir le poste du big boss. Quand il m'avait raconté son histoire j'étais fasciné par ses exploits, il a dû surmonter les dangers, il m'avait dit que c'était dû surtout à la chance. Il a évité le poison que contenait dans ses boissons, évité les assassinats au beau milieu de la nuit, à chaque fois les assassins n'ont pas pu avoir la vie de mon père et il est maintenant trop tard, devenu le boss, il est intouchable. Au début j'ai cru que devenir le boss de ma famille serait cool, mais je m'étais trompé...

J'ai donc grandi dans cette famille de mafieux, je ne manquais de rien, les domestiques s'occupent très bien de moi, j'étais heureux à cette époque, à force de me faire chouchouté par tout le monde je suis trop gâté. Quand j'avais eu mes 5 ans c'était l'heure d'aller à l'école, comme tous les enfants d'ailleurs, de toute façon il n'y a pas deux ou trois écoles là où j'habite, juste une et cela suffit amplement pour ce qu'il est véritablement, un bâtiment immense, imposant, très décoratif après les jardins où les roses ne cessent de pousser, le style architectural est du genre un monument datant de l'ère antique, mais refait par la suite, un seigneur habité dans cette école, mais ça a changé de propriété. Des milliers d'enfants nobles traînent un peu partout dans la cour comme dans les couloirs, classes et bien encore d'autre jusqu'à se perdre. Ha ! Si vous aviez vu l'accoutrement de ces mômes, bon moi aussi j'étais comme ça, certain sont trop extravagant, d'autres simples et c'est bien mieux pour eux, mais ça ne démontre pas la puissance de la famille, encore d'autres habillés déjà comme un grand, moi ? Je suis Don Vito Corleone, non je ne suis pas comme ça, mais mon accoutrement y fait penser, je n'étais pas grand et imaginez-vous moi en costard et cravate version mini, sans lunette, seulement une rose dans ma petite poche de ma veste au niveau de ma poitrine, là j'ai l'air vraiment un mafieux. J'avais déjà mes cheveux long qui descend jusqu'au bat de ma nuque, avec mon regard légèrement plus menacent que parmi les gamins qui veulent régner leurs lois, sauf que la loi c'est moi ! Alors personne n'est plus fort que moi, bien sûr c'est de l'ironie, mais je voulais dire fort à cause de l'influence de ma famille a sur les autres, ils m'ont pas loupé, très vite reconnu, à cause de ça je n'ai pas eu d'ami, jusqu'à ce qu'un jour le temps de la solitude m'est révolu.


J'avais donc six ans, j'ai passé un an à errer seul dans cette école, certain ont bien tenté de m'utiliser et de monter une sorte de gang à la façon baby-mounting, ils voulaient de moi comme chef, je trouve ça ridicule et j'ai vite fait refuser, je préfère être seul que d'être entouré de gamins qui veulent m'utiliser comme figure de terreur. Ils n'ont pas renoncé les jeunes que ça finit par tourné à la comédie, j'espère qu'ils finiront par comprendre un jour que ce n'est qu'une école et non une petite ville pour enfants où on fait notre propre vie... Vers l'été j'ai croisé un nouveau arrivant, venant d'un autre coin du monde, cet enfant est le premier ami que je me suis fait dans ma vie, Antonio Vivaldi, sa famille est tout de même puissante, possède plusieurs villas éparpillés dans tout le coin du monde, mais ne sont pas du genre à intimider le monde et encore moins à faire le mal, juste de modeste famille avec des domestiques loyales. Ils se sont installés pas loin de chez moi, vue sous un angle théâtrale et immense qu'est une maison pour les nobles.

Depuis que Antonio a intégré l'école il a joué le souffre douleur des autres gamin, à le voir il est faible, frêle, comme démuni et c'est le cas, il semblerait qu'il soit atteint d'une maladie que je ne connaissais pas à cette époque, pourtant avec toutes les insultes, tous les injures et après s'être frappé à de multiple reprise, bien que ce n'est pas voyant à part ses habilles sales, de la poussière qui se trouve dans les tissus après qu'il ai traînés au sol. Bon ça va les gamins ne sont pas violents, mais à force de donner des pichenettes avec leurs pieds quand ils ont l'occasion de le faire je sentais que j'allais devenir fou. La tension monte chaque jour que quand j'ai vue ce jeune garçon se faire maltraiter par ces mêmes enfants. J'ai tenté d'ignorer sa présence, je voulais vivre seul comme je l'ai toujours fait, mais quelque chose en moi m'a poussé à venir à son aide, oui à chaque nuit je n'arrêtais pas de revoir cette même scène, être considéré comme un déchet, j'en avais assez, le jour suivant quand la scène se reproduit de nouveau j'étais déterminé à les achever, ne vous en faites pas, je ne les ai pas tué, mais seulement amoché, malgré leurs nombres je n'ai fait qu'une bouché. Je me suis comporté comme mon père, un par un j'ai mis mon petit poing qui semble être fragile cogner dans la figure d'un autre, j'avais la main qui tremblait, c'était la première fois que j'ai frappé avec autant d'ardeur et de détermination que je m'étais senti après tout bizarre, je respirais anormalement, surpris je me sentais comme revivre. J'ai aidé le jeune Antonio à se relever, mais je n'ai pas tardé sur lui pour fuir, je voulais éviter d'avoir tout contact, j'avais encore cette idée d'être seul, j'ai pensé que personne ne voudrait être ami avec moi, j'avais tort. Le jour suivant ce même garçon n'arrêtait pas de me suivre dès l'instant où j'arrive dans l'école, il n'avait pas peur de moi, au contraire il voulait se lier d'amitié avec moi après l'avoir sauvé, j'ai mis du temps pour le supporter, c'est comme s'il n'avait que ça dans sa tête, à me suivre. C'est ensuite que j'ai fini par oublier l'idée d'être seul, j'ai commencé à parler avec lui et très vite nous sommes devenus ami, j'ai continué à grandir avec lui et ensemble avons passé pas mal de choses dans la vie, il m'a appris à apprécier le monde, la nature, les personnes, enfin il m'a changé, j'ai changé, j'ai totalement bannis la solitude et j'ai fini par me comporter comme un simple jeune parmi tant d'autres, j'ai fini par me fondre dans le décor.

J'ai repris le sourire, j'ai pu m'intégrer un peu partout avec les autres enfants de différentes familles pour parler, discuter, de tout et de rien, souvent ils parlent de ma famille comme sinistre, j'ai dû donc expliquer que ce n'est que leurs imaginations et qu'il fallait regarder sous un autre angle. Il est vrai qu'en regardant de loin ma maison elle fait un peu sinistre, c'est parce que avec tous ces hommes en noir postés un peu partout rend le décor moins resplendissent, bon ce n'est pas parce que j'ai un père mafieux qu'il faut tout de suite dire que le fils est méchant, c'est parce qu'ils n'ont pas su comprendre, me comprendre à part Antonio que je considère comme mon meilleur ami.

Il m'invitait de temps en temps à venir chez lui, mon père n'aimait guère ce genre d'hospitalier et ordonne à quatre gardes du corps de me faire accompagner, je n'aimais pas non plus son manque de confiance, mais je le comprends et je n'avais donc pas eu le choix, mais sur place j'ai dû expliquer à Antonio que les hommes en noir n'étaient que des pions et qu'il ne fallait pas faire attention, même s'ils te regardaient bizarrement il fallait les ignorer. J'ai pu constater que chez lui c'est vraiment quelque chose de luxueux et peu connu des autres, du style baroque accordant du couleur très diversifié alliant à l'or avec d'autres couleurs. Par la suite j'ai découvert le talent d'Antonio, il sait jouer du violon, il m'en a fait entendre quelques-uns de ses compositions et j'étais pris de surprise, à la fois magnifique et apaisante, malgré son corps fragile il a su montrer un talent non négligé dans l'art de la musique, il a un don innée, il pouvait faire un renom à l'école, c'est ce qui s'était passé un peu plus tard quand je lui ai proposé de venir avec son violon et de partager son talent avec les autres. Comme je l'avais prédit à l'avance les enfants ont pris goût aux musiques d'Antonio, j'ai su à cet instant qu'il pourrait devenir le plus grand virtuose du violon qu'il puisse exister de cet époque.



Deuxième partie : A l’âge d’adolescence où l’on commence à murir



Et voilà, quelques années ont passé lorsque j'ai commencé à entrée dans un grand établissement qu'est l'école supérieur de la noblesse, c'est un genre d'école alliant lycée et université et par conséquent plus de monde et un endroit immense, bien plus imposant et splendide que les autres écoles, un lieu où les jeunes vont devoirs se montrer bien plus exemplaire pour honorer leurs familles. J'ai 14 ans depuis que j'ai intégré pour la première fois dans cet établissement, j'ai grandi, j'ai mûri, j'étais un adolescent, un jeune en phase de devenir un jeune homme, c'était aussi à cet instant que ma mère a changé, maintenant elle voulait du meilleur de moi, elle m'a bien poussé à faire plein de choses au début, de toute façon j'y étais préparé bien avant ça, depuis qu'elle m'a inculqué de ce ridicule volonté d'être le meilleur de tous, Oh oui ! J'ai oublié de vous le dire, j'ai eu un frère, un jeune frère de 6 ans, lui au moins il est traité comme un jeune enfant normal, je veux dire pas comme moi, moi qui suis le centre de tout intérêt pour la famille, en fait et sans vous mentir je suis le modèle de ma famille. Ma mère m'a poussé à perfectionner dans toutes les matières pour que je sois le numéro un de l'école, il faut dire qu'au début j'ai eu du mal à faire ce qu'elle demandait de faire, mais après de multiples menace verbale, tout de même limités à cause de mon père et malgré toute son influence qu'il a sur elle n'a pas été d'une grande aide, j'ai fini par me plier à ses demandes, quelle misère, je n'ai même plus le temps de m'amuser. Mon meilleur ami Antonio est lui aussi entrée dans cette luxueuse école, nous ne sommes jamais séparés depuis le temps où je l'ai sauvé la première fois, l'amitié avait grandi entre lui et moi, quand il a un problème je suis la personne qui viendra à lui en premier.

Dès que j'entrais les jeunes ont commencé à murir, certaines se comportent déjà comme des demoiselles comme pour leurs mères, quand aux hommes certains ont tendance à tenter d'attirer les jeunes filles vers eux, d'autres veulent montrer leurs forces devant tout le monde, montrer qui est le plus fort. Antonio a su émerveiller ces milliers de jeunes demoiselles par sa musique au violon et ainsi par son corps fragiles et généreux qu'en fusionnant ces deux ingrédients montrent le résultat accordant l'harmonie et la paix avec la nature et la modernité, c'est de ça que vient le renommer de la famille des Vivaldi, sa maison fusionnant avec la nature pour le rendre encore plus verdoyant que n'importe quelle villa, la seule à posséder une maison si resplendissent de l'île. Ce n'est pas tout, c'est la famille la plus généreuse que je n'ai jamais rencontré, même les serveurs qui étaient autrefois les esclaves capturés pour les ventes aux enchères sont loyaux jusqu'au bout, à vrai dire je commence à croire que cette famille unique voulait tout simplement sauver plus de vie que de les utiliser comme de la marchandise en utilisant de la même manière que les nobles, l'argent. Il faut se mettre à l'évidence, l'argent achète tout, même la vie des personnes, c'est dans ce genre de monde que l'on vit et je suis sûr que ce sera pareil pour les autres civilisations dans ce monde, comme pour les mondes parallèles, d'après un chercheur célèbre que j'ai lu son ouvrage à la bibliothèque de l'école supérieure.

Tout d’abord il faut préciser que dans cet établissement il y a pas mal de concurrent, non je voulais dire de rivalité, certain se battent pour devenir le plus intelligent, d’autre être le plus sportif ou encore le plus beau, il y a pas mal de compétition officieusement parlant entre élèves et moi je suis au sommet, je vais vous expliquer en détail.
Depuis mon entrée dans cet école j'ai déjà commencé à perfectionner mon intelligence, bien entendu sous la pression de ma mère, j'ai dû apprendre par coeur les histoires du monde, même les oubliés et les inconnues, pour je ne sais quelle raison ma soif de connaissance m'a poussé à apprendre plus. Moi qui n'ai pas voulu apprendre, juste être banal comme tant d'autres enfants et pourtant j'ais continué à lire, lire encore, de plus en plus, le plus surprenant est que j'arrive à me souvenir de ce que j'ai lu, bien plus facile à se rappeler lorsque c'est quelque chose d’intéressant. Mais lire tous les ouvrages que renferme la bibliothèque demande du temps, beaucoup de temps, mais j'étais avide à les lire, j'ai passé la plupart de mes temps libres dedans, mis à part aller chez Antonio, il était le seul à apaiser avec sa musique ma soif de connaissance, en fait il est capable de m'apaiser tout simplement, lorsque j'ai un problème dans ma tête je viens voir directement à lui pour écouter sa musique dans une ambiance si sereine. Les jours ont passé et voilà que ma mère m'encourage à pratiquer le sport pour changer d'air, au début je n'avais pas trop la foie d'en faire, mais avec les arguments costauds elle a fini par me convaincre, Natalia... Je suis sûr que c'est de cette façon qu'elle a séduit mon père, les femmes sont étranges et mortelles, nous, les hommes, ne savons pas à quoi elles pensent, même si l'on connait vraiment la personne comme un jumeau il y a toujours un côté qui se cache derrière un masque invisible, mais je saurai sûrement faire la différence, bon retournons à notre activité qu'est le sport.

J'ai dit que j'avais commencé à faire le sport après être entrée dans l'école, tout d'abord j'ai commencé par la plus basique : l'athlétisme.

L'athlétisme c'est, comment dire, la base de la majorité des jeunes nobles de notre île, j'en ai fait au moins une heure par séance et par jour, puis ça montait à deux puis à trois, à ce stade je pouvais plus aller loin étant donné que je devais respecter mes emplois du temps, donc à la place j'ai intensifié mes entraînements. J'ai fait à peu près de tout, non j'ai fait de tout, la course, le marathon, le saut de hais, la natation, le gymnase, etc. Là ce n'était pas tout à fait mon ki... Heu je voulais dire que ce n'était pas ma passion et pourtant j'ai continué, là c'était encore plus marrant que de lire à la bibliothèque, pourquoi ? Parce que ma performance sur tous les types d'exercices sont au top niveau, j'ai un don innée dans ce domaine et je n'ai pas baissé les bras, j'ai continué, les autres étaient ahuri par mes exploits et même quand ils poussaient leurs corps à l'extrême ils n'arrivaient pas à m'égaler, sauf certain, mais je le dirai un peu plus tard... Les filles adoraient voir les jeunes garçons faire du sport, en fait c'était leur passe-temps préféré, sous leurs parasols, à boire du thé avec des biscuits, à nous regarder courir autour du stade comme si elles étaient parties pour pique niquer, toujours un majordome à côté pour faire quoi que ce soit à leurs demandes. Voilà comment ça tourne, les filles ne sont que des supporters et nous, les hommes, faisant du sport sur cette immense partie du terrain d'athlétisme sommes des stars, je sais, c'est ironique, mais c'est vu comme ça.

Pendant mes activités sportifs mes entraîneurs personnels m'apprenaient sur l'anatomie du corps humain, force, endurance et souplesse, c'est trois caractéristiques que représente le corps humain sont fondamentaux, en les travaillant le corps gagnera en puissance et on gardera la forme, malgré les limites que m'ont imposé les entraîneurs j'ai toujours continué à faire plus, par cupidité. C'est ensuite, pendant la pause après les cours, que j'ai rencontré un autre enfant en difficulté, je voulais dire qu'il n'avait pas su s'intégrer facilement dans la société, que l'on considérait comme une sorte de bête de l'âge préhistorique, c'est vrai, j'ai regardé et il est comme un homme Cro-Magnon avec ses vêtements légèrement délabré et sale, par curiosité je me suis dirigé vers lui, il m'a expliqué un peu sa situation, Kouetsuji Furatsu venant d'une famille pratiquant les arts martiaux, il n'avait pas l'habitude de s'habiller correctement, car il a passé pas mal de temps à pratiquer son art qui fait la fierté de sa famille, seulement s'il ne pouvait pas s'habiller correctement comment peut-il honorer ses parents s'il ne sait pas habiller ? Je suis du genre à vouloir crée des contacts et je sens en lui comme une personne confiant et honnête, je suis très curieux en quoi représente son art, car je n'en ai pas, bien entendu à l'époque, pratiqué une seule fois. J'ai donc fini par me décider à aller chez lui après qu'il m'ait invité, car lui aussi il a su lire en moi de ce que je suis réellement, à cet instant quand il m'a invité chez lui j'ai su qu'il n'était pas normal.

Après l'école j'ai dû remettre un autre jour pour Antonio, j'avais l'habitude d'aller chez lui, c'est juste pour s'amuser, j'ai encore l'âge d'un jeune garçon, je lui ai expliqué que j'ai été invité et il a tout de suite compris et n'avait pas cherché à comprendre et était déjà en route pour sa demeure. Quand je suis arrivé devant sa maison ma première impression c'est la caractéristique simple et imposante que j'ai rarement vue, en fait c'est la première fois que je vois de telle architecture si simple, mais mettant en avant la sérénité et la forme donne à ce bâtiment l'effet d'imposer la force, enfin je sens comme une sensation d'être petit à côté , un style asiatique (je reprends la forme typique qu'est le Japon). J'ai pénétré à l'intérieur et j'ai parcouru la cour immense, bien pire que chez moi, seulement c'est vide, j'ai continué à traverser cet immense place recouvert de granité de sable, je ne sais pas à quoi sa sert, cependant j'avais remarqué qu'il y avait des traces indescriptibles, lorsque Furatsu passe son pied dessus j'ai eu un tic, son pied, c'est comme s'il avait fait une trace de son pied au sol et il y en a partout. Je ne sais pas ce qu'il fait exactement et ma curiosité était presque au plus haut. L'entrée n'était qu'à une dizaine de marche, juste après avoir traversé ces marches en bois polis, ouvrir l'imposante porte en bois que même moi je ne sentais pas pouvoir la pousser, Furatsu y arrive avec serein et pourtant sa carrure ne semble pas aussi développé pour permettre de tel exploit. L'intérieur est toutefois plus typique et ainsi fait de bois, le mur et le plafond semble être fait de béton, seul le sol et fait en bois, d'après ce qu'il a dit il fallait marcher pied nu, c'était là première fois que j'entendais ça, mais par respect je l'ai fait, j'ai marché longuement dans les couloirs qui sont tous dans n'importe quel partie du bâtiment identique, j'ai eu du mal à me retrouver quand je retournais chez lui, c'est ensuite qu'il m'a fait présenter à son père, le vénérable maître Kouetsuji, je ne sais pas quel âge il avait, mais il fait pas si vieux que ça avec ses deux petites moustaches.

Furatsu m'avait expliqué que son père 'est' un grand maître d'art martial et ainsi spécialiste dans l'anatomie des os et des muscles, j'ai donc parlé longuement avec le père et le fils, des femmes habillées de façon très spéciale que l'on nommait Geisha, très ravissante d'ailleurs, servant du thé. J'ai compris enfin d'où venait la force de Furatsu dépassant ce que mes professeurs pouvaient faire, j'ai appris que cet école enseignait non seulement l'art du bujutsu, mais aussi une école d'hôpital, heu je voulais dire une clinique du style oriental, j'ai lu une partie dans des bouquins d'histoire que leur façon de soigner les gens serait parfois brute, mais très efficace, je n'ai jamais vue l'exécuter, mais j'aimerais bien voir ça de plus près, aussi j'aimerai connaître le secret de cette force formidable tout en gardant le même aspect physique. C'est là que le père, d'ailleurs j'ai peur de lui pour des raisons diverses, est très sage et gentil qu'il m'explique une chose : Dans le corps il y a trois sortes de muscles, les muscles blancs ont un pouvoir extraordinaire, mais qui ne peuvent être utilisés longtemps, le rouge confère l'endurance, mais pas de puissance, puis entre les deux, bien que nous en ayons très peu, les muscles roses possèdent les qualités des deux autres... 'Les scientifiques et même les sportifs disent qu'on ne peut changer le pourcentage de chacun, mais j'ai fait passer cette théorie et brisé la limite. Dans le passé j'ai créé ma propre théorie et j'ai créé de nouveaux entraînements, j'ai développé, transformé mes muscles rouges et blancs en roses, d'où tire à la fois puissance et endurance' dit-il 'donc il ne faut pas dire que les gros armoires à glaces de deux-cent kilo pourraient battre les plus petits, ce n'est pas parce que j'ai un corps peu développé que je ne réussirai pas à soulever un rochet...'

Donc voilà sa façon de voir les choses, au début je trouvais cela absurde, mais si c'était vrai, s'il est vraiment capable de faire de tel exploit alors moi je suis bien décidé à m'entraîner là-dedans, je suis même près à abandonner les autres activités pour me concentrer là-dessus, en fait ce n'est pas le fait que j'ai envie de devenir fort, c'est de savoir si sa théorie reste toujours vrai, dans ma tête j'ai réfléchi bien longtemps et j'en suis bien resté à ce point, l'idée de transformer les muscles pour réunir les qualités tout en restant à une taille moyenne m'a bien attiré. Sans plus attendre j'ai demandé au maître Koetsuji d'être son élève, généralement il préfère transmettre son savoir à son fils, mais à me voir la façon dont je m'habille lui a donné une idée, il accepterait de m'enseigner à condition d'apprendre à son fils Furatsu de s'habiller plus correctement et que cela devient une habitude. Ca m'a l'air un peu du genre mission impossible, mais finalement je m'étais dit dans ma tête que j'y arriverai...


Les jours suivants, j'ai commencé à oublier un peu l'athlétisme et j'étais allé chaque soir chez les Kouetsuji avec Furatsu, j'ai commencé l'entraînement de titan, son père m'avait fait subir exactement la même chose qu'à son fils, je n'aurai jamais crue que le niveau serait si élevé que ça, même les athlètes n'auraient pas pu faire pire, heureusement j'ai débuté le sport depuis un certain temps et je m'étais préparé à ça, enfin presque. J'ai couru autour de la cour à plusieurs reprises, en tractant un pneu sur lequel le père est assis dessus et me fouettait comme un esclave, courir encore plus. Je m'étais mis dans des positions difficiles et je devais tenir le plus longtemps que possible, encore mieux ce que font les moines Shaolin, ce type m'a fait voir pour la première fois l'enfer, mais j'ai tenu bon et je n'ai pas baissé les bras, je ne dois pas renoncer, continuer jusqu'à atteindre le but final. Tôt le matin je devais retourner chez lui pour un échauffement et continuer l'entraînement matinal, enfin on va dire que je m'étais levé vers 4h, j'ai cru que ma tête n'allait plus tenir longtemps, j'ai donc changé mon emploi du temps pour rester à la fois discret sur mes activités et de faire ce que je fais habituellement, je n'en ai pas vraiment parlé à mes parents pour ce genre d'entraînement chez les Koetsuji, néanmoins j'ai pu cacher mes traces de douleurs que j'ai subi pendant les exercices, grâce à la mère de Furatsu, c'est une spécialiste des soins médicaux oriental, sans elle mon corps n'aurait pas tenu, elle était là après chaque entraînement pour soigner mon corps avec ces herbes spéciales et des produits que je ne connaissait pas vraiment, c'est là le secret des soins des Koetsuji. Après l'entraînement matinal et après avoir pris une bonne douche fraîche j'ai aidé Furatsu à s'habiller correctement, donner des conseils, l'obliger à porter les mêmes accoutrements que moi et même imposer le parfum pour homme. Il avait du mal à les porter au début, mais je lui ai obligé de les porter jusqu'au bout, après quelques jours Furatsu ne pouvait supporter de porter ce genre d'accoutrement trop serré à son goût, pas assez aéré, c'est ensuite que j'ai eu l'idée lumineux, il n'a qu'à porter le kimono que porte son père voilà, ce n'est pas tout les jours qu'on voit quelqu'un habillé de style traditionnel, Furatsu n'avait pas dit non, au contraire il était bien satisfait. C'est donc de cette façon que j'ai pu rester chez eux et en contre partie je lui ai inculqué les bonnes manières pour s'habiller, même pour la coiffure, ses cheveux, il fallait prendre soin et non laisser comme ça, comme des pailles, il ne se lavait pas souvent les cheveux, mais bon après qu'il s'était rendu compte que ça lui rendait mieux avec les longs cheveux bien fait, pas tout à fait identique aux miens, cependant le résultat était surprenant.


Nous avions continué à vivre de cette façon jusqu'à ce que j'atteigne l'âge de 18ans, mon corps est devenu plus puissant, plus fort, j'étais capable de faire bouger des choses qui sont plus grosses que moi, j'étais content du résultat, enfin bref, à cet instant j'ai rencontré par hasard un autre maître habitant dans la forêt, c'est le frère du père de Furatsu, d'après ce qu'il m'a dit c'est un maître du bushido, il m'a tout de même mis en garde, ce n'est pas pour rien s'il habite loin du monde, car il cherche la véritable sagesse du monde, il n'aime pas la civilisation. J'ai tout de même tenter de m'approcher de lui, discrètement avec Furatsu, nous étions en train de se faufiler dans la forêt pour atteindre son repaire, loin des bruits, près de la nature, une sorte de cabane petite, vraiment petite, en regardant un peu partout j'ai trouvé une personne sur la colline en train de pratiquer le bushido, c'est lui, l'autre maître d'art, je ne sais pas pourquoi, mais la façon dont il bougeait et la façon dont il exécutait ces mouvements étaient si bien synchronisés que j'ai un peu du mal à le suivre. Furatsu m'a fait présenter devant le grand maître d'art, Aïen Koetsuji, à la première impression il a l'air effrayant, mais en présence de son neveu il a l'air gentil, ensemble on parlait, le maître d'art comprit qui j'étais et qu'il sait que je suis bon, j'ai eu du mal à lui dire que je souhaitais pratiquer le bushido, je ne sais pas à quel moment il fallait le dire, mon regard m'a trahi et le maître à su lire dans mes pensées, effrayant comme personne, cependant la réponse fut rapide, il m'a accepté d'être mon maître. Surpris je ne savais plus quoi dire à part maître, sauf que pour Furatsu je ne sais pas quoi dire non plus, mais il n'a rien dit, il a juste précisé que si j'avais eu envie de le faire il fallait le dire plus tôt, comme si je savais qu'il avait de tel oncle dans la famille, il m'avait expliqué que mon entraînement passé depuis ces dernières années fut nécessaire avant de pratiquer à quelque chose de plus dangereux, c'est pourquoi il ne m'a rien dit avant. Le maitre Aïen m'avait donc pris comme disciple et j'ai commencé à la pratiquer le lendemain, j'ai remplacé les entraînements que je devais faire avec Furatsu chez lui après les cours par mon nouveau entraînement. Il y a des jours où il fallait que j'aille le matin chez le maître Aïen pour des séances de méditation, au début je n'avais pas compris à quoi ça servait, c'est après qu'il m'ait expliqué en détail que sans le contrôle parfait du corps je ne ferai que me fatiguer avec des mouvements brusques etc. La méditation me permet de garder le calme et de vider mon esprit et ne faire qu'un avec mon corps, c'est la base de mon entraînement, je comprends pourquoi il n'aime pas la civilisation, car il y avait trop de bruit. Il est difficile de comprendre les démarches à faire pour que j'arrive enfin à me méditer, au début c'est difficile, après les conseils du maître j'ai enfin réussi à retrouver le calme. Après avoir maîtrisé la méditation au premier jour de mon entraînement je passais à présent par l'entraînement au sabre, maintenant que je possédais la carrure physique requis pour le pratiquer plus besoin de passer par les séances de musculation. J'ai donc commencé à utiliser tout d'abord un batô, un katana en bois, je n'ai rien dit là-dessus, je fais confiance au maître comme j'ai fait confiance, enfin j'ai eu des doutes, pour le père de Furatsu, ensemble allions diriger vers la cascade, je devais me trouver sous la cascade afin de pratiquer le mouvement répétitif qu'est le coup du sabre à la verticale, je devais faire ça mille fois, au début c'est facile, mais je manquais de concentration et de souplesse que je me fatigue très vite, le but de cet entraînement c'est de comprendre les mécanismes de mon corps et de les appliquer pour effectuer des mouvements moins fatiguant et avec efficacité. Je peux vous dire que j'en ai bavé là-dessus, je comprends maintenant ce que voulait dire Furatsu, ça c'est de l'entraînement que je dois surmonter une fois de plus, il y a divers entraînement que je devais effectuer, mais tous sont progressifs. Pendant les vacances d'été j'ai passé mon temps là-bas pour m'adapter facilement à ce style ancestral qu'est le bushido, je devais maîtriser mon esprit et l'utiliser pour contrôler mon corps, sans cette maîtrise je n'étais pas capable de dépasser l'étape basique de l'entraînement comme pour la cascade. Plusieurs jours acharné pour enfin réussir à comprendre, il ne fallait pas s'acharner, il fallait savoir utiliser les mouvements de mon corps, mon esprit devait harmoniser mon corps avec les mouvements, tout n'est que question d'expérience, après plusieurs tentatives j'ai terminé l'entraînement avec facilité, tout ne passe pas par la force, l'esprit est important, c'est ce qu'il voulait dire mon maître.


C'est alors que j'ai passé au niveau supérieur, mon maître m'avait appris comment manier un sabre, montrant des actions diverses à enchaîner, je devais suivre ses mouvements comme son ombre, au début c'était un peu difficile, étant donné qu'il fallait se rappeler de ce qu'il fallait faire et d'être de plus en plus rapide, mais aussi d'avoir l'exacte position à prendre comme pour mon maître. J'ai donc appris plusieurs mouvements et parfaire mon synchronisation de mon esprit avec mon corps, cela dura un an, quand le maître décida que j'ai eu l'entraînement suffisant pour pouvoir passer à quelque chose de sérieux, comment contrôler le Ki en soit. Chacun possède l'essence spirituel au fond de son être, mais au fur et à mesure que le temps passe chaque être commence à l'oublier, mon maître voulait me transmettre l'art de maîtriser le Ki, pour une petite démonstration il m'a demandé de tendre mon poing vers lui, c'est ce que je fis puis lorsqu'il a touché mon poing de sa main j'ai senti comme une sensation traversant tout mon corps et je me suis mis à bouger tout seul de façon désorienté et j'ai fini par me valser moi-même au sol, comme un abrutis. J'ai ahuri, j'en revenais pas de ce que j'ai vécu à cet instant, c'était une sensation forte, nouvelle et étrange, c'est ce qu'il appellerait l'essence universel, il m'a donc appris à utiliser le Ki qui est en moi par différent mouvement lent et synchronisé, je devais sentir l'énergie traverser mon corps, pour quelqu'un de moderne comme moi avait du mal à sentir cet énergie, mais je n'ai pas baissé le bras, même si c'est plus dur que de ce que j'ai fait avant, car c'est tout de même quelque chose de plus profond que soit, quelque chose d'invisible, mais présent, quelque chose qui ne peut être maîtrisé comme pour les muscles. J'ai mis encore quelques mois pour comprendre son usage et enfin pouvoir à mon tour l'utiliser, vous savez quoi ? Je n'ai pas regretté de ma vie après avoir testé ma maîtrise du Ki sur mon maître quand il a bondi à son tour, mais j'avais encore du temps et j'ai dû continuer à parfaire mon Ki encore longtemps, mais ce n'est pas encore terminé, car si j'arrive à maîtriser mon Ki alors je suis capable de développer mon sixième sens...


Cette phase primordiale pour terminer l’apprentissage de mon maître, maîtriser le sixième sens, je devais à présent sentir l’essence de la vie autour de moi, je devais les sentir et non les voir, j’ai médité longtemps là-dessus, très longtemps, jusqu’à sentir enfin de ce qui m’entoure, sentir les arbres, les herbes, les êtres et même les objets. J’ai eu 22 ans quand j’ai réussi à maîtriser le sixième sens et que je l’ai appliqué dans mes combats spirituels contre mon maître, au sabre, les yeux fermés, je devais sentir les coups de sabre de mon adversaire, sentir le vent couper, sentir l’intention de mon opposant, pour la première fois j’arrivais à faire face à mon maître, j’étais un disciple unique, apprenant très vite les choses. Il était fier et moi-même j’étais fier de ce que je pouvais faire, mais à présent mon maître n’a plus rien à apprendre, pourtant il possède des techniques puissantes qu’il pourrait me les transmettre, mais il a voulu que je continue mon chemin de ma propre volonté et crée de nouvelles techniques qui me sont propres, quand il m’avait dit cette phrase quelque chose allait se produire dans pas longtemps, quelque chose qui pourrait changer ma vie…


L'été, pendant les vacances, je suis retourné à la civilisation après avoir quitté mon maître et retourner auprès des autres, revoir Furatsu et Antonio, ils me voient comme transformé, comme sincère et sage. C'était à cet instant que j'ai repris ces petites activités sportives, par exemple le tennis, les balles lancés par mon adversaire sont si lent que je n'ai même pas eu le besoin de le sentir, je savais où il fallait frapper et à chaque frappe que je fais les balles disparaissaient pour se retrouver derrière le joueur, seul le son à fait la différence. Courir autour d'un stade ? Les autres grands coureurs, même s'ils ont de plus longues jambes que moi ils n'arrivaient pas à m'attraper, à me rattraper, le temps qu'ils fassent un tour j'étais déjà en train de les regarder avec ma bouteille d'eau dans ma main, assis sur une chaise, à les attendre. Ces années d'entraînement m'ont permis de me faire devenir un homme puissant, mes parents étaient fières de moi, malgré qu'ils avaient des doutes sur mes activités, mais le résultat comptait plus, mon père voulait absolument me mettre à la tête de ma famille, sauf que ça ne se passera pas tout à fait comme je le pensais...


Lorsque j'ai atteint le niveau de maîtrise suffisant j'ai su lire les sentiments de mes serviteurs, malgré leurs sourires j'ai su percer leur visage et j'ai pu deviner de ce qu'ils souhaitent réellement, la liberté... A chaque fois que je passe dans différente famille j'ai senti la même chose, sauf dans certain comme chez Furatsu et Antonio, j'en ai senti une sensation douloureuse chez certain serviteurs que ça me fait mal en mon être, devenant de plus en plus insupportable, j'ai cru qu'après quelques méditations ça passerait, mais cela reste insuffisant. J'ai pensé à ce qu'avait dit mon maître, suivre ma propre volonté, c'est ce que j'ai fait et ce jour arriva, avant la fin des vacances où différentes familles sont parties pour le voyage, j'ai profité de cette occasion pour accomplir quelque chose que je n'aurai jamais crue le faire, libérer les esclaves qui étaient devenus des serviteurs. Depuis une semaine j'ai mis en place un plan pour pousser les serviteurs à quitter leurs demeures, bien que par crainte de la police, j'ai réussi à les convaincre de me suivre et quand le grand jour ou plutôt à la grande nuit arriva j'ai passé à l'action, je voulais faire ça seul, je ne voulais pas de complice, j'ai peur qu'ils aient des problèmes à cause de moi, c'était un plan risqué mais faisable, si l'on faisait vite, j'ai réussi à duper la police, en offrant plusieurs bouteilles de vins de grandes qualités pour qu'ils se saoulent et j'ai commencé à pénétrer dans chaque maison pour faire sortir les esclaves, cependant j'ai eu un hic, quelqu'un se mettait en travers mon chemin, c'était mon maître, il m'attendait là pour m'affronter, il ne pouvait me laisser faire sans que je ne l'ai affronté en duel, je n'avais plus le temps, mais affronter mon maître c'était quelque chose d'insensé, cependant pour le code d'honneur je me devais l'affronter, c'est ensuite que le combat a débuté.


L'affrontement a duré un peu longtemps, mon maître est fort, très fort même, je ne savais pas qu'il possédait de telle puissance destructrice, mais j'en fais de même et j'ai utilisé toutes mes aptitudes à fond, c'était le combat du siècle opposant entre maître et son disciple. Des coups tranchants le béton comme du beurre, les lampadaires coupés en plusieurs morceaux comme du pain, des coups dans le vide tranchant même le sol, des bruits mélodieuses que pouvait produire les deux katanas suivis de puissante onde de choc, usant chacun de son côté toute la puissance de son être pour se donner à fond pour un combat épique. Au bout d'un certain temps et par je ne sais quel miracle j'ai réussi à vaincre mon maître, brisant son katana, je l'ai vaincu. Fière, mon maître n'a plus de regret, sans rien dire il disparait dans le noir, j'avais donc accompli l'ultime épreuve, j'étais enfin libre de faire ce que je voulais, j'étais heureux, mais le temps m'était compté, je devais vite les libérer avant que la police fasse du grabuge, heureusement les esclaves étaient déjà tous dehors pour contempler mon combat, ils étaient tous heureux à de tel point qu'ils aient encore de l'espoir. Je leur ai conduit vers le port, là où était amarré le navire de mon père, j'ai dû l'emprunter pour fuir l'île avec les esclaves, quittant à présent le port, par surprise j'ai vu Furatsu avec Antonio, me suppliant de revenir, il était déjà trop tard, je devais aller de l'avant, ne plus se retourner, partir pour de nouvelle aventure, j'ai fait mes adieux à mes amis que je ne les oublierai jamais, je regrettais de ne pas avoir parlé de mon plan, mais ce qui est fait est fait, s'en était décidé et je ne reviendrai pas sur ma décision. A présent j'étais libre de naviguer sur de large océan comme bon me semble...



Part 3: La découverte du pouvoir, la puissance d'un fruit! Vers un monde vaste...


Une semaine à passer en mer à trouver une île pour accoster, pour l'instant on n'était pas encore arrivé, heureusement que dans le navire il y avait une sirène parmi nous pour aller pêcher les poissons pour survivre, l'eau n'était pas un problème, car j'avais tout prévu, ce que je n'ai pas prévu c'est le fait que j'aurai des poursuivant. Au 7ème jour le navire traversa une tempête, la mer se déchaine, les vagues sont violentes, quand soudain un navire de la marine nous a intercepté, tirant à vue, pas de doute ils étaient là pour nous. Je devais faire quelque chose, c'est là que j'ai pris une décision, j'ai décidé de me battre seul contre un navire de la marine, malgré les avertissements des gens à bord du navire je suis le seul à pouvoir les retenir, sans plus attendre je devais le faire et vite. Prenant un drap comme parachute j'ai sauté loin du navire pour voler jusqu'au navire ennemi, avec le vent qu'il y avait et avec une bonne manoeuvre j'ai pu me retrouver sur le pont, les petits soldats avec leurs fusils et épées en mains, j'étais près à les affronter tous en même temps, un combat désespéré avait été engagé. J'ai tranché plusieurs d'entre eux, ils n'avaient jamais vue un type avec un niveau de maîtrise si élevé, le capitaine avait du mal à me faire face, comme si le problème n'allait que faire empirer, une vague d'une taille colossale s'abat sur le navire, emportant tout le monde sur son passage, y compris moi, à cet instant j'avais perdu connaissance, j'ai cru que j'étais mort, ce n'était pas le cas...


Lorsque j'ai repris connaissance je m'étais retrouvé sur une plage, avec des débris du navire et des corps de partout, il semblerait qu'ils étaient morts depuis la tempête, par respect je les ai enterrés sur cette île déserte. Après ça il y avait le navire disloqué près de la plage, j'étais parti fouiller de font en comble pour savoir si je pouvais trouver quelque chose qui m'aiderait à quitter cette île, j'ai trouvé pas mal de choses qui pourraient m'être utile, par la suite j'ai trouvé un petit coffre, un trésor, comme tout le monde je ne me suis pas empêché à l'ouvrir, utilisant le cross d'un pistolet pour briser le cadenas, quand j'ouvre ce coffre il n'y avait rien de brillant à part un... Fruit ? De plus il avait une forme étrange, c'est alors que je me suis souvenu d'une histoire, il parait que toute personne mangeant ce fruit se verrait obtenir un incroyable pouvoir, au prix de ne plus pouvoir nager. Ceci dit je ne pouvais laisser passer cette chance et je n'ai pas hésité à le dévorer, mangeant jusqu'au bout j'ai constaté qu'il avait un goût nauséabond, je sentais en moi quelque chose changer, je me sentais plus fort qu'avant, je me sentais revivre, c'était une sensation nouvelle et soudain je vois que mon corps émane une entité noire, je ne sais pas ce que c'est, mais c'est comme si le ténèbres est avec moi, c'est donc ça, un fruit du démon ? Je suis sorti en courant dehors pour constater mon nouveau pouvoir, j'ai essayé de faire quelque chose, un geste permettant de faire manifester mon pouvoir, c'était sur chaque geste que cette entité sombre sortait de mon bras, parfois de mon corps, étrange fruit que je viens de manger, je n'ai pas compris son fonctionnement, je m'étais concentré en pointant ma main vers une direction et à cet instant une vague noir se déferle sur le pont, émanant de mon corps, lorsque je refait appel à mon pouvoir et la masse ténébreuse revient à moi, je remarque qu'il ne reste plus rien, les débris et objets ont disparu, je les ai englouti ? J'ai essayé de faire manifesté une nouvelle fois le ténèbres, je voulais faire sortir tout ce que j'ai pu engloutir en moi, ce fruit répond à mon désir et derrière moi j'ai fait sortir tout les objets et débris de mon corps, est-ce mon pouvoir ? Cette curiosité m'a poussé à m'entraîner.

J'ai passé trois jours sur la plage pour améliorer ma maîtrise de mon nouveau pouvoir, j'ai découvert bien des choses, mes gestes sont nettement supérieurs par rapport à ce que j'étais avant de manger ce fruit, puis je suis bien capable de modifier le terrain, chaque coup que je porte avec mon corps à une conséquence sur mon entourage, je peux attiré les objets de ma main, tel un trou noir, je pouvais étendre ma zone de ténèbres sur plusieurs mètres, commençant à engloutir tout ce qui se trouve sur mon passage et les faire sortir par la suite de mon corps, je n'ai pas de limite, je peux aspirer tout sorte de chose, c'est extraordinaire! Après ces entraînements... Ou mieux cette découverte, j'ai décidé de quitter cet endroit. C'est à ce moment-là que j'ai changé, je viens d'obtenir le pouvoir me permettant d'accomplir la promesse que je me suis tenu et... Je devais construire une barque si j'ai envie de quitter ce lieu.
Quelques jours plus tard, tout en m'entraînant encore sur mon pouvoir, j'ai finit de construire une barque pouvant naviguer enfin sur les mers, il est temps pour moi de quitter cette île.


Après quelques jours de navigation j'ai réussi à atteindre une île, je ne connaissais pas le nom, mais ce n'était pas important comparé à ce que j'ai vécu, j'ai donc accosté dans un coin discret, à l'abri des regards et j'ai parcouru la ville pour trouver de quoi manger et surtout de quoi se changer. Après s'être lavé de toute eau salé et de se sentir revivre de bonne odeur de parfum, habillé de façon élégant, avec le costard noir, pantalon noir et mes chaussures de cuir noir, je suis passé par un restaurant pour manger quelque chose de plus équilibrer, mais au lieu d'avoir un plat j'ai eu droit à une visite de la marine. Plusieurs marines m'avaient entouré, je n'ai pas compris pourquoi, mais quand j'ai vu l'avis de recherche pointé vers moi j'étais frustré, je suis recherché en fait, sans réfléchir j'ai utilisé mon pouvoir, j'ai commencé à répandre mon pouvoir au sol, sous les pieds des marines qui commençaient à s'enfoncer dedans, tel le sable mouvant, jusqu'à disparaitre de la surface. Les gens autour de moi ont paniqué, ils m'ont regardé étrangement, c'est la première fois que j'ai eu le sentiment d'être traité comme un monstre, j'ai couru au mieux que j'ai pu dans les rues, mais à plusieurs reprises je me retrouvais encore face à un groupe de marines, j'en ai profité de refaire sortir tout les marines que j'ai englouti sur eux, détruisant leur formation, par la suite j'ai commencé à me recouvrir de ce ténèbres et je me déplacé tel un ombre, j'ai décidé de les échappé par le toit, c'est plus facile, personne ne pensera que je me trouverai sous cette forme et me déplacer depuis le haut. J'ai réussi à les semer dans la forêt, arrêtant d'utiliser mon pouvoir comme étant trop voyant pour les autres, ce pouvoir si particulier et si terrifiant que mon choix était de limiter l'usage. A cet instant je suis recherché, je n'ai plus le choix que de vivre ainsi, quel misère et dire que j'ai crue que je n'aurai rien après avoir libéré les esclaves, j'ai eu tort. A présent je devais vivre comme un hors-la-loi et je savais ce que j'allais faire, chercher les ventes aux enchères pour esclaves et les libérer, trouver les nobles pour confisquer leurs serviteurs, un but honorable et je ferai tout pour les sauver, priver du droit d'homme c'est bien pire qu'un crime, je serai impitoyable envers ceux qui oseraient traiter les personnes comme des déchets.


Devenu Révolutionnaire je suis parti à la conquête de puissance, depuis 10ans j'ai su parfaire ma maîtrise de mon nouveau pouvoir, je suis devenu fort, puissant, redoutable et respecté pour ceux que je sauve et craint pour ceux que je les punis. J'ai appris beaucoup de choses sur mon pouvoir, ce fruit que je viens d'engloutir des années plutôt m'a donné l'idée pour utiliser et les limites qui me sont imposés, même s'il y a très peu, il y a une seule chose qui me choque, ce fruit est de type logia, mais je suis le seul logia qui pourrait être touché, pourtant je ne me suis jamais pris un seul coup sur moi, peut-être que j'ai été trop prudent, je l'ai appris auprès de mes compères, mes camarades, ils m'ont appris tellement de choses sur la marine, les nobles et les fruits du démon. Mon corps est fait de ténèbres, le granit marin, la seule matière se rapprochant à l'eau de mer pouvant affaiblir les utilisateur du Fruit du démon, néanmoins j'ai été bénéfique pour eux, grâce à mon pouvoir j'ai pu rendre énormément de services pour la révolution contre le gouvernement mondial, instauré depuis des siècles. Aujourd'hui j'ai compris combien le gouvernement a changé, je suis déçu par les actions prisent par les Tenryuubitos lorsque j'ai entendu sur leur histoire, ces soit disant descendants des élus se montrent trop orgueilleux et n'ont aucun respect pour autrui et les nobles sont les mêmes. Comment ai-je pu grandir dans ce genre de société, tout en ignorant de ce qui se passait réellement à l'extérieur, j'ai compris que je m'étais fait manipulé! Non que par les nobles ou la société, mais par mes parents! J'ai passé mon temps à réfléchir, j'ai pris mon temps pour comprendre et les réflexions à prendre, j'étais bien content d'avoir fait le premier pas vers le monde extérieur, quitter cette île de mon origine m'avait fait le plus grand bonheur, j'ai continué à travailler avec les révolutionnaires, j'ai participé plusieurs combats pour la libération de l'esclavage, briser l'autorité des nobles sur les pauvres, vaincre la marine, comme vaincre les pirates et les bandits, j'ai continué mon ascension jusqu'à ce que je m'étais posé une question sur un seul mot: La justice...

Je suis donc parti seul en quête de liberté et de vérité, je devais chercher encore plus de pouvoir pour régner l'ordre et la justice à ma façon, mais... La justice en elle-même n'est-elle pas trop dit ? Un mot qui n'a plus vraiment de valeur dans ce monde ? C'est pourquoi je devais avoir un objectif bien précis, je devais chercher un élément perturbateur pour faire changer ce monde, je pensais que chercher l'arme antique telle que pluton pourrait arranger les choses, déchiffrer les hiéroglyphes inscrits sur un gros bloc de pierre en forme de cube réparti sur différent partie du monde... Je ne vous ai pas raconter à ce sujet, pendant mes dix ans de voyage je n'ai pas QUE lutter, j'ai fait aussi des recherches, j'ai bien fait d'être le numéro un en histoire, je connaissais les lieux et les histoires sur chaque île dans ce monde, enfin seulement de ce qui est écrit dans le livre et c'est en lisant que j'ai découvert une île appelée Ohara, rien de particulier, cependant les grands archéologues s'y regroupe là-bas, mais j'ai entendu dire que cette île fut brûlée il y a longtemps. D'après les rumeurs un buster call avait été lancé contre eux, j'ai été désespéré de ne plus pouvoir trouver les personnes capables de lire le Ponéglyphe, je n'ai pas perdu espoir et j'ai tout de même espéré qu'il resterait au moins quelque chose pour apprendre à lire ces inscriptions antiques. J'ai mis le cap sur cette île, par divers magouille entre commerçant, en quelque jours je suis arrivé à destination. Comme je m'étais attendu il ne restait plus grande chose, à part cette immense arbres noir calciné se tenant au centre de l'ile, c'est là-bas que regroupaient les archéologues, une fois sur place bien des choses ont brûlé, que des parcelles, du cendre. Après une bonne journée de recherche j'ai pu sauver quelques livres, rien qui concerne sur le ponéglyphe, mais ces ouvrages m'ont permis de m'initier dans l'archéologie, voir, penser, comprendre, déduire et découvrir la vérité. C'est de cette passion qui m'a poussé à continuer d'apprendre plus sur l'histoire, mais ça ne me fait pas de moi un vrai archéologue, car après l'apprentissage c'est l'aventure! Partir une nouvelle fois sur les mers pour découvrir encore plus le monde! J'ai laissé tomber l'idée de lutter contre le mal, préférant me consacrer ma vie sur l'aventure, partir d'île en île, voir si je peux apprendre plus ou mieux aider le peuple. J'ai déjà commencé à parcourir le shin Sekai, mais en fait ce n'était que le début, je n'ai pas réellement parcouru ce nouveau monde, même si mon pouvoir me le permet, cette mer est vaste, très vaste, mais la réponse à ma question se trouvait là-bas, j'ai même appris au sujet du haki, un mystérieux pouvoir que tout le monde en possèderait, mais qui sommeille jusqu'à ce que la personne ait pris conscience de son talent. Je ne sais rien à ce sujet, mais je sais que c'est tout de même une dérivée du Ki que j'ai appris de mon maître, c'est sûrement de là que provient le mot Haki... Vous savez quoi ? l'histoire est bien plus passionnant que le combat et la vérité fait bien plus mal que la douleur.


Je ne pense pas que les gens ait compris dans quel monde nous sommes en train de vivre, mais c'est mieux ainsi, car ce ne serait plus marrant... Vous me trouvez bizarre, étrange, je ne fais que constater les faits et je donne mes opinions, je suis réaliste et je ne crois pas en dieux ou en cette justice qui fait la fierté de la marine. Je suis moi et je recherche la vérité suprême! Si le One Piece existe alors je suis sûr que tout est possible dans ce monde...








Dernière édition par Ivan Dragunov le Sam 19 Mai - 23:21, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Mar 6 Déc - 0:07

Question ? Peut-on modifier le MEP ? Enfin ce n'est pas forcément utiliser le MEP de ce forum, mais personnellement ?

_________________ ~♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsukane

avatar


Messages : 541
Date d'inscription : 20/07/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
28/50  (28/50)
♦ Expérience :
135/280  (135/280)

MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Mar 6 Déc - 6:00

Quoi!!? Si tu peux changer la fucking MEP?!! WTF? Bien sur que tu peux c'est limite si tu DOIS pas la changer XD

Bref bon courage l'ami Wink

Peace!

_________________ ~♫
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Mer 7 Déc - 23:47

Un petit up pour vous faire savoir que ma fiche est prête à être noté ^^

_________________ ~♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Ven 9 Déc - 23:06

Ok, je m'en occupe

○ Qualité : 5,5/6
Description physique 1,5/1,5
Description morale 1,5/1,5
Histoire 2,5/3

○ Quantité : 6/6
Description physique 1,5/1,5
Description morale 1,5/1,5
Histoire 3/3

○ Ensemble : 7/8
Français 2,5/3
Mise en page 2/2
Avis personnel 0,5/1
Originalité 2/2

>> Total 18.5/20 = Passage au niveau 19, arrondissement... -_-

Les descriptions sont très humoristes xD ! J'aime bien ta façon de décrire ton personnage. Si on s'en référence au français, c'est presque parfait, cependant, même Molière faisait quelques fautes dans ses écrits Wink
En ce qui concerne l'histoire ; c'est une très, très très belle histoire. A la fois émouvante et intrigante bien qu'un peu longue... Ton code, j'ai vu le même sur One Piece Invasion, j'espère qu'il ne s'agit pas de plagiat, j'irais vérifier...


Donc voilà, ça me fait un peu chié de voir un nouveau Révo's parmi nos rangs... ce n'est pas contre toi mais ça me saoule en ce moment, en plus avec le Yami... Bref, tu devrais réserver le fruit des ténèbres pour plus tard, une fois le niveau 20 atteint ^^
Revenir en haut Aller en bas
Ivan Dragunov

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 05/12/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
25/50  (25/50)
♦ Expérience :
42/250  (42/250)

MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   Ven 9 Déc - 23:17

Pour le plagia je peux dire que c'est moi, sur OP invasion ils ont annoncé leur fermeture du Fow, ne t'en fait pas pour ça.

Pour le fruit ><

Me manque un points! Mais bien content, je ne suis pas loin de la perfection xD.

Donc je choisi pour réserver mon fruit et après tout Zack... On verra si plus tard il y a plus de marine que les Révo =)

_________________ ~♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ivan Dragunov   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ivan Dragunov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guyanese Dr. Ivan Van Sertima passes at 74
» Bienvenue à Ivan de Duve
» frère de Poniatowsky / Ivan Soldat Bleu (En Cours )
» Visite d'État de la Gouverneure du Canada en Europe de L'est
» mais il est malade !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Avant RP ¤¤ :: ¤ Votre Personnage ¤ :: Presentation :: Présentation validée-