Partagez | 
 

 « À cœur ouvert... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: « À cœur ouvert... »   Ven 27 Juil - 9:26






Saeko & Kazuma
« Différemment façonner pour un jugement impartial. »


Kazuma empoigna brutalement le tissu du bandage qui lui raffermissait la peau. Ne lambinant pas une seconde de plus, il l'arracha bestialement. Et, en un bruit de séparation excentrique, l'homme-lapin fût démunit de ses derniers pansements. Il jugeait bon de voir de quoi était il capable suite à son rétablissement assez opportun. Impatient avait-il été depuis son départ de la ville de Gaimon, là où il y avait fait la rencontre de Léandra Farewell, la demoiselle qui avait maintenu son existence à vif, lui prêtant main forte, immergeant dans cette impasse de douleur.

Accostant au village de Kokoyashi après qu'il ai fait escale par effraction sur un chalutier de pêche, les instincts du jeune Mitsouki ne tardèrent pas à le trahir. Son premier automatisme fût d'étiré son muscle d'avant en arrière, la cicatrice qui s'était mollement approfondie dans le creux de son épaule gauche délaissait à portée confusion. Il n'en importait pas de sa dimension ou de sa tragédie, la forme de couronne qu'elle exhibait était d'autant plus attrayante que l'on aurait pût le concevoir..., cependant le plus impressionnant était les deux « K » tracés parallèlement en son milieu. Tout portait à croire que le ciel y avait comporté un intérêt primordial.

Quoiqu'il en soit, la première montagne de bûches que King Kazma aperçut subissait son châtiment dépouillé de miséricorde. Il avait brisé d'un simple coup-de-revers de la patte l'entassement de bûchers qui était irrégulièrement exposé sur un éléphantesque tronc récemment lacéré à beignes de haches. La porte d'un chalet en bois effrité par l'ancienneté claquait, d'emblée. Un vieil homme vêtu d'un bermuda froissé et de sandales à peine assez grandes pour ses pieds jaillit hors de chez lui, rageant.

» Bon Dieu ! Qui ! Qui a osé toucher à mes belles bûches que je venais de couper... ! Bandit ! Un... ! Lapin... ?!?!?

L'étonnement du vieillard se figea. Offusqué par ce qu'il venait de voir, il reprit la direction de son paillasson totalement éberlué et se grattant le haut du crâne, aplanissant le peu de cheveux qu'il lui restait :

» Ah bah ça alors !... Mary tu vas jamais me croire, devine ce que j'ai vu...

Non pas qu'il détestait cette opinion que les humains avaient de lui, après tout c'était lui le fautif. Néanmoins il n'était pas censé savoir que cette maison était habitée et que ce taillis avait une appartenance légale. Dépité, il tourna les talons au siège de Kokoyashi. Sa traversée avait été provisoirement écourtée quand un ballon en mousse fusa droit sur notre champion en titre qui se contenta de l'arrêter d'une paume rigoureuse. Il inspectait la matière dans laquelle était taillée l'objet qu'il faisait roulé, tournoyé entre ses doigts, puis, sur son index.

» La balle, hé m'sieur la balle siouplaît' ! Intervint à un bambin haut comme trois pommes.

» Elle est à toi ? Tiens attra-

» Ouiiiiiiiiiiiiiiin mamaaaaaaaaaaaaaaan y a un méchant lapin qui m'a volé mon ballon !!! Au secouuuuuuurs !!! S'empressa-t-il de vaincre Kazma dans son élan, fuyant affolé.

» Un méchant... lapin ?..

Kazuma inclinait brusquement sa silhouette en alternance d'une vitrine protégeant ors et bijoux des criminels. Se rapprochant de celle-ci, il tâtait son visage, son museau, ses oreilles. Il était bel et bien redouté de tous quant à son apparence physique. La lèvre mordue par la haine, il agença un mètre en retrait lorsque le propriétaire du magasin fit irruption de sa boutique, un balais fermement brandit dans les mains.

» C'est toi l'homme-lapin qui effraie tout le monde !? On ne parle que de toi dans les journaux !! Oust ! Pas de race comme la tienne près de mes bijoux !!!

Ne comptant aucunement s'opposer aux désirs discriminatoires et racistes du marchand, Mitsuoki lui offrit son dos et déguerpissait à une orientation radicalement antagonique de la bijouterie, finissant par tomber nez à nez avec une femme aux cheveux à la luisance étincelante. L'écart qui les différenciait ne contenait pas plus de prestige que ça, Kazuma avait anticipé à brides abattues la réaction dont elle pourrait faire allure, prenant compte que la sienne était visiblement plus vivace. Il se recula précipitamment, marquant un piédestal d'aberration entre eux-deux, ne lâchant pas du regard celle avec qui il aurait eu la malchance de faire collision avec lui. Encore une qui allait le soupesé plus bas que terre ? Sale journée...


Revenir en haut Aller en bas
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Ven 27 Juil - 12:28



Saeko Sachiki ; Un mirage ecarlate






La liberté m’attendait. Mes précédentes rencontres n’ont été que bénéfique pour moi. Je pense que j’ai une dette envers Zephyr, mais aussi à Queen. Moi qui voulais poursuivre ma route aveuglement, ils m’ont ouvert les yeux. Faisant route vers une île où je pourrais être seule pour réfléchir, on me conseilla Konomi. Une île qui a été occupée par des hommes poissons mais qui est devenu bien plus calme aujourd’hui. Peut-être que là-bas, je vais pouvoir me ravitailler car le Nautilys avait besoin d’être rénover. Guettant le sonar, les différents niveaux de pression. Les eaux d’east blue n’était pas plus lugubre et dangereuse qu’à west blue. En espérant que personne n’aura vu ma prime, je voulais réellement être tranquille. Une fois l’île visible à l’horizon, je mis le frein permanent pour reprendre un vaisseau annexe pour m’approcher de l’île.

La tristesse n’était plus avec moi grâce à la rencontre de Zephyr ! En marchant avec un sac à ma main, je devais trouver des vivres sur l’île où de nombreux arbres fruitiers apparurent autour de moi. Une nature plutôt riche qui était plaisante à voir. En arrivant au premier village, ses habitants me regardèrent tous d’un air plutôt surpris. Peut-être n’était-ce pas tous les jours qu’ils voyaient des étrangers ? En ignorant les regards, apparemment ils ne me voulaient aucun mal. C’était plutôt bon signe pour moi ! En regardant les différents commerces qui n’étaient pas aussi chargés qu’à logue town, je compris vite que ce n’était pas ici que j’allais remplir des placards de mon sous-marin. Ce n’était pas bien grave, car cette île commençait à me plaire. Un petit village qui n’a besoin de rien pour s’occuper, c’était un endroit où j’allais pouvoir souffler. De plus mes blessures venaient tout juste de guérire et donc, il ne fallait pas que j’en fasse trop. En ayant toujours ces regards qui me surveillaient, un petit garçon vint se cogner contre mes jambes.

« Oups ! Désolée mon petit, tu vas bien ? » Lui dis-je d’un ton rassurant.
« Y’a un méchant monstre qui arrête pas de nous embêter ! »

En s’excusant, le petit garçon continua son chemin, apparemment cette île n’était pas si paisible que ça ! Mais la population n’était pas si affolé que ça.. Peut-être est-ce l’imagination de la jeunesse qui jouait des tours à cet enfant en larme ? Soudain, un commerçant s’exprima. A l’entendre, on aurait dit qu’il chassait un individu plutôt spéciale et ce fut le cas. Mais comme personne n’était blessé, je pense qu’il ne s’agit que d’un problème dont ils ont l’habitude. C’est alors que l’individu en question se montra. Il était imposant, surtout ses oreilles qui le distinguaient des autres. Il me rappela étrangement les animaux qui vivaient sur l’île d’où je viens. Tous le montraient du doigt, les enfants se cachaient en sa présence et pourtant, il n’était pas si effrayant.. Juste anormalement grand. Pour ces jeunes à qui on dit que ce genre d’animal n’est pas réel, il est normal que les habitants réagissent de cette façon. Etant la seule qui ne soit pas marquée par son apparence, je devais faire quelque chose pour lui comme pour les résidents. L’approche fut un peu plus brusque que cela, car l’animal était sur le point de me bousculé, mais son instinct lui a permis de reculer rapidement. Surement perdu dans son monde, sa chute attira encore plus l’attention. Tout en lui faisant un clin d’œil, je pris l’air d’une mère énervée.

« Combien de fois devrais-je te dire de ne pas sortir de la maison ?! Allé viens on rentre ! »
En le trainant par le col, je l’éloignais de la ville sans penser à sa réaction. J’allais bien voir s’il allait jouer le jeu, après tout c’était pour lui que je faisais tout ça.




_________________ ~♫
C'est un adieu et non un au revoir mes amis..

| Lînkuei Ryuu Ogi |

° La souffrance est comme un creuset dans l'être.D'abord elle y fait de la place, pour qu'ensuite on y mette de la joie. °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Ven 27 Juil - 15:12






Saeko & Kazuma
« Un mot de trop détruit toujours son intention. »


L'intégralité des faits qu'il venait de subir avait défilée à une vitesse exorbitante. En réalité, Kazuma avait du mal à savoir dans quelle galère il était de nouveau embarqué. Il ne sentait que les jugements des habitants de Kokoyashi pesés sur lui. Ils étaient vraiment égocentriques, en plus de relever une personnalité hypocrite, ils riaient à pleins poumons de lui, de sa nature. King Kazma ne pouvait s'empêché d'être répugné par leurs réactions immatures. Dorénavant baguenaudé par le haut du col, il n'avait discerné que très vaguement ce qu'avait dit la jeune femme qu'il s'était apprêté à heurter, il y a peu. Sûrement une de ses demoiselles respectées du village résolue à le livrer à la Marine pour obtenir une rançon digne de ses performances, c'était ce à quoi l'homme-lapin s'attendait...

Il n'y songea qu'un bref instant. S'il pouvait atteindre un navire de la Marine où il aurait l'honneur de défaire tous les soldats et supérieurs dans le but de s'emparer de la caravelle et voguer vers de mystérieux horizons, la roue destinée à la chance lui serait favorable. Préconisant bon de ne pas se débattre dans l'ultime aboutissement à faire croire à la femelle à un semblant de faiblesse de sa part, le jeune Mitsuoki relâcha insensiblement ses forces, s'abandonnant à sa merci.

Les semelles de ses chaussures n'atteignaient plus le sol, à vrai dire, le dynamisme sur-humain dont faisait preuve sa ravisseuse ne le déconcertait pas plus que ça. N'importe qui aurait pût être momentanément sidéré quant à la bravoure et au courage que déployait celle-ci..., cependant Kazuma était bien trop préoccuper par la seule et unique idée qu'il avait en tête, faire croire à sa défaillance. Il était prêt à tout mettre en œuvre afin qu'il paraisse comme patraque et négligeable, en plus de cela, il n'avait plus de doute à se faire sur la véritable identité de celle qui voulait se faire des berrys sur son dos. Elle travaillait véridiquement pour le compte de la Marine. La hiérarchie même qui se dévouait corps et âmes à protéger les Tenryuubitos, vils personnages dénués de bon sens. L'association dirigée par le Gouvernement Mondial trop accaparée par ses batailles incessantes la dressant contre les forbans...

Rien que d'y penser l'homme-lapin se sentait bisqué. Toutefois, il n'y avait pas de quoi, il se l'était prohibé. S'arriérer à la même distance que les humains était quelque chose à ne pas outrepassé. Il était esseulé bien à cause d'eux et ne se voyait pas changer d'opinion le lendemain de cet après-midi sur eux ainsi que leurs méthodes barbares et moyenâgeuses.

Il fût un temps, petit, où il hébergeait une admiration exhaustive pour ses créatures. Nombreux étaient les contes dont il était gavé les soirs de pleines lunes en plus de guimauves par Kudo Hisashi, son maître défunt. Lui qui lui énonçait chacun de ses voyages et péripéties à travers les Seas Blues, Grand Line & le Shin Sekai s'attelait à lui décrire dans les moindres détails à quel point les humains étaient ces gens généreux, parfois incompréhensibles et par-dessus tout, puissants. C'était à partir de ces fondements qui ne se basaient que sur les avantages qu'il y avait à posséder un Fruit Du Démon ou alors des capacités facilement différentiables, s'entraîner pour façonner à son image son propre pouvoir, allez à la confrontation d’adversaires redoutables, parcourir les mers, découvrir des paysages inexplorés s'aventurant dans ce scénario inlassable jusqu'à ce que mort s'en suive que Kazuma ne songeait qu'à se battre, devenir l'un des meilleurs, ou plutôt, l'illustre combattant que le monde ai connu.

Il avait humecté dans sa rage envers les humains si longtemps qu'il en avait amnistié ses véritables ambitions, acquérir plus de puissance. Mais comment habilité l'auto-dérision dont faisait preuve la branche humanoïde à ses yeux, lui qui les considérait comme des modèles jusqu'à ce jour désastreusement affligeant, sombre... Les milliards de personnes que rassemblaient terres et mers étaient encore tous insoupçonnées à l'égard de notre champion qui rouvrit ses paupières qu'il avait fait abdiquer à l'évasion. Il n'avait pas le droit de clore sa description des hommes avec une banale entrevue sur cette planète, refoulant la silhouette de gens bons sur lesquels il saurait compté. C'était sa fantaisie la plus avide.

Ils ne se situaient plus très loin de la ville, le chemin rural qu'ils avaient emprunter marquait cet intervalle loin des citadins méprisants et ségrégatifs. Quiconque saurait les appréhender tirerait profit d'une vue inouïe.

Se dégageant furtivement de l'étreinte de la jeune femme, King Kazma tourbillonna sur ses mains, allongeant la portée de ses pieds afin de faire trébucher sa kidnappeuse. Elle, perdant son équilibre, lui, reconquit le sien, témérairement opiniâtré à assouvir son désir à devenir plus dru que jamais, et ceux malgré la quantité d'ennemis qui lui barrerait la route. La situation alarmante le contraignait à lancer, par mégarde :

» Qui es-tu et que me veux-tu ?

Il se réjouissait à être égaré du reste de la population superficiellement xénophobe de Kokoyashi, seulement, une voix vint à brisée ses espérances. Il résidait les pieds ancrés dans le sol, préparé à un éventuel cas d'attaque.

» Hé Mary ! Bah le v'là d'retour, il s'en prend à une pauvre étrangère !


Revenir en haut Aller en bas
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Dim 29 Juil - 19:41



Pauvre bête..






Le fait de traîner un animal qui était plus grand et plus costaud que la norme me rendit nostalgique. Ayant grandis sur une île où ces mêmes animaux ne voulaient que ma mort, cette fois-ci il s’agissait de l’inverse. Ces hommes voulaient que ce lapin partent loin d’eux et pour de bon. Un genre de cercle vicieux qui pourrait donner de mauvaises idées à mon dit prisonnier. Ce dernier n’avait donc pas compris le petit clin d’œil, à croire qu’il nous méprise déjà nous les hommes. Utilisant une forme très créative de son art, il se libéra de mon étreinte qui n’en était pas vraiment une. Ce qui m’interpela en revanche, ce fut son mouvement qui m’obligea à reculer pour ne pas me prendre de coup. Il avait réalisé une coupole tout comme le fait Zuiichi. A première vue, il n’avait aucune arme et donc, son expression physique signifiait que ce lapin se défendait à l’aide de ses crocs uniquement. Mais ce n’était pas un animal ordinaire et le premier avant-goût dont il m’a fait part voudrait dire qu’il maîtrise un art martial que je connais peut-être. Il était méfiant et pourtant, il n’avait rien à craindre de moi.. Peut-être est-ce parce que je l’ai traîné par le col qu’il n’a pas apprécier ? Je n’aurai peut-être pas du ! Manque de chance pour moi, il a fallu qu’il réagisse devant une maison reculée du village. Et ses résidents avaient l’air de l’avoir déjà vu.

« Je vous demanderai de rester chez vous Monsieur.. »
Evidemment, ça ne doit pas lui plaire de m’entendre dire ça. Mais il faut qu’il comprenne que la communauté actuel n’est pas très ouverte à des gens comme lui, surtout cette île.. Peut-être qu’il n’est pas au courant de son histoire ce qui expliquerait le tout.

« N’ait crainte, je ne te veux aucun mal ! Je ne supportais pas les regards que ces gens portaient à ton égard voilà tout »
Ma famille a été menacée durant toutes ces années à cause de cette xénophobie qui est présente dans chacun d’entre nous. C’est une chose que j’ai réussi à surpasser en ayant quitté mon île natale. Ce que ce lapin doit ressentir doit être similaire à tous les animaux que mes parents ont pu abattre. Par simple vengeance, je pourrais m’en prendre à lui, mais ça ne me servirait à rien. Un vice tel que la vengeance est bien trop faible pour atteindre une descendante du peuple des shaoline. C’est cet immunité que j’ai perdu en tombant amoureuse.. Aujourd’hui, je suis une tout autre personne et je comptais bien lui montrer, car je ne pose pas de regard de mépris sur lui contrairement à celui des habitants de cette île.

« Baisse ta garde, je ne suis pas là pour te blesser. Je pensais te rendre service en agissant ainsi. Désolée si cela t’as gêné plus qu’autre chose »



_________________ ~♫
C'est un adieu et non un au revoir mes amis..

| Lînkuei Ryuu Ogi |

° La souffrance est comme un creuset dans l'être.D'abord elle y fait de la place, pour qu'ensuite on y mette de la joie. °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Dim 29 Juil - 23:22






Saeko & Kazuma
« Fautifs de trompe-l’œil. »


Sur la figure de King Kazma ne se reflétait pas cette humeur joviale ni même humoriste à empiler les mauvaises vannes telles qu'elles soient. Son temps n'était pas homologué à une égale estime que l'argent, cependant il n'avait pas à la perdre, il ne devait pas le perdre. Demeurer sur cette île à la superficie démesurément étriquée une minute de plus serait s'embringué à un élan suicidaire. Être un génie n'était pas nécessaire pour déceler qu'abusivement bien que par chagrin, Kazuma n'était pas le bienvenu en ces lieux paisibles.

Faire le lien avec un événement marquant de leur passé était plutôt aisé pour notre homme-lapin, c'était l'une des premières fois, ou du moins qualifiée comme étant l'inauguration de ce qu'il allait devoir subir les jours passant d'une nouvelle série d'apartheid, concurrençant celle des hommes-poissons. Son souhait le plus plausible et rationnel en cet instant était de faire la rencontre d'un persécuté de cette race, partager sa souffrance, sa douleur...
Cela pouvait adhéré en risques et périls pour notre champion archaïque, dorénavant provenant de ce qui était attesté comme vestiges d'une civilisation éradiquée, toutefois, il ne cessait de plisser les sourcils, s'enrayant sur cet appui favorable à tous au sein du domaine de la ténacité ; qui ne tente rien, n'agréera à rien.

Ses poings se resserrèrent aigrement lorsqu'elle amorçait un premier geste, celle qui avait fait de lui sa proie. Incitant sereinement le berger qui s'était hâté à la devanture de son jardin pour jouir d'une vue plus distincte quant au face à face de la ravisseuse et du jeune Mitsuoki à reprendre la direction de son paillasson, la jeune femme ne lâchait pas King Kazma des yeux. Probablement dresser contre les carreaux de ses fenêtres à l'heure à laquelle pointait précisément les aiguilles de son horloge aux époques immémoriales, l'ancêtre pouvait flegmatiquement assister à l'altercation qui liait nos deux interprètes.

» N’aies crainte, je ne te veux aucun mal ! Je ne supportais pas les regards que ces gens portaient à ton égard voilà tout.

Balivernes, mensonges, foutaises. Il ne s'agissait de rien d'autre que de paroles en l'air assignées à quérir la confiance et naïveté de l'homme-lapin sans se salir les mains. La Marine débarquerait à un moment donné, il fallait qu'il puisse se débarrasser d'elle afin de débouché sur une occasion de fuite. Désert aride prônant sur son esprit, une fois que Kazma orchestra un vide palpable au dépourvu de son subconscient, il tortillait ses oreilles de malaises. Honnêtement, il ne s'imaginait pas lever la main sur le sexe féminin. Il l'avait déjà fait, il n'en colportait pas la honte et n'avait pas l'intention de ressasser ces ténébreux souvenirs qui seraient adéquat à le faire patauger dans l'une de ces marres de remord. Présentement, il ne débusquait pas d'autres moyens que de la vaincre, à l'instant où ses inquiétudes atteignirent leurs paroxysmes, il fût une seconde fois interpellé.

» Baisses ta garde, je ne suis pas là pour te blesser. Je pensais te rendre service en agissant ainsi. Désolée si cela t’as gêné plus qu’autre chose...

Kazuma n'assumait pas instantanément sa faiblesse à avoir été berné par la haine qu'il conférait aux humains. Il avait été si aveugle et précipité qu'il n'avait pas procédé comme l'aurait fait son maître Hisashi, plonger dans le regard de l'ennemi. Il n'en discerna qu'un iris blanchâtre se disjoignant de cette cloison pourpre, peut-être avait-il trop vite juger, songea-t-il. Une grave erreur de sa part envers une femme si posée sur ce contexte hasardeux. Elle ne semblait pas éberluée quant à l'apparence physique de King Kazma, et encore moins à ses gestes. Il pouvait tenir sur deux pattes, bénéficier de la parole et être vêtu d'une exécution qui diffère de la normalité, elle ne semblait pas troublée par ces détails. Elle était condensée sur une finalisation explicite, triompher de l'aplomb du jeune homme-lapin.

» … Prouves le.

Lui qui avait tergiversé imprudemment sur l'identité authentique de la demoiselle s'éternisait sur une incertitude qu'il se devait de décimée. Refusant d'isoler son corps à l'état inerte, il se propulsait à l'axe de la fille, un coup d’œillade intimidant lors de sa course effrénée.


Revenir en haut Aller en bas
Saeko
- The Scarlet Diamond -
avatar


Messages : 162
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 24

Feuille de personnage
♦ Niveau:
22/50  (22/50)
♦ Expérience :
52/220  (52/220)

MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Lun 30 Juil - 13:34

L'expression de deux adeptes des art martiaux






Mes paroles ont porté leurs fruits, ce regard si méprisant qu’il porte à mon égard comportait une faille qui signifiait clairement que cet animal avait une raison. Il n’est pas aussi primitif que ceux que mes parents ont dus tuer pour survivre. Contente de voir ce petit changement qui paraîtrais invisible pour un homme normal, voilà que le lapin imposa sa condition. Il est vrai que pour écouter un humain, je pense que pour prononcer ses dires, il a dû y réfléchir à plusieurs reprises. Je pense aussi qu’il a dû voir que mes yeux ne mentaient pas en disant que je ne lui voulais aucun mal. Après tout nous nous trouvons sur les blues. Une mer qui est plutôt paisible où des animaux comme lui n’ont pas leurs places. La première chose à faire comme la politesse le veut est de me présenter. Lui qui semble être un maître en la matière aura surement deviné que je suis moi aussi une pratiquante d’un martiale, tous les maîtres se présente comme nous les Sachiki nous le faisont, en s’inclinant devant son adversaire poing fermé contre paume.

« Je me présente, Saeko Sachiki descendante du clan des Shaoline Sachiki »
En finissant de le saluer, je ne me mis point en garde. Je ne le craignais pas car il est traître d’attaquer son adversaire par surprise. Ce n’est pas digne d’un pratiquant élevé au rang de maître. Je ne sais pas de qui il tient son enseignement, mais il a obligatoirement appris la base du combat qui est le respect envers les autres. Le combattre serait un honneur, mais je pense qu’il ne supportera pas le fait que je sois une femme. De plus, il n’est pas humain et donc, il n’a pas la même anatomie que moi. Je serais plus que perdante dans l’échange, même si parfois, les pratiquants ne se comprennent qu’au travers d’un combat. Il a la force d’un animal combiné à celui d’un homme. Sa constitution lui donne un certain avantage et je ne suis pas assez folle pour empirer son point de vue des hommes. En m’approchant de lui, sans lever la main je lui montrais ma confiance que je lui accordais sans pour autant le connaître. Je ne sais pas quelle genre d’art martiale il pratique, je les connais tous et les règles ne changent pas. On ne frappe pas quelqu’un qui ne s’y attend pas..

« N’ait pas peur de moi, car moi je n’ai pas peur de toi. Je n’ai rien à prouver, je veux juste parler et rien d’autres. J’ignore qui est ton maître, mais il t’a appris à parler, il t’a forcément appris qu’il n’est pas sage d’attaquer une personne alors qui n’est pas sur ses gardes. »
Le bruit de mes talons pouvait peut-être augmenter la tension entre nos deux races, mais en diminuant la distance qui nous séparait, je lui montrais que je n’étais pas ici dans le but de le capturer ou autre. Peut-être que la marine ne tardera pas, je suis une hors la loi et donc, moi aussi je serai pour chasser. En lui tendant la main tout en m’approchant, je le regardais dans les yeux, je ne voulais pas l’effrayer, je voulais lui montrer que nous les humains pouvons coexister avec eux.




_________________ ~♫
C'est un adieu et non un au revoir mes amis..

| Lînkuei Ryuu Ogi |

° La souffrance est comme un creuset dans l'être.D'abord elle y fait de la place, pour qu'ensuite on y mette de la joie. °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   Lun 30 Juil - 18:11






Saeko & Kazuma
« L'inégalité, preuve d'égalité. »


Les espérances du jeune Mitsuoki s'avérèrent incontestablement satisfaisants. Sa petite mise en scène rédigée par ses soins avait portée ses fruits car oui, si la belle Saeko se serait proclamée comme sa véritable ennemie, elle aurait tentée de l'attaquer sur ce moment d'ouverture qu'il lui avait dédié, et ce, mortellement. À l'inverse de ses craintes, elle agissait subtilement, toujours empêtrée dans cette grande conviction de respect et politesse envers la considération qu'elle venait de concédée à l'homme-lapin. Immédiatement, elle jouait des poings, penchant son buste en avant sur une inclinaison de révérence comme savait si bien les exécuté les indubitables maîtres en ancestraux.

» Je me présente, Saeko Sachiki descendante du clan des Shaoline Sachiki.

Les hostilités de leur conversation débutèrent sur cette simple phrase de présentation. Dans le but de se démarquer des autres habitants de Kokoyashi, résidents de la renommée Archipel de Konomi, véritable lieu de pèlerinage pour tous amateurs de sources chaudes, Saeko se raisonnait à lui attribuer un de ces sourires majestueusement séraphique, perpétrant et insistant sur son objectif à gagner sa confiance. Confiance qu'elle avait déjà aux creux de ses paumes.

Disgracieusement, Kazma c'était attardé sur ses manières, choses qu'il n'avait pas eu l'occasion d'admirer il y a fort longtemps et les reproduit brièvement, se hâtant à ouïr aux embrasures discutailleuses sur lesquelles elle avait débouchée.

» N'aies pas peur de moi, car moi je n'ai pas peur de toi. Je n'ai rien à prouver, je veux juste parler et rien d'autres. J'ignore qui est ton maître, mais il t'a appris à parler, il t'a forcément appris qu'il n'est pas sage d'attaquer une personne alors qui n'est pas sur ses gardes.

Il y avait un point que Kazuma se devait de souligner, son maître ne lui avait pas apprit à parler, ni même à faire preuve de sagesse. Ses atouts aux affrontement étaient charpentés différemment que la maîtrise de diverses formes que l'on pouvait classifiées les unes au-dessus des autres, sur une liste concise et réfléchie. Le Usagi Karate ne quémandait pas d'avantages physiques ou mentales, pas de coups imparables, pas de techniques sur-humaine, rien de bien, périlleux ou de complexe. Le crédule fait d'être un homme-lapin pouvait faire de vous un adepte de cette virtuosité qui ne consistait qu'à concentrer une robustesse inébranlable dans un point précis de son corps afin de l'exploitée à son summum et en faire un usage herculéen.

Abrègement caractérisé comme un procédé bourrin et destructeur, le Usagi Karaté n'est nullement associable aux modèles d'art martiaux typiques, il est d'une configuration et d'un style invraisemblable, il est atypique.

» Je n'ai pas peur de toi. Et avant toutes choses, les bases de mon défunt maître ne te regarde pas, cela n'est que méfiance. Pourtant je place mon assurance en toi, femme... Enfin, je veux dire Saeko. Il exécutait le même sourire qu'elle lui avait attribué et continuait, merci de m'avoir tirer des griffes de ces fourbes, un peu plus et je passais à la marmite... Heureux de te rencontrer, je me nomme King Kazma mais tu peux simplement m'appeler Kazuma.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « À cœur ouvert... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« À cœur ouvert... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Le Partenariat est-il ouvert aux invités?
» A coeur ouvert => Pierrick !
» Un entrainement au sabre ( ouvert )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: East Blue :: Îles Konomi :: Kokoyashi Town-