Partagez | 
 

 « Jamais pour toujours... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: « Jamais pour toujours... »   Mer 18 Juil - 15:46






Léandra & Kazuma
« Sans joie, pas de malheur. »


Ses paupières demeurèrent closes pendant une longue saison déjà. Peu à peu, elles s'entrouvrirent... Lentement, cependant avec sûreté. King Kazma n'était pas certain de l'endroit où il avait été emporter par la tornade, si brusque. Ses idées, elles, parurent surtout chamboulées aux premiers abords... Son choque, si intense, se propageait dans tout l'intérieur de son corps lorsqu'il entra en connaissance de sa position initiale, il s'était retrouvé damné dans les confins des Sea 's Blues !

Bien sûr, un élément de la nature si puissant qu'une bourrasque était loin d'être prit à la légère, mais de là à l'emporter par-dessus les murs de Red Line ainsi que les montagnes d'eaux de Grand Line... Il en restait estomaqué, et son étonnement ne prit pas fin si subitement, contrairement à ce qu'on pourrait l'imaginé. Kazuma subsistait pétrifié, les gros titres en mains.

Une boulette de papier froissée créchait aux tréfonds des paumes du champion Ozirique qui ne pouvait  ravaler sa frénésie ; il rudoya les dalles de la commune de Gaimon à coups de pieds. Évidemment, il ne tardait pas à se faire bêtement remarquer par les civils qui traversaient les rues en ce jour de soleil. Plusieurs regards se posèrent sur lui, il se senti tapoté de l'épaule par une poigne assez robuste qui se voulait amicale, elle lui adressa quelques mots :

» Hey mon gars ! Il est cool ton cosplay de lapin ! Mais le carnaval de Gaimon c'était hier tu sais...

Sans lui allouer plus d'attention, l'homme continuait sa route en sifflotant. Un carnaval ?... C'était assez opportun pour Mitsuoki à qui la chance avait mystérieusement sourie. Il lui suffisait juste de dire que son déguisement de la veille lui collait à la peau et le poisson était noyé ! Il discerna aussi qu'il n'était pas l'unique personne encore brodée dans un costume. Bien que le sien était illusoire, celui des habitant de l'île de Gaimon était tout aussi convaincants. Toutefois, il est préserva son humeur maussade en relisant l'article de presse qu'il avait parcouru distraitement, en frôlant le panneau d'actualité que tenait à jour un marchand de journaux.

Kazma n'avait pas prit le temps d'opter pour des vêtements moins délabrés de ceux qu'il endossait, amplement satisfait de sa blouse démunie de manche ainsi que de son jean, il clopinait à l'ombre de deux jours dans ses rues, dépourvu de nourriture, assaillit par la fatigue. Négligeant par la même occasion de bander ses blessures encore en hémorragie, King Kazma toussait à s'en débroussailler les poumons à chaque grains de poussière qu'il avait la déveine de croiser. Intarissablement, il siégeait comme étant l'irremplaçable souffre-douleur de cette épidémie arborant la haine et la trahison.

Ses cauchemars les plus sombres étaient déterminés comme étant les fois où il se retrouvait parmi eux, les humains. Il était malencontreusement assez lucide pour avoir dans la conscience que demain, nuls seraient les bougres qui oseraient de nouveau arpentés ses rues, ridiculement vêtus de toilettes occasionnelles. Toutefois, cela n'était pas qualifié comme la chose qu'il redoutait le plus à cet instant explicite. Seuls quelques mots avaient eût le pouvoir de le terrassé. Il inspira une nouvelle fois un gros joint d'air et s'accapara une relecture précise et assidue de la chronique.


| - Une nouvelle race, découverte ! - |

En ce week-end de printemps, nos agents de la Marine qui patrouillaient dans les alentours du Nouveau Monde, en route pour leur retour au bercail débusquèrent un équipage de Pirates, fiers de leurs efforts à avoir atteint cette mer si dangereuse. Dans le plus discret des silences, notre groupe de Marines entreprenait leur poursuite et furent totalement surpris quand ils se rendirent compte que les Pirates en question s'attaquaient à une île encore inconnue du monde à ce jour, l'île des Hommes-Lapins !! La plupart des victimes faites par les Pirates étaient des hybrides mi-homme mi-lapin, bien évidemment, la Marine a tout fait pour assurée leur sécurité, mais les Pirates étaient trop nombreux et ils tuèrent tout aussi bien soldats du Gouvernement qu'Homme-Lapin, et ce, toujours dans leur voie dépouillée de compassion.

C'était dans cette envergure aussi basse que c'était engagé le Gouvernement, mentir ? Mesquin était les propos tenus par les rédacteurs de cette partie du journal, minablement abreuvée d'embûches calomniées !

Dorénavant assuré de l'abomination qu'il venait de décryptée, King Kazma défoula toute sa colère contre un mur de brique sur lequel il répartissait équitablement des coups-de-poings d'une barbarie digne de sa fureur. Un éclair immaculé défilait devant ses yeux, noyé dans ses larmes. Il se remémorait l'enfance qu'il avait fait perduré là-bas, son adolescence, les épreuves de la compétition de Oz, Saya...

Tous ces bienfaits..., quasi-minimales étaient ses chances d'exploiter le bonheur de les revivre avec décence et joie. Il outrepassait le fait de songer à la mort de Saya et des autres. Cette idée ne l'avait côtoyé qu'une minute concise et s'en félicitait, de ne pas détenir les mesures requises pour ce type d'éventualité. Certes, il n'était pas assez simplet d'esprit pour aventurer ses chimères dans ces labyrinthes d'impressions, il ne reprit ses esprits que lorsque qu'une paire de sacs à transport le percutait de plein fouet. Il abaissait les yeux, à peine chambarder. La poitrine de la jeune femme qui l'avait bousculé, sur-chargée de besaces à shopping, répandait une émission de carambolage assez perceptible qui faisait réagir aussitôt notre interprète ! Immédiatement, il la rattrapa par la taille, lui évitant de tomber à la renverse, puis, la reposa délicatement sur ses deux pieds. Il n'eût qu'un délai pour plonger son regard d'émeraude dans le sien, et s'effondra au sol, annihiler par le tiraillement que lui imposait l'infortune...


Revenir en haut Aller en bas
Léandra Farewell

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
♦ Niveau:
15/50  (15/50)
♦ Expérience :
3/150  (3/150)

MessageSujet: Re: « Jamais pour toujours... »   Mer 18 Juil - 21:30



Que faire quand on s'ennuie à mourir ? Quand votre raison de vivre a été affecté à une mission sans vous pour la première fois de votre vie ? Que faire quand on a étrangement aucun travail pour vous en se magnifique jour ensoleillé ?

« Je m’en-nuie ! Vous n’avez vraiment pas une mission pour moi ? Je ne peux pas rejoindre Queen ou William sur le terrain ? Il faut que je bouge nom de dieu ! » Le silence comme réponse, silence que la jeune fille aux cheveux neige interprétait comme un « non » catégorique, elle souffla les joues rouges de colère, elle n’aimait absolument pas cela, rester là sans même bouger, il fallait qu’elle fasse quelque chose de sa journée, il fallait qu’elle se couche avec le sentiment d’avoir bien remplis sa journée, d’avoir vécue une bonne journée et pas de n’avoir absolument rien foutu pendant 24 heure, ça la mettait hors d’elle-même… Il fallait qu’elle se trouve absolument une occupation qui valait le coup de s’être levé super tôt ce matin, elle ne voulait pas s’entrainé, c’était le début d’après-midi, depuis cinq heure du matin elle s’était entrainé, enfin un peu plus tard, pas directement au saut de lit, pas directement après avoir quitté le corps chaud et encore endormie de sa belle au bois dormant… Enfin soit, elle avait tourné les talons, laissant le pan de sa jupe flotter par-ci et par-là, elle empoigna la poignée et avant qu’elle n’ouvre la porte, la voix rauque de son patron retentit. « Hm... Tu n’as qu’à… Allez faire du shopping, c’est la saison des soldes… » Elle ne se retourna pas, ne répondit même pas, elle ouvrit la porte et la clancha avant de partir. Tout en murmurant des paroles qui ressemblaient à ça « du shopping ? Et puis quoi encore ? J’ai une gueule à aller faire les soldes, alors que je pourrais poutrer fièrement du méchant hein ? N’importe quoi ce mec, je vous jure… »

.. Hum, hum qu’est-ce que c’est drôle, les choses idiotes que vous pouvez vous retrouver à faire quand ‘ennuie vous tiraille l’esprit… Et oui, bien que ce n’était pas quelque chose qu’elle aimait faire, finalement elle s’était dit que ce n’était pas une si mauvaise idée, d’aller faire du shopping, histoire de remplir le frigo et pourquoi pas trouver des cadeaux pas cher pour les personnes qu’elle aime !.. Donc, elle s’était rapidement rendu sur l’Île de Gaimon là, ou la folie des soldes emparés les gens après la folie du carnaval, haha, il en fallait surement pour le porte-monnaie des touristes ! Enfin peu-importe, Léandra avait fait quelques magasins, pensant rapidement chercher un cadeau pour la femme de sa vie et son petit frère, puis ensuite, s’occuper de tout ce qui était nourriture et tout ce qu’il faut, histoire de vivre correctement bien entendu. La jeune fille passa son temps à flâner dans différents magasins, habillages, bijoux, bric-à-braque, sans vraiment trouvé son bonheur, elle avait fini par s’acheter une jolie jupe assortie a un haut aux couleurs pastel, puis, elle avait acheté un petit bracelet en argent pour Queen et pour William… Autant dire qu’elle cherchait toujours… Difficile de trouver un cadeau pour un mec, je vous le dis !... Enfin soit, elle avait continué ses achats se disant qu’elle allait bien tombé sur quelque chose d’intéressant sinon, tant pis, ça sera pour une prochaine fois, elle était sortie d’un magasin, s’apprêtant à en faire un autre, le dernier de la journée, elle commençait même à avoir mal au pied à force de galoper partout comme une gazelle quand elle oubliait d’acheter quelque chose d’important comme le sucre en morceau ! Alors qu’elle avançait au pas de course, parce qu’elle avait oublié du lait ! Impossible pour elle de commencer une journée sans boire son café sucré et au lait sinon, elle était d’une humeur des plus massacrante, au sens propre du terme, bien entendu ! Enfin bref, la jeune femme regardait sa montre tout en se pressant, elle n’avait pas vu… Se pelage si doux, si soyeux si… Hanyyyaaaaaaah !

… Ahem, elle avait percuté quelque chose d’étrangement doux et agréable, bien qu’imposant, tout se déroula assez vite sans qu’elle s’en rende vraiment compte, ses sacs de courses étaient en vrac sur le sol, leurs contenu éparpillé un peu tout autour d’elle… Mais, elle, elle aurait dû lamentablement se vautrer sur le macadam ! Mais non, le ciel en avait décidé autrement, ou plutôt ce qu’avait percuté Léandra ! Elle remarqua de des pates l’avaient enserré a la taille, la posant doucement, avec une extrême délicatesse sur le sol. Un peu dépassé par les évènements elle ne savait pas trop quoi faire, elle s’excusa, après tout, c’était de sa faute, elle n’avait absolument pas regardé ou elle posait ses pieds. Enfin, soit elle regarda ses courses sur le sol en soupirant avant de lever les yeux… Elle ne dit rien, étonné… Elle se demandait si ce n’était pas une sorte de blague ou si ce n’était pas quelqu’un de déguisé qui se serait trompé dans la date du carnaval… Elle le regardait dans les yeux sans rien dire, son regard un peu froid, comme d’habitude, toujours méfiante des inconnus, c’était là, un bien vilain défaut, c’est pour ça qu’elle a peu d’amis, la jolie fille. Etrangement le Monsieur Lapin tomba au sol… Qu’est-ce qu’elle lui avait fait, d’un coup, elle se sentait complètement déstabilisé, elle l’avait à peine touché pourtant ! Elle regarda tout autour d’eux, cherchant ce qui aurait pu le faire chuter comme tel… Mais, rien… Elle ouvrit la bouche, puis la referma, fronça les sourcils puis recommença pour qu’enfin un son sorte d’entre ses lèvres « Désolée, vraiment ! Pardon, je ne regardais pas ou je mettais les pieds !! », Cela devait quand même être drôle, de la voir si perdu et impuissante, c’était tellement différent de cet air froid et strict qu’elle abordait chaque jour, là, elle devait plus ressemblait à un enfant qui sortait des excuses les plus farfelus pour se disculper après avoir fait une bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: « Jamais pour toujours... »   Jeu 19 Juil - 0:20






Léandra & Kazuma
« Les larmes sont l'extrême sourire. »


Jacasser en s'excusant de l'avoir offusqué physiquement, voilà ce à quoi ressemblait la réaction de la jeune femme qui se pencha dans la direction de Kazma, le souffle faible. Du mal à respirer il en avait, en réalité, il subissait un châtiment impardonnable dans tous les coins et recoins de son corps, statufié. Et elle, celle qui l'avait fait réagir et surtout extirpé de ses atroces fictions d'inquiétudes, elle restait le bassin tanguant, son buste rebondissant au-dessus de la tête du jeune Mitsuoki qui agonisait.

Son entêtement à vouloir construire une phrase avec un pronom un sujet et un COD l'emmenait dans un gouffre tondu de profondeur. Tant bien que mal, il s'efforçait à jouer sur les sens qu'il pouvait avantageusement exploiter à sa guise. Il tendit les oreilles. La horde de touristes et civils qui passèrent à côté de lui n'avait même pas daignée prendre compte de sa tenue déplorable. Il s'en mordit les lèvres, de ce monde dégueulasse où il avait été transporté par mégarde et maudit le ciel de son tourment avant que son besogneux et précaire regard se redirige là où sa placé était la meilleure selon lui, dans les terriers.

Après tout, sa conception ne consistait qu'à être haït et ignorer des autres, traiter plus bas que terre... Effectivement, l'on ne sait que peu de choses au sujet de Kazuma. Son enfance n'a pas été des plus favorables. Orphelin, il a été élevé par la chance, rien qu'elle, ainsi que la pitié. Cependant, à l'antagonisme du mode d'environnement des humains, les hommes-lapins écopaient d'un cœur en or. Recueillit par ses confrères compatissants sur son sort, ce n'était qu'à l'âge de six ans qu'il fit l'inoubliable rencontre de Saya et son frère, Yomi. Rarement commune aux histoires d'amitié, baptisée d'atypique, la leur s'était avérée assez folle pour que l'on puisse y croire. Le gamin était simplement passé au bon endroit au bon moment. Lui qui se voyait déjà aventurier de la jungle, frêle bâton en main, s'engageait dans une patrouille sur le périmètre de l'île. Dérisoire et adorable aux yeux des adultes révoquait son attitude, pourtant importante et autonome, du haut de son opinion.

L'enfant-lapin n'avait fait qu'accourir à la rescousse d'autres chérubins qui en quémandaient le besoin. Prit d'assaut par la racaille de l'archipel de Rabisland, seul un jeune garçon de onze ans s'était dressé devant eux dans la détermination d'immuniser sa petite-soeur de ces pourritures.

» Allez les gosses, filez nous l'argent que vous a passer le monsieur de la boulangerie... Siffla-t-il sur un ton criminel.

» Ne faites pas un pas de plus ou... ou...

» Tema' comment qu'il veut jouer le bonhomme... Tu sais pas qui on est nous ? Baaaaaaaaaakaa ! On est des adultes, t'as pas la moindre chance petite vermine. Tonnait l'homme, vantard.

» Entre eux et vous je pense que tout le monde sait qui est la vraie vermine !

Analogique à trois pommes que l'on venait d'épinglées, le petit Kazuma se rua sur la cheville d'un des mécréant et se déboîta la mâchoire, marquant l'intention de lui arracher toute la viande animale qui y était disposée. Comique reportait sa réaction de cannibale bienveillant. Le réflexe de sa victime ne lambinait pas, il remuait la jambe sauvagement pour inciter le bambin à abandonner ! À son grand désarroi, le cran de Mitsuoki ne s'atermoyait pas non-plus, la flamme de sa décision à les faire payer s'attisait à travers ses canines qu'il se dépêchait d'utilisées pour le mordre à crocs acérés !

» Bwaaah ! Il m'a mordu !, ni une, ni deux, sarcla le petit lapin de sa jambe tel une mauvaise herbe, venez les gars on s'barre, ces p'tits sont graves chelou pour nous et ils font mal !

» Mon hérooooooooooooooooooooooos !! ♥ ~ ♪

Il était aisé de deviner que cette voix angélique n'appartenait qu'à Saya qui se ruait sur notre minuscule brave, s'évertuant à l'embrasser. Très rapidement, elle lui avait harponné le bras qu'elle ne lâchait plus, incessamment en train de lui susurer :

» Kazzuuuuuuuuuuu-chaaaaaaaaaan... ♥ Marions nous ! Lalalala... ~ ♪

» Heu... D'a-d'ac...cord...

Sa réponse n'accordait qu'un grand sourire réjouit, elle s'était entichée de Kazuma comme une poupée tout droit sortie d'un magasin de jouets. Elle le traînait partout, c'était son petit sucre d'orge... Puis vint la rencontre de maître Hisashi, apte à lui enseigner le légendaire art martial des hommes-lapins, Mitsuoki à son tour, révéla tisser un fort lien de grande estime à ce vieux personnage et se détacha de ses amis qu'il délaissait piteusement, orienter dans la voie de la force... Jusqu'à ce qu'il meurt. C'était un jour de pluie. De son sommeil de plomb, il pouvait sentir quelques gouttes lui raffermir le visage... Ses iris décelaient l'ombre de la jeune femme, toujours incertaine de ce qu'elle était dans la possibilité de faire pour lui venir en aide. Les sacs dont elle était arrimée, posés au sol, ne bronchaient que si le vent en décidait ainsi, Kazuma reprenait son souffle peu à peu, on pouvait l'entendre proféré laborieusement :

» De...De l'eau...

Sa plus ample indigence résidait dans l'eau dorénavant. Ses balafres et lésions se devaient d'être pansées, au détriment d'un nouvel évanouissement immanquable.


Revenir en haut Aller en bas
Léandra Farewell

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
♦ Niveau:
15/50  (15/50)
♦ Expérience :
3/150  (3/150)

MessageSujet: Re: « Jamais pour toujours... »   Mer 25 Juil - 15:54



Elle le regardait, d’un œil super méfiant, déjà rien qu’à cause de… Ce qu’il était ? Peut-être bien, elle soupira tout en haussant les épaules, mais en vrai, il n’avait pas l’air d’aller très bien... Il manquait plus que ça, elle qui n’était pas médecin… elle savait juste désinfecter une plait et mettre un pansement ignoble aux couleurs fluorescente avec des petits dessins trop moche dessus… Mais, elle n’avait pas remarqué, qu’en fait il semblait blessé, mais quand elle l’avait compris… Elle ne savait absolument plus quoi faire, elle fit quelques pas, les cent pas comme on dit, en le regardant tapant doucement ses paumes l’une contre elle… Des touristes, des habitants, pas un daigner les regarder, poser les yeux sur cette créature allongé sur le sol et cette fille aux cheveux neige. Offusqué elle avait les sourcils froncé. Il lui demanda de l’eau… en avait-elle ?... Oui, elle avait par chance pensé à prendre une petite bouteille d’eau, pour elle… Elle la chercha parmi ses courses sur le sol, elle la saisit dans un bruit de plastique compacté, elle dé bouchonna le capuchon et se pencha vers le lapinou mais, peut-être était-ce trop tard… Mince, qu’avait-elle fait ! Etait-ce vraiment sa faute ? Elle qui est si froide d’apparence, si dur et violente, elle était si désarmé, elle semblait être rongé par des sentiments auxquels elle faisait abstraction chaque jour en tant « qu’exterminatrice » mais là, étrangement c’était comme une submersion de sentiments qu’elle n’arrivait absolument pas à contrôler.

Il lui fallut un petit temps avant de s’apercevoir qu’il été blessé. Ni un, ni deux, elle saisit le pan de sa propre chemise et la déchira en lambeau, le but ? En faire des bandages de fortune, elle n’avait rien d’autre de toute façon. Elle saisit la bouteille d’autre et imbiba doucement le tissu clair, puis, doucement elle nettoya tant bien que mal les plais de cet étrange personnage. Elle ne savait pas vraiment quoi faire de plus, elle banda sa blessure puis soupira, comment le réveiller ? Une bonne claque dans la gueule suffit mais, est-ce approprié ?.... Elle hocha la tête de droite à gauche avant de faire couler un peu d’eau au creux de sa main puis, sans même dire quoi que ce soit, sans regardait ce qu’il se passait au tour, ni rien d’autre, elle versa l’eau continue dans sa paume sur le visage de l’homme-lapin, en espérant qu’il ouvre les yeux. Et puis non, sans même attendre plus longtemps, c’était le reste de sa petite bouteille d’eau qu’elle lui vida sur la tronche, si avec ça le lapinou ne se réveillait pas…

[HRP : Désolée c'est vraiment court :/ et désolée pour l'attente ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: « Jamais pour toujours... »   Ven 27 Juil - 6:04






Léandra & Kazuma
« La volonté est aveugle, la douleur myope. »


Le liquide déferla sur son visage tailladé par l'anéantissement en un sentiment d'allégresse. Parmi les gouttes qui affluaient sur la figure de l'homme-lapin, un enchantement creusait un fossé délectable allant s'élever à la hauteur du museau Kazma, qui, dompté par la grâce de la jeune femme, s'évertuait malgré sa faiblesse à prononcer un « Merci » susceptible à être remarqué par sa sauveteuse. Ses coussinets caressèrent délicatement son pelage doux en dépit de l'eau qui avait assiégée une grande partie du corps de l'hybride.

Il ne sentait plus que le déchirement que lui infligeait ses blessures, elles qui se rétractèrent, donnant place à une imperceptible cicatrisation d'espérance, de guérison. Bientôt, il serait sur pied ; faible ordonnance pour l'instant, l'homme-lapin se sentait déjà apte à faire traîner des volcans. Le fluide avait revigoré tout son corps, impatient de ne plus pouvoir être obsédé par la gravité considérable de certaines de ses contusions.

Réceptif avait été King Kazma, qui ne tardait pas à se redresser finement à la devanture de la jouvencelle aux brins immaculés, serrant les canines pour chaque plaies qui s'élargissaient à ses mouvements. Immédiatement, il trouvait refuge et appui sur une cloison fraîchement peinte. Le revêtement de celle-ci tâcha une partie aveuglante de ses vêtements dorénavant baignés dans le blanc cassé. Il n'y prêtait que peu d'attention, et, selon une vue subjective, scrutait l'horizon de la ville de Gaimon distraitement.

Les passants paraissaient beaucoup trop pressés pour loger soucieusement à l'état de santé du jeune Mitsuoki. Tous, tracèrent leurs chemins sans se soucier du cadre vital qui les encerclait. Qu'avaient-ils de si urgent à faire ? Étant qualifiée comme condensée, le réel débat qui traitait sur la longévité de la vie avait cessé depuis bien des temps immémoriaux. Cependant, il restait un point à soulever. Peut-être et certainement que les plus instruits et introspectifs des physiciens ou scientifiques avaient auparavant approfondi cette éventualité qu'il fallait octroyer du temps au temps..., il ne suffisait pas de croître d'un Q.I. monstre pour le déduire ; simplette adhérait cette théorie.

Ce raisonnement assez philosophique lassait perplexe notre homme-lapin, lui qui ne détenait pas pour jouissance d'échancrer ou de mettre à l'épreuve son esprit pour des questions existentielles s'enquit de cette énigme désargenté de socle et ôta ses gants de cuir qui lui emprisonnaient les poignets. Tant bien que mal, il crayonna de petits mouvements de rééducation, constatant exquisément qu'il bénéficiait encore de tous ses réflexes. Ses sens, quant à eux, étaient valides et n'avaient rien à envier, seul la vue semblait un peu trouble, une normalité flagrante due à son manque de sommeil condamnant. Il ne lui subsistait que peu de force pour toiser brièvement du regard celle qui avait opérée à sa sauvegarde, il lui soufflait, accompagné de quelques centilitres de vitalité :

» Me-Merci... C'est très généreux de ta part.

À peine venait-il de finir sa phrase qu'une bande d'hommes aux prestances acariâtres et bourrus accostait le duo, salive pendante à l'extrémité de leurs langues scélérates. Sitôt, Kazuma s'aguichait à un bond soudain dans l'unique but de se relever, ce qui fût vain. Il gisait sur le sol encore trop faible pour esquisser le moindre geste, et plus sa fragilité prenait le dessus sur ses blessures avec complaisances et plus les racailles s'approchaient de la demoiselle manifestement à peine effrayée.

» Héééé ma jolie, ça te dirait une virée avec l'un de nous trois ? Hihihi...

» Ouais ! Pour sûr qu'on va bien s'marrer hein... Bon allez, tentée ou pas poupée ?

» Gnn...

Il était trop tard, peu importe ce qu'il avait en tête et le degré de sa détermination si pharaonique, Mitsuoki était incapable de surpasser la douleur qui le clouait pitoyablement au sol.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Jamais pour toujours... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Jamais pour toujours... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Pour toujours, c'est un temps très, très long, et le temps a une façon bien à lui de changer les choses...
» Rien ne disparaît pour toujours ~ IlHan
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ▬ Caëlyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: East Blue :: Île de Gaimon-