Partagez | 
 

 Lux Aeterna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Lux Aeterna   Lun 30 Avr - 3:58



Présentation de Lucrèce





Carte d'identité

Nom : Aeterna
Prénom : Lux
Surnom : Je vous laisse décider
Age : 25ans
Sexe : ♀ Féminin
Lieu de Naissance : Goddes Island
Camp : Marine
Race : Humaine
Grade : A vous de juger
Métier : Navigatrice (vigie)
FDD/Arme : Inu inu no mi (Version Kitsune)
But / rêve : Trouver sa voie, pour l'instant


Description Physique


Certains l'ont déjà vu passer en coup de vent, seulement ils ont surement du la prendre pour une grande luciole. Toutefois la réalité n'est pas très éloignée de cette hypothèse.

Son visage ressemble à une sphère peu géométrique (ça reste un visage humain quand même...) petite et pleine de vie. Cela commence par un menton peu prononcé que surplombe une petite bouche aux lèvres fines, mais d'un rose bonbon on ne peut plus coquet! Cette petite ouverture s'étire souvent pour sourire, voir même rire aux éclats, dévoilant alors des dents blanches et légèrement pointues, avec une petite langue rose! Cette bouche est surplombée d'un nez tout aussi réduit que la face, avec de petite narine et une finition presque triangulaire. En effet, l'arête du nez est très prononcée, donnant à la jeune femme les narines divines des statues grecques. Contrairement aux deux organes précédemment décrient, les yeux de Lux ne donne pas l'impression d'être réduits. Ils sont, au contraire, très développés, sans pour autant donner à la belle un aspect de mouche... Elle n'a pas des yeux globuleux, et leur dimension est normale, mais cela dénote du reste de la face qui est assez réduit. Je disais donc, ses iris sont marrons foncés mais tendent souvent vers le noir, si bien qu'on les voit souvent plus ténébreux qu'ils ne le sont réellement. Toutefois il arrive que ces joyaux brillent d'une lumière intense et donne alors au regard qu'ils incarnent une vitalité inégalée. Nous montons encore un peu, pour contempler les cils étirés de la belle. Ils sont très petits, mais chacun d'eux est étiré avec soin de façon à ce que l'ensemble forme une courbure des plus parfaites. Le front qui clôture cette face originale est en lui même très banal. Peu prononcé, il semble "laisser la place" à la crinière de Lux.
Les cheveux de l'héroïne sont, comme ceux de toute dame qui se respecte, soigneusement coiffés. Aucune mèche ne vient gênée sa vue, cependant deux flots noir s'écoulent derrière ses joues, s'arrêtant à la naissance des seins. Derrière sa tête, ses cheveux tombent en cascade, mais un étonnant ruban y est attaché. Ce dernier est jaune, et il soutient deux lampes orangées qui semblent être faites de papier. Sur chacune d'entre elle est écrit le mot Déesse, allez savoir pourquoi...

S'il y a bien quelque chose qui dénote sur Lucrère c'est, bien sûr, sa petite taille. Du haut de ses 1mètre 54, notre jeune pirate a rarement l'occasion de rencontrer plus grand qu'elle, et ce même avec ses chaussures renforcées! Elle ne porte pas de talons, mais des godasses ouvertes ou fermées, abondamment compensées, de façon à lui faire gagner au moins trois centimètres. Cependant un minimoys reste un minimoys, et malgré tous les artifices qu'elle utilisera notre petite voleuse devra toujours renoncer aux montagnes russes à cause de la limite de taille! M'enfin je vous passe les détails de ce traumatisme, pour me concentrer sur le principal. La jeune femme a un corps à mi chemin entre l'adolescence et l'age adulte. Elle est une "jeune adulte" pour ainsi dire. Son corps est comme celui d'une petite femme fatale, svelte et propre à l'agilité, sans être pour autant dénué de formes. Ses muscles sont extrêmement fins, mais tout de même présents, cependant je suppose que "femme fatale" évoque autre chose pour vous hein?! Parlons-en : ses formes sont généreusement apparentes tout en restant fidèles au "modèle réduit" qu'elle est.
Un corps presque parfait, si l'on en oublie la taille, que Lux ne se gène pas pour mettre en valeur. Ses habits consistent, pour la plus part, à quelque chose qui laisse voir, ou entrevoir, la peau de ses cuisses qu'elle juge parfaites! Qu'il s'agisse de chaussettes très hautes qui lui collent à la peau, ou d'un mini-short il n'y a pas moyen que de telles œuvres d'art soient oblitérées. Néanmoins, les hauts de la demoiselle ne sont pas aussi impudiques. Bien qu'elle porte des tee shirts de couleurs variées, la plus part du temps le tout est couvert par un survêtement orangé qui lui ...eh... colle à la peau! La matière qui le compose est une des dernières trouvailles de Coca Channol, une styliste extrêmement réputée auprès de la jeunesse des années 500s. Surnommé "synthétique", il semblerait que ce soit la résultante d'une polymérisation, m'enfin, peu importe, ce composé organique est très léger, et surtout... ne se froisse pas! Ce "tissu" épouse parfaitement les formes de la belle, sauf au niveau des avants bras où il devient un peu plus large. Là, Lux retrousse ses manches, ce qui n'empêche pas à un quart de ses mains d'être avalées par le survêtement. La "veste" est refermée par des boutons noirs, liés deux à deux par un fermoir composé d'une petite corde verte. Après, le reste n'est accessoire.La charmante porte souvent un gant à une main en laissant l'autre dénudée, luttant à sa façon contre la beauté symétrique qu'impose le monde adulte.

Voyons là donc ainsi : une jeune femme petite et branchée, pour qui son corps est un atout et non péché honteux à caché. Elle s'assume et le montre, elle est une Femme dans le vent, et par cela elle en devient Lumineuse.



Description Morale


La femme est l'incarnation de la vie. Héritière d'un pouvoir divin elle peut insuffler la vie à la chaire, lui donnant ainsi une âme. Ces êtres délicieux sont des sources de réalité, et en cette qualité elles ont toujours été, elles sont, et elles seront à jamais nos déesses.
C'est avec cette phrase comme crédo qu'a grandi mon héroïne, et c'est dans ses mots bien flatteurs qu'elle s'est construite. On doit surement penser qu'être une femme dans de pareilles conditions est une aubaine, seulement un Soleil n'a pas le "loisir" de brillé, il en a le devoir. Luire pleinement l'espace d'un jour, d'un mois, et même de quelques années est très plaisant, mais être obligé de briller toute sa vie est au contraire : un fardeau. Avec une telle pression sur les épaules : la certitude qu'elles sont les torches du peuple, les Femmes doivent s'incarner dans les Sept Vertus. Les Vertus Théologales sont les plus "humaines", elles permettent la cohésion entre les Hommes et les Dieux, alors que les Vertus Cardinales elles sont beaucoup plus "Divines". Elles représentent le Fer et l'Acier, elles sont les moyens qu'ont les Hommes d'évoluer. Ainsi une Déesse doit incarner La Foi, l'Espérance, et la Charité, mais aussi la Justice, la Force, la Prudence et la Tempérance.

Vous pensez bien que le phénomène incarne parfaitement ces vertus, mais d'une façon très... originale. La Foi est pour elle une confiance en l'avenir. Elle est tout le temps, et toujours très optimiste. Non pas qu'elle est une foi aveugle en l'humanité, car c'est loin d'être le cas, mais elle a une foi immodérée en ses compétences, celles de ses alliées, et en un avenir qui lui semble lumineux. Lux n'a pas besoin d'avoir de raisons logiques pour croire en son avenir, non, elle y croit et c'est tout, et c'est le principe même de la Foi. Peu importe la situation, elle sera toujours la lumière qui éclairera sa route, et si l'adversité ose l'entraver elle la détruira, et construira son propre chemin. L'inconnu n'est pas pour elle un amant du Danger, c'est juste un phénomène qu'elle n'a, par l'adversité, que trop connu, et qui maintenant lui est aussi banal qu'une rosée printanière. On dit souvent que la Foi est l'apanage des faibles, mais la condition de possibilité de l'omnipotence, et par là de la liberté est tout d'abord d'avoir Foi en soi même. Ainsi elle vit sa foi, elle la consomme, elle s'en enivre comme un alcool dont elle abuserait sans modération, et ça sans payer d'addition en plus!

L’Espérance : sans foi peut-il y avoir Espoir? Non, car il faut bien croire en un idéal pour espérer le réaliser. Je crois avoir déjà parlé de Liberté, et bien laissez moi lui dérouler un tapis rouge . Lux a été, dès son plus jeune âge, grugée par l'hégémonie du Destin, et en parfaite tête de mule... elle ne l'a jamais acceptée. N'allez pas croire qu'elle lutait contre sa nature, non, il est clair que se nier soit même est un suicide, mais elle lutte contre l'ordre des choses. Une déesse restera toujours une déesse, mais libre à elle de quitter le paradis. Notre héroïne ne recherche pas cette "liberté en cage" qu'offre la société, elle recherche la Liberté suprême, qui lui permettra de détruire et reconstruire le monde à sa guise. Ainsi, elle a foi en cette liberté, et elle espère l'acquérir. Ses Espoirs sont certes ambitieux, mais son espérance est forte, et aussi longtemps qu'elle sera là pour la guider, notre Déesse avancera vers le Trône du monde.

Charité, ce mot ne s'attache qu'à un aspect de l'Amour, qui est pour Lux le véritable nom de cette vertu. Toutefois, contrairement à ce qu'on pourrait penser, notre princesse est très charitable. Peut-être est-ce plus par inconscience que par pure gentillesse, il n'en reste pas moins que la jeune femme n'hésitera pas à donner à ceux qui sont dans le besoin. Sa charité n'est pas unilatérale, et tout comme elle n'hésite pas à donner aux autres, elle n'hésite pas non plus à se faire des "dons". Ainsi, rien n'est trop beau pour elle, car elle s'aime énormément. En Amour il n'y a pas de limite, car l'Amour est infinie. S'aimant elle même, elle ne considère rien comme trop bien pour elle, toutefois cela n'oblitère pas la tempérance, car s'aimer soit même signifie également désirer le meilleur, et donc tempérer le pire! Charitable envers les autres, et, envers elle même, elle possède bien cette qualité ,même si, de la même façon où elle est donnera de l'argent, des choses matérielles, elle donnera aussi "charitablement" des baffes, des reproches, et des remarques aussi tranchantes que les lames les plus affutées.

Mais cessons de flatter l'humanité et commençons enfin l'apologie du divin. La Justice, apanage des puissants, elle est pourtant le glaive des faibles. Le plus grand des prédateurs n'a pas besoin de justice, alors qu'au contraire, le plus faible en raffole. Lux a une notion particulière de la justice, puisqu'en fait il n'y a de juste pour elle que le légitime. Celui qui a faim à la droit de prendre son pain, et de la même façon, celui qui a travailler pour se procurer son pain à le droit de le défendre. Face à cette contradiction, la solution lui est apparue comme évidence : Celui qui s'est donné les moyens les plus efficaces de Manger peut le faire. Autrement dit, elle peut faire tout ce qui lui est légitime, et quoi de plus légitime pour une Déesse que la liberté totale? Donc quoi de plus juste pour elle que de vivre sa réalité comme elle l'entend? Rien. Cela ressemble, bien sûr, à une tentative foireuse de métaphysique afin de justifier une vie sans attaches, toutefois la base de la philosophie n'est-elle pas de ne rien tenir pour acquis? Alors les versions anciennes et ressassées de la Justice n'échappent pas à cette règle, et en ce sens cette Justice Légitime qu'est la sienne pourrait très bien être valable, quoique non, Est valable! Je conclurai comme toutes les autres fois en disant que cette vertu aussi s'incarne en Lux. Sa justice est une balance, avec la Légitimité comme norme, toutefois n'oublions pas que le glaive à également sa part d'importance dans la justice. La vengeance est au niveau de l'individu, le châtiment au niveau des Dieux, alors en tant que Déesse notre belle se doit d'infliger un châtiment, proportionnel à la faute évidemment, mais en tout cas irréprochable et indiscutable... car divin.

Cependant pour être appliquer, la Justice nécessite de La Force. Parmi toute les vertus, celle-ci est sans doute la plus respectée des hommes. On la considère souvent comme le pilier fondateur de l'Humanité. Lux l'a vite compris, et si une vertu doit déborder d'elle : c'est celle là. Il n'est pas aisé d'incarner la force, car pour cela il ne suffit pas d'avoir un corps fait de lames et d'acier. La vraie Force est aussi une volonté inébranlable, une volonté capable de faire trembler la Terre, une volonté divine qui maintient par sa seule puissance l'équilibre de l'Étendue (cf Descartes). Telle est la véritable force, et notre déesse tente au maximum de l'incarner. Contrairement à ce qu'elle pourrait laisser croire, elle sait pertinemment qu'elle ne la possède que partiellement. La vie lui a donné son lots d'Anges et de Démons, et en tant que jeune déesse elle fut condamner à les fuir. La Force est un mouvement, non un état, car quelque soit notre niveau on sera toujours dépassé. Ainsi notre belle tend vers la force, elle tend vers un esprit imperméable aux moqueries, et à un corps imperméable aux intempéries. Ne la peignez pas comme une stoïque frigide, elle rigole, elle peut feinter d'être toucher, mais au fond d'elle vos remarques sonneront toujours comme une brise qui s'éreinte à déloger une montagne.

Malgré son aspect frivole, "fofolle", hautaine et sur d'elle même, notre "gerbille de service" connait La Prudence. Bien qu'elle aime les extrêmes, notre jeune femme tient plus que tout à la vie. En ce sens, elle ne se permettrait pas de la mettre en trop grand danger. Certes quelque fois, quand le jeu vaut la chandelle elle peut le faire, néanmoins elle n'ait pas de ceux qui se jetteront têtes baissées dans la fosse aux serpents. Ses actions sont, contrairement à ce qu'on pense, un minimum réfléchies. Elle ne conseille pas la prudence à son entourage direct, elle fait beaucoup mieux, elle l'incarne et influence ainsi par sa droiture ceux qui la côtoient. C'est donc par prudence qu'elle s'abstiendra de faire la cuisine pour ne pas se bruler, c'est par prudence qu'elle s'attaquera plutôt à deux colosses pour ne pas risquer de se couper en faisant la vaisselle! Bref, je crois que vous l'avez compris, sa prudence ne s'applique que dans des cas extrêmes, car Prudence ne veut pas dire absence de Prise de risques. Le goût du jeu ça ne s'apprend pas, c'est dans le sang!

Et enfin, la Tempérance est à l'honneur. Quoi de plus difficile pour un homme que de se tempérer? Rien... je le crains, notre espèce est surement une des plus immodérée du règne animal. Là où la plupart se contente d'assouvir leurs besoins, nous désirons par notre imagination l'étendue de ce monde, et même, parfois, nos fantasmes nous poussent à sublimer l'irréel. En ce sens, ce qui fait notre force est en même temps notre fléau, et notre Conscience supérieure se doit d'être bridée, car trop apte à nier la réalité. En ce sens notre déesse accepte parfaitement cette vertu. Elle sait tempérée son imagination afin de la contraindre au pragmatisme, et n'en devient alors que plus vive dans sa capacité à sortir de toute sorte de situation. La Tempérance n'est pas pour elle une simple restriction physiologique, elle ne s'empêche pas d'être gourmande, d'être cupide. Sa régulation est d'ordre spirituelle, car elle sait tempérer son imagination débordante afin de la coller à la réalité. Bien sûr il lui arrive d'avoir des fantasmes, mais tout comme la lune court inlassablement derrière le soleil, elle revient toujours sur le terrain froid mais certain du Pragmatisme.




Biographie


Naissance d'une lumière
]Il y une île sur la Mer de l'Ouest où les Hommes ont des rêves. Dans ce coin de paradis, les Dieux s'incarnent en femmes, et le galant sexe assure ainsi son hégémonie. Il n'y a pas d'or à Goddes Island, pas de granit marin, pas de pierres précieuses. Il n'y a rien sur l'île entière qui puisse captiver la cupidité des hommes, et pourtant, elle brille plus que jamais sur West Blue. Le pouvoir ici n'est pas matériel, mais spirituel. La religion tient plus qu'une simple "place importante" dans la vie, elle structure le quotidien par ses dogmes. En parler ainsi ne suffit pas... je préfère vous montrer :

L'architecture de Goddes Island rappelait énormément les Acropoles grecques, et plus généralement Olympie, qu'elle devait au moins égalée. L'île était fournie d'une verdure généreuse et terriblement docile. Il semblerait que les dieux aient béni ce lieux tant le sable y était fin, tant les palmiers y offraient de l'ombre sur la plage divine, tant tous les bienfaits d'une île tropicale s'étaient acharnés à y tenir un siège. Un touriste, ou un pirate, pourrait voir, en accostant, une plage magnifique où un sable gris cache les racines de nombreux palmiers. L'eau cristalline le caresserait lors de ses premiers pas sur l'île, cette même eau chauffée par le soleil. Ensuite c'est une végétation généreuse, mais suffisamment tolérante pour ne pas étouffée ses invités qui attirera les pupilles d'un inconnu, pour enfin lui présenter une muraille faite de pierres et de marbre. Celle-ci entoure toute l’Acropole de Goddes Island, et à chaque pôle siège une porte assez impressionnante, où deux énormes battants en bois gardent l'entrée du sanctuaire. La suite n'est que marbre et pierre, bois et granit, tous les bienfaits d'une civilisation florissante consacrés à l'art Antique. Quatre rues dallées où sont déroulées de gigantesques tapis de velours mènent au centre de la ville vers un véritable Sanctuaire : Le Gama Sanctus (Sanctuaire des Femmes). Surélevé par rapport au reste de l'île, c'est presque une montagne de granit et de marbre, totalement blanche, qui s'élève vers les cieux. Le Sanctuaire monte si haut, qu'au loin on voit une lumière blanche qui plane au dessus de l'île, témoin qu'une véritable déesse y siège.

Alors que la lune régnait en tyran dans les ténèbres, une lueur s'échappait des habitations du Sanctuaire. Je ne parle pas du soleil qui brillait au sommet de la montagne, mais d'une lumière fluette et discrète qui s'échappait de l'un des versants de marbre. En s'approchant un peu, on pouvait distinguer des halètements, où plutôt des cris. Une femme hurlait dans une des pièces. Elle était dans une chambre aux murs écarlates, posée sur un lit propre et blanc, et quatre femmes s'affairaient à ses cotés. L'instant était à la fois effrayant et magnifique, car Lux Noctis enfantait. Celle qu'on surnomme La Lumière Nocturne n'est autre que la mère de notre héroïne. Cette génitrice n’est pas des moindre, il s'agit ni plus ni moins d'une "Avatar". Les Avatars sont sur Goddes Island les représentants directs des Déesses sur Terre. Il n'y en a pas énormément car il n'y a que Treize Déesses pour les gens de cette île, donc Treize avatars. Ce rang est héréditaire, et de mère en fille les Avatars protègent leur titre, Ainsi donc l'évènement qui se déroulait à l'instant était un peu comme, "La Naissance d'une Déesse".
Après maints efforts, une Lumière arriva dans ce monde. Étrangement, au moment même où Lux hurla ses premiers cris, l'aube s'incrusta dans le ciel bleu marine. La synchronisation fut si parfaite qu'elle subjugua tous les spectateurs de ce miracle : Lux Noctis était née lors d'une nuit sans lune, Lux Aeterna vint au monde avec les premières lueurs du monde. Quel paradoxe étonnant que la lumière naisse de l'ombre, mais en même temps il est normal qu'une étoile ne puisse briller en pleine lumière.

Je vous passe les détails des festivités qui suivirent cette naissance. Comme à chaque fois qu'un nouvel Avatar apparaissait, il était acclamé dès son plus jeune age, et cet ainsi que l'enfant se retrouva adulé par une foule hystérique. La religion était poussée à l'extrême sur Goddes Island, si bien que, tant est qu'il puisse parler, le nouveau né aurait pu décider de la vie ou de la mort de chacun de ses fidèles. Cependant Lux ne fit rien, ce jour là elle n'avait pas conscience du monde, elle n'était encore qu'une chose animal n'aspirant qu'à survivre. Ainsi donc le petit animal vécu dans un cocon de nacre. Sa cage était certes pleine de luxes et de richesses, mais elle n'en restait pas moins hermétique, et donc mensongère. L'éducation des Avatars est très particulière, car en fait, en plus d'être renseignés comme tout à chacun sur le monde, l'art et la logique, ils sont également éduqués à la solitude. Cela peut sembler immoral, mais n'est-ce pas dans le silence le plus parfait, dans la solitude la plus profonde qu'on est le plus apte à parler aux Dieux? Oui, et cet état de coexistence entre le divin et le réel doit être appris, d'où cette éducation quelque peu spartiate. Toutefois, la présence de sa mère ne lui fut pas proscrite, et bien que sa meilleure amie fut la solitude, Lucrèce eut tout de même un "minimum vitale" d'Amour. 4 ans, se fut à cet age que commença l'entrainement drastique de l'Avatar. Bien qu'au départ cela ne se fit pas sans cris et larmes, il fallut bien qu'elle se plie à la réalité, et petit à petit la belle développa une forme assez particulière de Schizophrénie. Dans ses moments de grande détresse, elle entendait une voix. Bien qu'au départ se ne fut qu'un murmure, cela se transforma vite en une voix claire et parfaitement audible. Vous vous en doutez, face à l'impossibilité de raisonner, Lux s'était mise à croire, et sa folie lui avait présenté une Déesse. Elle se souviendra toute sa vie des premiers mots de Siddha-râtri, déesse de la lumière :


Brille, mon enfant.

Ce n'est pas commun de parler à une déesse, et encore moins d'être sa représentante sur terre. Cependant l'enfant le vécu très bien, car elle avait la Foi. C'est fou comme cette vertu est puissante : la Foi entraine l'espérance, et à partir de là rien n'est insurmontable. Ainsi les années passèrent, se déroulant comme la bobine d'un film usagé, sauf que là les images se ressemblaient toutes. Il lui fallut environ 5 ans pour "bruler" sa jeunesse. Cinq années d'études et de solitude alors qu'elle n'en avait strictement rien à faire! L'avantage de son isolement fut qu'elle put discuter avec Siddha, et même si une partie de sa fougue enfantine fut refoulée, l'autre ne fit que fructifier dans un imaginaire fantaisiste. En sortant de "l'Initiation" comme on se plaisait à l'appeler, Lux Aeterna n'était pas une femme parfaite et accomplie, non, elle était une jeune fille frêle et chétive, qui avait du mal à communiquer avec les autres. Si on devait gradué son évolution, on pouvait dire qu'elle n'était encore qu'au stade de chenille, et qu'il était temps pour elle de devenir une chrysalide.
L'étape suivante était l'Ascension. Dans l'absolu c'était assez simple, il suffisait que la fillette monte un escalier, et arrive au sommet de la montagne. Mais bien sûr vous vous en doutez, il y avait un "hic". Au sommet de la montagne régnait le plus puissant Avatar, c'est à dire celui qui était aller le plus loin lors de l'Ascension. Alors que les treize apprentis commencent tous ensemble, à chaque palier ils doivent désigner l'un dès leur et le laisser sur place. Ainsi dans cette épreuve rien ne sert d'être forte ou agile, il faut juste beaucoup de finesse, ce qui est la Marque des Dieux. A ce qu'on lui avait dit, sa famille était toujours arrivée dans l'un des trois premiers étages, et c'était tout à fait normal pour les Héritiers de la Lumière. Cependant cette ascension ne débuta pas tout de suite. Les "rookies" avaient un an pour se préparer. Un an où ils pourraient redécouvrir le monde qui leur a été injustement ôté. Vous vous doutez bien qu'après cinq ans d'isolement le langage n'est pas très aisé, mais il fallait bien si faire! Lux se souvient encore de sa première rencontre avec un enfant...


"Salut!! Passe la balle s'te plait.

-La...Eh..."

Maladroite notre petite héroïne non? En tout surement moins que la mère qui, surgissant de nulle part s'agenouilla devant Lux et prit son enfant dans ses bras, proférant un flot d'excuses inutiles. Alors qu'elle pensait en avoir fini avec la solitude, c'est l'aliénation qui lui tendait maintenant la main. Sur le coup la petite ne réagit pas, qu'aurait-elle put faire... L'incompréhension régnait en maître dans sa tête, et -toute seule-, elle prit la balle et se mit à jouer. Jusqu'à ce jour elle n'avait jamais compris pourquoi sa mère avait éclaté en sanglot en la voyant revenir de l'Initiation, mais la femme avait surement du voir la monstre que créait cette curieuse société. Une aliénation reste dramatique, qu'elle soit l'œuvre d'un trop plein de respect ou d'une trop grande crainte, elle éloigne toujours plus l'aliéné du réel. De la même façon qu'un saint d'esprit devient fou si on ne fait que le lui dire, Lux se prit vraiment pour la représentante de Dieu sur Terre. Durant un an, elle vit tout ses souhaits exhaussés, tous ses désirs les plus exotiques réalisés instantanément. La seule autorité qu'elle acceptait fut celle de sa mère, qui comme un réservoir lui donnait sans cesse plus d'amour. Qui sait ce que serait devenu cet animal égoïste sans cet ange pour veiller sur lui? Personne, enfin jusqu'à ce jour.

L'aube venait de manifester sa présence, et Treize enfants se tenaient devant une porte de nacre. Cette dernière était gigantesque avec ses deux énormes battants, sur lesquels gisaient des gravures d'un langage inconnu. Elles étaient toutes là, âgées de 9 à 10 ans, tribunes d'une éducation élitiste, elles n'en restaient pas moins une bande de gamines trop gâtées. Toute portaient des vêtements de hautes coutures, la soie et le velours coulaient à flot. Ces petites sottes affichaient toute un visage souriant, les pauvres... si seulement elles savaient à quoi s'attendre... Les portes s'ouvrirent avec fracas, et l'ombre qui se dévoila alors fut si profonde, qu'elle sembla aspirer la lumière environnante. Sur le moment, les enfants eurent tous un superbe frisson, mais il fallait y entrer, et c'est derrière treize jeunes filles apeurées que les battants se refermèrent dans les ténèbres. Des cris retentirent, des pleurs, mais rien n'y fit, la Porte de l'Ascension resta close. Il fallut presque un mois pour que les cris cessent, comme si, lasses de désespoir les jeunes élues avaient entamé leur périple.



...et devient ton propre soleil!

Cinq ans, se fut le temps durant lequel la Lumière du Sanctuaire s'éteignit. Il faut avouer qu'au départ, cela causa beaucoup de remous dans l'acropole. Seulement le temps apaise toutes les craintes, et au bout d'une année certains en vinrent même à oublier les treize élues. Pourtant elles y pensaient chaque jour. Les treize Avatars paraissaient toujours aussi parfaites en publique, mais en privé, elles n'étaient que des mères inquiètes. Toute la civilisation humaine ne serait pas suffisante pour détruire le lien d'une mère et son enfant, non, parce que ce lien était un des rare chose réellement divine dans ce monde : L'amour. Lux Noctis rajoutait ses larmes à celle de ses fidèles, et combien de fois offrit elle ses prières à la Lune? Combien de fois la vie t-on se promener près de la Porte? Combien de fois la vit-on contempler un lac, tentant inutilement d'y noyer son inquiétude? Heureusement, le destin n'est pas un enfant, lui, et c'est au début de l'automne, cinq ans plus tard, que le Sanctuaire retrouva sa lumière. La première personne à la voir fut un pécheur qui, tant la surprise fut grande, chavira! Le pauvre rejoignit la rive à la nage, et se mit à crier à tue -tête le retour des Dieux. Se fut exactement comme l'éveil d'une fourmilière. D'abord on ne vit que quelques personnes s'agiter dans la rue, et bientôt ce fut toute l'acropole qui semblait hurler et crier d'allégresse. Le tumulte arriva aux oreilles des Avatars, et treize femmes apparurent devant la porte. Elles portaient toute des robes qui trainaient abondamment sur le sol, l'une en blanc, l'autre en jaune, l'une en noir. Toute représentait leur déesse respective, et se fut une femme vêtue de gris qui s'avança vers la porte, puis la toucha. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les deux battants s'ouvrirent tout de suite, sans grincements, sans bruits. L'assistance était totalement silencieuse, et les treize femmes entrèrent une à une dans l'antre ténébreuse.

Le sommet du Sanctuaire s'illuminait peu à peu, chaque étage brillant de sa propre couleur. Le premier devint marron, comme la Terre, le second fut vert, puisque les arbres ne peuvent se passer du sol. Cela continua, entrainant à chaque éveil d'une couleur l'ovation de la foule. Le 10e étage s'illumina en jaune, l'emblème du feu. Il ne restait désormais que trois étage, et le blanc n'était toujours pas sorti. La foule cria une nouvelle fois, alors que le troisième étage propagea une lueur noire, effrayante, mais majestueuse. Il ne restait plus que Lux Aeterna, et Aequa Libra, La Lumière éternelle et l'Equilibre. Même si les gens ne parlaient pas, on pouvait les voir bouger dans tous les sens, comme si la tension était telle qu'ils ne pouvaient la contenir. Un Bang retenti, et se fut sans grand étonnement que le douzième étage s'illumina d'une lumière blanche, étincelante, parfaite. Après tout, le monde avait besoin d'équilibre, et c'est pourquoi ce dernier ne pouvait être qu'au sommet, puisqu'il était la clef de voute de toute ces puissances. Toutes les couleurs se mélangèrent, et jaillir du sommet en un anneau gris, aux contours blancs et noirs. Ce mécanisme était une véritable merveille technologique, et jusqu'à maintenant personne n'en avait compris les principes, et tout le monde s'en fichait d'ailleurs. Le plus important était que le Gama Sanctus était de nouveau présent, et que le Phare divin répandait à nouveau sa lumière sur le monde. Je parle ainsi, car je me met à la place d'un habitant de l'île, mais il est clair que pour les autres cela n'étaient qu'un festival, certes de pure beauté, mais totalement inutile. Toutefois pour ces gens cela avaient une importance, après tout l'Espoir et la Foi étaient les piliers de cette île.
Une fois les festivités terminées, Lux put enfin retrouver sa mère. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, elle n'était pas ressortie de l'Ascension comme une jeune femme famélique et malfamée, non, elle en était sortie avec classe et élégance. On pouvait même discerner des formes féminines sur son corps presque adolescent. Elles avaient surement plein de choses à se dire, mais leurs retrouvailles se fêta par un câlin sublime, où les deux femmes pleuraient leur joie. Tout ce temps elles furent comme deux amants séparés par une vitre opaque. Chacune savait où était l'autre, elles étaient conscientes de leur proximité, et pourtant, ne pouvaient communiquer. C'est exactement cette situation qu'avaient enduré Lux et sa mère, et c'est pourquoi elles ne prirent pas la peine de satisfaire le peuple, et s'enfermèrent pour fêter leurs retrouvailles comme ne pouvaient le faire qu'une mère et sa fille, en (Jouant à la ps3*o*) se racontant le passé.

La vie reprit alors son cours normal pour les Avatars et leurs élues. Les jeunes femmes n'avaient plus désormais qu'à apprendre auprès des anciens pour pouvoir sortir, le mouvement venu, de leur cocon. Je ne m'attarderai pas sur cette année de bonheur, car il n'y a rien à raconter. Hormis quelques cérémonies dont elle s'est occupée, Lux n'a pas vraiment suer durant son "année sabbatique". M'enfin, le début de sa vie n'avait pas été de tout repos alors pourquoi s'embêter maintenant qu'elle pouvait se là couler douce? La princesse profita pleinement de son règne. Entre tout ses admirateurs qui lui offraient monts et merveilles, et ses serviteurs qui réagissaient à ses ordres les plus incongrus, elle comprenait enfin le sens du mot Luxure. Les Avatars et leur progéniture vivaient comme des Dieux à Goddes Island. En échange d'assumer la direction du pays, ils étaient traités avec autant d'égards que les Tenryûbitos. Personne ne se souciait que ces derniers puissent être jaloux, car il n'y avait que très peu de chance pour qu'un des Dragons célestes se déplacent dans les Blues.
Pourtant... c'est bien un des Nobles au sang pur qui vînt ce jour là. Son arrivée fût annoncée à renforts de journaux et de palabres, néanmoins rien n'aurait put préparer Lux aeterna à cela. En plus le considérer comme son supérieur, elle devrait le laisser agir à sa guise en sa présence? Oui, car il lui manquait quelque chose de crucial : La puissance. On peut dire que la visite d'un Dragon lui aura au moins appris l'importance des Vertus, et surtout de la Force. Le Tenryûbito posa ses pieds divins sur le village, portant sans cesse un mouchoir devant son nez, comme s'il respirait un air souillé! Quelle prétention... m'enfin, personne ne sembla rien dire. Étrangement, tout le monde se prosternait en sa présence, Lucrèce eut même l'occasion de voir certains Avatars s'agenouiller, face contre terre devant un simple Humain! Qu'elle était cette mascarade? Les représentants des Dieux s'abaisseraient à cela? Toutefois elle n'eut pas vraiment l'occasion de manifester son mécontentement, car alors même que le Dragon arriva près d'elle, sa mère lui demanda, la voix embuée par la peur, de s'agenouiller. Comment refuser quelque chose demander avec tant de crainte? C'est ainsi que la Lumière éternelle se soumit au Dragon Céleste, et que le l'ombre se mit à planer sur l'île des Dieux.

Personne n'aurait put prédire une telle tragédie, qui était presque inédite sur cette île, mais cela arriva. Le Noble résidait dans le Gamae Sanctus, posant ainsi les pieds sur le plus grand tabou de l'Acropole. Si ce lieu s'appelait le Sanctuaire des Femmes, ce n'était pas pour rien! L'horrible n'était toutefois pas là. Alors que seule la lumière du sanctuaire planait sur la Montagne de nacre, des bruits de pas retentirent dans les couloirs. Ils étaient clairement audibles, comme si leur auteur n'avait aucune envie d'être discret. Ces pulsations se rapprochaient de plus en plus de la Chambre de Siddha-râtri, et bientôt, la porte s'ouvrit avec fracas, réveillant au passage les deux Lumières. Lucilla dormait avec sa mère, et à son réveil, elle vit une silhouette masculine dans les ténèbres. Les yeux bleux de l'homme étaient remplis de fantasmes, et il n'y avait aucun doute sur l'intention de l'inconnu. Enfin... inconnu, il s'agissait tout de même du Dragon céleste. Le premier réflexe de Lux Noctis fut de balancer sa couverture sur l'inconnu afin de planquer sa fille sous son lit. Démarche sans doute désespérée, mais qui sauva tout de même la pureté de l'adolescente. Le tenryûbito ne fît preuve d'aucune délicatesse, et attrapant la femme au cou il la balança sur le lit. Son ventre gras se posa sur elle, et l'étouffa de tout son poids. Lux entendait parfaitement les halètements de sa mère, ses suppliques ; elle sentait qu'un poids supplémentaire était sur le lit, et elle se retînt de crier quand les "rebonds" du matelas lui martelèrent le crâne. Cependant, la réelle douleur restait dans son cœur, et elle dut bien se mordre la main pour que ses pleurs restent inaudibles. Son univers était profané, ses certitudes étaient profanées, sa mère était profanée, et tout ça à cause des désirs désuets d'un soit disant "Dragon". En ce moment, une haine profonde se logeait peu à peu en elle, une haine qui lancera plus tard dans une campagne contre ces Dragons. Cependant la scène prit rapidement une autre tournure, car les simples halètements se transformèrent en cris, auxquels se mêlèrent les rugissements du Noble. Il semblait y avoir de l'agitation, des bruits de corps qui s'entrechoquent, et un fusil tomba brutalement sur le sol. L'adolescente se doutait bien de ce qui se tramait plus haut, elle se doutait que sa mère avait préféré la dignité à l'esclavage, seulement les cris de l'Avatar se faisaient de moins en moins puissants, comme si on... l'étranglait! La réaction de l'enfant fut immédiate, sa main attrapa le fusil et elle jaillit hors du lit. Deux torrents coulaient de ses yeux, l'arme qu'elle tenait était pointée vers l'Intouchable, ce dernier grimaçait, Lux ferma les yeux, puis un bruit, du sang, plus rien... Le silence retrouva son emprise sur ce monde. Un Dragon céleste gisait sur la couche d'un Avatar, alors qu'une adolescente lâchait son arme, à genoux, sa tête enfouie entre ses mains. Elle venait de tuer un homme. Lux Aeterna se mit à frotter ses mains contre le sol, comme si elles étaient souillées d'un sang indélébile. Elle les frottaient terriblement fort, si bien que c'est son propre sang qui finit par les souiller. La folie rodait autour d'elle, quand soudain des mains blanches et pures stoppèrent les siennes, et qu'un baiser maternel caressa son front. Une fois de plus, Lux Noctis sauva sa fille des ténèbres, et en l'enlaçant de son corps chaud elle lui ôta sa peine
.


C'est fini mon ange...Vis! Je te l'ordonne!
L'amour c'était bien beau, mais cela ne faisait pas revenir les morts, et les faits étaient là : Lux Aeterna avait tuer un Dragon céleste. La sentence pour un crime pareil était sans appel, et dès que le cadavre sera découvert l'adolescente n'aura plus d'avenir. Ce fut là que le génie des femmes se révéla. Le matin venu, la nouvelle se répandit comme une trainée de poudre : Un avatar avait tuer un Dragon céleste, les Dieux l'avaient puni! Bien sûr, cela n'était que la version officieuse, le discours officiel étant qu'une femme avait lâchement agressé un Noble, et lui avait ôter la vie. Lux Noctis se vit parer des attributs les plus sombres, les plus veules, mais la vérité ronflait bruyamment dans les rues de la ville. Évidemment, l'Avatar fut ôté à son île natale, mais avec quelle dignité! Il n'y eut ni chaines ni colliers pour la conduire au navire, elle marchait doucement, acceptant fièrement son destin. Aucune larme ne glissait sur ses joues, car elle avait laissé au monde un héritage éternelle : Lucrèce.

L'enfant s'était enfuie durant la nuit, embarquant sur un bateau... pirate!? Et oui, cette île n'avait aucune raison d'échapper à la vague de piraterie que causa la chute de Roger, et certains pirates ne restaient pas insensible à la religion de Goddes Island. Ceux qui avaient emmené notre adolescente étaient une petite troupe d'une dizaine de personnes. Leur capitaine se nommait
Yoko Kurama, La Rose furtive. C'était un beau jeune homme, roux, avec un teint blanc tanné par le soleil. Sa corpulence était celle d'un danseur, car il alliait force et finesse, et ses cheveux fin, luxurieux draps de satin, caressaient son dos. Il avait l'habitude de se promener buste nu, ce qui ne manquait pas de faire rougir la petite Princesse. En la voyant, dégoulinant de larmes, courir seule dans la nuit, ils n'avaient pu s’empêcher de l'aider, et, c'est ainsi qu'elle se retrouva sur ce bateau. Ce fût une toute nouvelle vie pour elle, et bien qu'au départ elle eut énormément de mal à oublier sa mère, le temps fût un baume dès plus efficace. Au début de l'aventure, l'équipage la traita comme une véritable princesse, mais cela ne dura évidemment pas. Plus ils passèrent du temps ensemble, et plus la jeune femme s'intégra dans le "groupe". Il lui fallut trois mois pour participé à une de leur "excursion", et ce fut pour elle un réel délice :

Ils étaient tous là, fixant le point blanchâtre dans l'horizon. L'Indécis (le nom de leur navire) suivait le rythme des vagues, et le silence régnait parmi l'équipage. Pour une fois, Lucrèce était parmi eux, et d'ailleurs personne ne l'appelait Lux, mais bien Lucrèce. Elle avait imposée ce surnom afin que son passé reste... passé! La vigie se mit alors à hurler, et tous comprirent qu'il s'agit bien d'un bateau marin. C'était là le premier bâtiment ennemi qu'ils croisaient sur East Blue, et veuillez bien croire qu'ils étaient fous de joie. La mer de l'Est n'était pas une Blues comme les autres, non, c'était la route vers Loguetown, et la sulfureuse Grand Line! Comparé aux embarcations marines, celle de cet équipage était assez minable. Cependant elle n'en restait pas moins solide, et extrêmement maniable, et puis pour ce combat, la vitesse serait capitale. Chaque soldat attrapa une des planches qui gisaient sur le pont, et y planta une voile. Bientôt, 10 planches à voiles volaient vers le fier bâtiment marine, et d'ailleurs l'équipage de ce dernier ne devait pas comprendre ce qui lui arrivait. Cet abordage très original était la marque des Kami-Hana (Pétales de Dieu). Tel était le nom de cet équipage, un regroupement de voleurs qui s'était fait pirates. Ils arrivèrent rapidement aux abords des marines, et on put voir chacun d'entre eux sortir une sorte de Fusil à harpon, et tirer sur le navire. Les harpons se fixèrent, et en moins de deux les 9 vaillants hommes, plus Lucrèce, furent prêts à combattre! Bien sûr, l'adolescente ne fit pas des merveilles durant cette bataille. Elle parvint tout au plus à rester en vie, mais tout le mérite revenait à ses partenaires émérites. Yoko semblait presque voler tant il était habile, et entre cordages et têtes ennemis, il ne posa que peu ses pieds sur le pont. Son style était élégant et direct, et armé de roses aux tiges métalliques il faisait des ravages. Ses cheveux virevoltaient comme de magnifiques lianes débridées, et combien de fois Lucrèce resta-t-elle bouche bée devant tant de grâce. Il est vrai qu'elle le trouvait canon, mais cette chaleur qui naissait en elle était beaucoup plus qu'une simple envie. Pendant deux mois, elle avait put le contempler nuit et jour, mais jamais elle ne s'était senti aussi...chose! Évidemment, la bataille se termina en faveur des Kami-Hana, et l'adolescente put même utiliser les quelques rudiments du combats qu'elle avait appris à bord de l'Indécis. Ce qui lui valut un clin d'œil de Yoko quant elle esquiva une estoque et balança un tonneau sur le marine! Toutefois le meilleure dans cette excursion ne fut pas le combat en lui même, mais plutôt l'ambiance générale, l'impression de liberté et de toute puissance que donnait ces actes pirates. La liberté... une fois qu'on y a gouté on ne s'en passe plus, c'est comme une drogue!

Bien sûr, cela ne fut que le premier d'une longue série d'abordage! Lucrèce apprit à ce battre sur le tas, et c'est pourquoi son style, bien qu'efficace, n'était pas particulièrement élégant, ni même recherché. De toute façon elle aura le temps de s'améliorer, car pour l'instant... elle profitait! Les Kami-Hana passèrent beaucoup du temps sur East Blue, et particulièrement à Loguetown où ils bavèrent presque devant le grand échafaud. En parlant de Loguetown, il y a une petite anecdote qui eut lieu à cet endroit, enfin pour tout vous dire... c'est là que Lucrèce perdit sa "pureté". L'Indécis avait jeté l'ancre dans une crique ténébreuse, et l'équipage virevoltait dans la ville mythique. Pour le lieux où est mort le Seigneur des Pirates, tout incitait à la piraterie! Il y avait dans l'atmosphère comme une odeur de liberté qui excitait le courage. On pouvait voir des bars de "joyeux lurons" où le rhum coulait sans honte, des marchands d'armes qui ne cessaient de brayer les "particularités" de leurs marchandises. C'était un gigantesque port, sauf qu'au lieu de trouver l'ordre et la hiérarchie de la Marine, on y trouvait l'anarchie et le chaos des pirates! La marine était bien présente dans cette fourmilière, mais les pirates de passage n'avaient que des primes de débutants, et pouvaient ainsi passer inaperçus. De par leurs aventures, certains membres du Kami-Hana avaient acquis des primes assez attrayantes. Leur capitaine, Yoko Kurama, La Rose Furtive était primé à 22 millions de berrys. Son second, Costal Black, l'Acrobate, était primé à 18millions de berrys. Ces primes étaient certes alléchantes, mais pas exceptionnelles au point qu'ils deviennent des stars! Mais! Je m'écarte du sujet! L'équipage avait loué une petite maison pour passer la nuit, et alors que tout le monde ronflait à tue tête, un couple manquait à l'appel. Sur le toit, deux corps étaient enlacés, et sous l'éclairage léger et complice de la lune ils partageaient leur vie. La respiration rapide et rauque de Yoko accompagnaient les soupirs, et les petits cris de Lux Aeterna, de Lucrèce, d'une jeune adolescente de Seize ans qui vivait sans doute un des meilleurs instants de sa vie. Pendant cet instant, il n'était pas pirate, il n'y avait ni Capitaine ni Nakama, il y avait seulement deux étoiles qui brillaient dans la nuit.
Néanmoins toute bonne chose a une fin, et c'est précisément après cette nuit qu'ils se rendirent à Reverse Mountain. Avec un bateaux aussi petit et maniable que le leur, se fut relativement aisé d'accéder à Grand Line. Cela n'empêcha pas à Lucrèce de crier comme une folle pendant l'ascension de Reverse Mountain, il faut bien se faire ses souvenirs non?! La jeune femme avait passé le courant ascendant sur le mat du navire, au poste de vigie. Heureusement pour elle, Costel avait pensé à attacher tout le monde au bateau par une corde, car sinon elle serait surement sur Grand Line, mais dans quel état... Néanmoins tout le monde arriva bien sur Grand Line, avec un Loguepose qu'ils avaient...euh..."emprunté" à la marine. A la sortie de Reverse Mountain, ils tombèrent sur une mer calme et accueillante, si bien que tout l'équipage resta bouche bée (et quand je dis bouche bé, c'est avec la lèvre qui pend et tout!) devant un tel contraste. Avec tout ce qu'on raconte sur cette mer, ils s'attendaient à quelque chose de plus... agité! Et non, ils se retrouvaient sur une mer toute aussi calme qu'une Blues, mais le principal restait inchangé : Ils étaient sur Grand Line, et la Liberté leur offrait sa voix la plus royale!


Mais par pitié, 'oublie jamais.
Ce qui est intéressant avec Grand Line, c'est que c'est extrêmement enrichissant. C'est une sorte de test, d'où l'on sort grandi, ou meurtri (si jamais on en sort...). Nos compagnons le comprirent bien assez tôt, car ils n'eurent même pas le temps de poser le pied sur une île de Grand Line. Tout juste eurent-ils le temps de festoyer leur arrivée dans ce funeste océan, qu'ils tombèrent nez à nez avec un Colonel. Sur les Blues, ils avaient déjà affronter quelques marines, mais le niveau était, tout au plus, celui d'un Lieutenant. Pouvaient-ils réellement comprendre la puissance d'un Colonel? Non... et cela fut leur erreur. C'est ainsi que les 10 Kami-hanas sortirent leurs planches à voile, et se lancèrent de nouveaux à l'assaut d'un navire. C'était assez pathétique de les voire courir vivement vers leur perte... mais rien n'y changera. Deux des pirates furent coulés par les canons du bâtiments, les huit autres eurent la malchance de réussir l'abordage. Cela aurait été un parfait carnage, si cet homme n'avait pas été à bord...

"Arrêtez!"

Certains marines trébuchèrent, tant l'ordre fut brutal, car après tout, c'est le Colonel qui ordonna d'arrêter l'attaque. Ces yeux étaient larmoyants, et il se jeta presque aux pieds de Lucrèce. Vous vous doutez sans doute de l'incongruité de la scène? Des pirates viennent attaquer un navire... et ils sont accueillis comme des sauveurs... En tout cas, tous les marines ne purent empêcher leurs lèvres de toucher le sol dans un magnifique "BAHAH???". Cependant, pour un être omniscient (moi quoi ^^), cela était tout à fait normal. Quelques années plutôt, un dragon céleste avait tenté de violer une des déesse de Goddes Island, sans succès. Cet être n'était pas venu seul, et dans son escorte apparaissait un Colonel, et ses troupes. Et oui, c'est bien le même homme qui se tenait en face de notre héroïne, et qui venait d'être rattrapé par ses remords. Pour la jeune femme, c'était une véritable leçon, car elle voyait les marins sous un nouveau visage. Elle qui les prenait pour des imbéciles finis, pour des ânes sans cœur, elle venait d'avoir la démonstration de leur "humanité". Bien-sûr, il y eut des explications, autour d'une table en bois, et de saké. Lucrèce ne put s’empêcher de verser quelques larmes en apprenant l'histoire, car cela remuait de douloureux souvenirs, cependant, ils étaient tous face à un dilemme.

Tout colonel qu'il fut, il était très difficile pour un marine de capturer des pirates primés, et de les laisser partir sous les yeux de tout son équipage. Surtout quand l'un des membres de cet équipage était la fille de l'assassin d'un Dragon Céleste... Il n'avait pas le choix, soit les Kami-Hana rejoignaient la marine, soit ils étaient arrêtés, mais était-ce réellement si gênant? Lucrèce avait rejoint la piraterie par pure hasard, si on omet le fait qu'elle assimilait tout marine aux Dragons Célestes. Toutefois, le temps lui a enseigné la tolérance, mais également l'intelligence. Notre héroïne a appris à distinguer la Marine, du Gouvernement. D'ailleurs, maintes fois elle a du se frotter à des pirates sans une once d'honneur... mais hélas, elle avait gouté à la Liberté, à la joie des mers. Se sentait-elle prête pour renoncer ainsi à cette sensation exquise? Non... c'était impossible, et Yoko le savait bien, c'est pourquoi il se...sacrifia!
Par chance, Lucrèce n'avait aucune prime sur sa tête, ce qui était fort étrange pour un détenteur de fruit du démon d'ailleurs... Bon gré, mal gré, l'accord fut signé. Tous les Kami-hana qui possédaient une prime durent signer un contrat avec la Marine, pour devenir Corsaires, et le reste put tout simplement... partir.
Sur le coup, une pareille nouvelle enchanta les trois membres non primés, mais l'évidence vint casser leur joie, comme un boomerang, elle les attaqua en traitre. Ils seraient séparés! Lucrèce resta prostrée lorsqu'on lui annonça la nouvelle, mais ce n'était pas à cause de la tristesse qui devrait la ronger, mais plutôt à cause du plan qu'elle fomentait. C'est ainsi que deux, et non trois personnes partirent du navire de Colonel. La jeune femme n'était pas là pour leur dire au revoir, car elle trop occupé à revêtir son nouvel uniforme... de marine.

Oui, c'est la fin de l'histoire. Lucrèce avait choisi de devenir Marine pour pouvoir fréquenter plus aisément Yoko Kurama, mais aussi, parce qu'elle renouait, d'une certaine façon, avec les règles de son enfance (marine= protecteur). Elle avait 20ans lorsqu'elle rejoignit la marine, et un cinq plus tard, elle avait déjà un grade assez honorable. Son fruit, acquis lors des épopées de Kami Hana, s'était développé. Son ancienne vie lui inspirait un peu de nostalgie, mais elle commençait de plus en plus à entrer dans l'esprit de la Marine, hélas. La déesse avait enfin fait ses crocs.


[The end]






Dernière édition par Lucrèce le Mar 1 Mai - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Lux Aeterna   Lun 30 Avr - 18:35

Finie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Lux Aeterna   Mar 1 Mai - 0:31

    ○ Qualité : 5,5/6
    Description physique 1,5/1,5
    Description morale 1,5/1,5
    Histoire 2,5/3

    J'aime beaucoup ton style d'écriture ! Les descriptions ainsi que l'histoire sont complètes !

    ○ Quantité : 5/6
    Description physique 1,5/1,5
    Description morale 1,5/1,5
    Histoire 2/3

    Une quantité parfaite même si les chapitres sont un peu courts, dommage ^^ c'est super tout de même !

    ○ Ensemble : 6,5/8
    Français 2,5/3 Un français varié ainsi que des mots correctement utilisés, attentions aux fautes d’inattention même si il y en a peu^^
    Mise en page 1,5/2 Celle du fow' mais avec une touche de... renard :O
    Avis personnel 1/1 Bonne histoire, bonne description, dans le fond c'est super
    Originalité 2/2 C'est du vue et du revue la naissance le fruit du démon l'île tout ça mais ça reste très bien5 répartit vers la fin =)

    >> Total 17,/20 = Validé Level.18 ! Bienvenue chez la Marine Wink Ton fruit étant classé level 19 il ne te suffit que d'un niveau pour l'avoir ! Very Happy Oui j'avais fait une faute au niveau de la note, go défoncer Ayaki qui m'a déconcentrer è_é

    Bonne continuation sur One Piece Renaissance !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Lux Aeterna   Mar 1 Mai - 1:14

Voila, j'ai modifié la fin de mon histoire (je l'ai allongée un peu) et j'ai corrigé les fautes que j'ai trouvé.
Si ce n'est toujours pas suffisant ben je me contenterai d'une réservation, même si j'aimerais bien un simple bâton d'acier afin de me défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Mitsukane

avatar


Messages : 541
Date d'inscription : 20/07/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
28/50  (28/50)
♦ Expérience :
135/280  (135/280)

MessageSujet: Re: Lux Aeterna   Mar 1 Mai - 4:05

Pas de soucis pour le bâton d'acier, au moins je pourrais te foudroyer facilement XD Non sérieusement y'a aucune raison de refuser ça ^^

Bref je laisse Zack revoir ta préz puisqu'il l'a déjà lu, et sinon une fois validé je te conseil de rejoindre l'équipage marine qui vient d'être créé. C'est le seul et ils ont besoin de membres alors bon, ça serait cool aussi bien pour eux que pour nous (vos ennemis ^^)

Bien entendu ce n'est pas une obligation tu es libre de faire comme bon te semble Wink

_________________ ~♫
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Lux Aeterna   Mar 1 Mai - 11:17

    ○ Qualité : 6/6
    Description physique 1,5/1,5
    Description morale 1,5/1,5
    Histoire 3/3

    Ah voilà ! Parfait niveau histoire dès à présent Wink

    ○ Quantité : 5,5/6
    Description physique 1,5/1,5
    Description morale 1,5/1,5
    Histoire 2,5/3

    Rien à redire sur les Chapitres du coup' :p

    ○ Ensemble : 6,5/8
    Français 3/3
    Mise en page 1,5/2
    Avis personnel 1/1
    Originalité 2/2
    La même rengaine pour le reste même si le français à été très améliorer, la fin de ton histoire est typique, l'histoire d'aller vivre, rejoindre la Marine, mais j'ai aimer ! Very Happy ^^'

    >> Total 19/20 = /VLAM/ Bien joué, tu as le niveau 19... Arf elle a réussit à me duper T_T Le Inu Inu No Mi est à toi, je dois me rendre compte de ma faiblesse les femmes au pouvoir u_u

    Bonne continuation sur One Piece Renaissance !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lux Aeterna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lux Aeterna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contexte de Nox Aeterna
» I/ LUX AETERNA - L'histoire de l'univers
» Maze Ellis - MAGNET
» Kim Woon Soo ♦ Lux Aeterna
» I/ LUX AETERNA - Lexique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Avant RP ¤¤ :: ¤ Votre Personnage ¤ :: Presentation :: Présentation abandonnée-