Partagez | 
 

 Ils nous connaîtront tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Ils nous connaîtront tous.    Ven 27 Avr - 19:38




«  Ne laissons pas la flamme des Phoenix s’éteindre… »



Une bouteille de plus, de moins, cela change quoi après tout ? Il fait chaud, il faut s’hydrater…
Le verre se brisa, coupant le malheureux silence dans lequel Hanami vivait. Le Blinkekat gardait sa splendeur de ses débuts, encore entretenu, mais on sentait bien qu’une atmosphère lugubre y régnait. Adossée contre la figure de proue, la jeune femme buvait à en perdre la raison. C’était du moins ce qu’elle cherchait, mais sa résistance de phénix lui permettait de tenir l’alcool avec une facilité presque râlante. Elle ne pouvait pas laisser son esprit s’évader, oublier qu’elle souffrait. Le soir, elle pensait à cette guerre qui lui avait fait tant perdre. Le sang giclant, les hurlements d’innocents des deux camps... Une misère qu’elle aurait pu facilement oublier s’il ne manquait pas quelqu’un au compte lors de son retour au navire. Mugen. Elle n’avait plus de nouvelle de lui. Rien qui laissait croire qu’il était emprisonné, rien disant qu’il était mort, rien disant qu’il était en vie. Le fait d’avoir perdu ce camarade aussi important dans son existence la rendait autant instable que sanguinaire. Une haine envers la Marine, les chasseurs de prime, et toutes les personnes n’étant pas de son coté, s’était développée en une vitesse incroyable. Vivant dans l’espoir que son second revienne un jour, elle envisageait de devenir une criminelle reconnue, son envie de vengeance abatant ses anciens principes.
Combien de temps s’était écoulé, des semaines, des mois ? Même ses traits semblaient avoir durcis. Son visage d’enfant avait laissé place à celui d’une femme dans la fleur de l’âge, les prunelles néanmoins pleines d’espoir.

Mais il fallait pas oublier qu’elle n’était pas seule. Il restait une personne avec elle, Momoji. Sans lui, cela ferrait bien longtemps que la blonde se serait jetée dans l’eau. Sa présence l’empêchait de trop se laisser aller. Elle voulait garder l’image d’une capitaine forte, peut-être même légèrement insensible. Consciente que le tueur n’était pas naïf au point de se porter à croire qu’elle était plus heureuse, elle aimait se persuader du contraire pour se relever. Momoji était un dur, et cela serait honteux pour lui de se faire diriger par une incapable dépressive. Cette idée la fit sourire. Elle entrouvrit la possibilité de ne pas finir sa bouteille de vodka, avant de la lâcher dans l’eau. La jeunette regretta son geste juste après avoir entendu le râle de la mer avalant sa boisson. Après un gémissement agacé, la femme se leva maladroitement , les membres ankilosés à cause d'un manque d'entraînement ces derniers temps.

D’un pas lourd, elle se dirigea vers le pont pour chercher l’autre bourrin. Une éclat de folie venait de se glisser dans son regard, prouvant qu’elle avait une idée derrière la tête. Ils ne pouvaient pas rester les bras croisés, ils était temps qu’ils se bougent.. S’il y avait une chance de retrouver Mugen, ou du moins de se venger de tout cela, Hanami la saisissait. Elle voulait qu’ils payent, qu’ils saignent, pour cette séparation lui tailladant sa fierté et son âme. Qu’importe où le navigateur se trouvait, sous terre ou emprisonné, ils ne pouvaient pas s’en tirer ainsi. Hanami voulait au moins mourir en tentant de réhabiliter son honneur de capitaine, et se battre son l’amitié, et prouver que chacun de ses nakamas valaient de l'or.

Ne trouvant pas Momoji dans la première pièce visitée, la blonde revint rapidement sur le pont, exténuée à l’idée de chercher son camarade. Après avoir prit assez de berrys pour survivre durant un moment et ses armes, elle cria le plus fort possible en espérant que son compagnon l’entende :

    « - Momo ! On va éclater le Gouvernement ! Bouge-toi, j’veux les défoncer tous … »


Sa voix était pleine de rage, ne laissant aucune trace d’incertitude. Elle savait que son ami allait kiffer la future baston, car elle risquait de leur faire un nom, comme d'éteindre à jamais la flamme des Phoenix ...


_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Sam 28 Avr - 0:44





Me parle plus de paix elle c'est fait tué par l'orgueil!



Cela faisait un moment que Hanami et moi on était sur le bateau, rare était les fois où on avait posé pied à terre! Après la guerre sanglante Mugen était porté disparu et la capitaine semblait touché par cette perte. Personnellement j'en avais trop rien à foutre, je le connaissais à peine de tout façon. Bon ok il était assez fort et j'amusais bien quand je me battais avec mais à part ça, je ne lui avais pas porté de réel intérêt. Peut-être qu'il en valait la peine en faite, j'en sais rien! On verra s'il se montre un jour... Tous ça à cause d'une guerre! Tss et dire que j'y avais même pas participé à cause de cette sale maladie! Je sais pas pourquoi mais je me sentais vraiment pas bien, j'étais dans l'impossibilité de bouger, coulé au lit. Je comprenais pas du tout ce qui m'arrivait, c'était la première fois! J'y aurais été, croyez moi j'aurais foutu un sacré bordel! Fait chier! Si seulement j'avais pu! Depuis ce temps je m'étais mis en tête que mon corps n'était pas encore assez puissant.
Pendant tous ce temps je m'adonnais à plusieurs exercice sportif avec les moyens du bord. La natation était parfait elle faisait travailler beaucoup de muscles, j'avoue que j'avais passé pas mal de temps dans l'eau et puis elle était bonne en plus. Sinon j'allais là où se trouvait les canons, je prenais une caisse de boulets de canon que je m'amusais à soulever. Parfois je le mettais sur mon dos quand je faisais des pompes. Enfin tous ça c'était pour le physique, je m'étais dit qu'il fallait aussi qu'il fallait que j'apprenne de nouvelles techniques de combat. Le soir souvent j'étais sur le pont et je réfléchissais, le bateau n'était pas l'endroit idéale pour pratiquer alors j'étais limité. Mais j'essayais certain truc, des essais on va dire. J'avais bien des idées en tête mais je n'arrivais pas à les mettre en pratique pour le moment.
Enfin bref, j'étais tranquillement en train de dormir en bas. Faut bien que je me repose de temps en temps nan? Quand soudain j'entendis des bruits de pas, mais pas n'importe lesquels non. Cette façon de marcher, ce pas décider, déterminer, ouais je l'avais reconnu! Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas entendu et il était temps, j'avais faillit attendre! Quand la princesse marchait de cette façon c'est qu'elle allait bien, qu'elle avait une idée en tête. Cela faisait un moment qu'elle ne m'avait pas donné d'ordre, d'ailleurs elle m'avait presque ignoré tous ce temps. Mais je ne lui en voulais pas du tout, je comprenais ce qu'elle pouvait ressentir. J'avais ressenti la même quand Akuma perdit la vie, et puis elle était fragile, c'était une femme alors il lui fallait du temps.

Enfin bref, je venais de comprendre le temps était venu de revenir sur le devant de scène. Son chagrin n'était certainement pas parti mais elle était enfin parvenu à prendre le dessus. D'une certaine façon elle était de retour, elle faisait son come-back et ça allait surement chauffer! Je m'était levé et j'étais déjà en train de me préparer, je l'entendais marché dans le navire en train de me chercher et comme je n'avais pour habitude de dormir elle n'avait pas pensé à venir là où j'étais. Tant mieux, au moins elle n'allait pas avoir à m'attendre.


« - Momo ! On va éclater le Gouvernement ! Bouge-toi, j’veux les défoncer tous … »

A peine avait-elle fini sa phrase que je me trouvais déjà dans l'escalier pour la rejoindre et juste quelques petites secondes après je pointais le bout de mon nez. Elle était encore à quelques mètre de moi et je m'étais arrêté. Mon visage n'avait pas vraiment d'expression mais au moment où je vis le siens, un immense sourire s'était dessiné sur mon visage. J'en étais certain, la princesse avait repris du poil de la bête et ça me faisait plus que plaisir. Sans perdre plus de temps je m'étais avancé face à elle, j'avais vraiment qu'elle se porte bien, je sais pas pourquoi c'était rare pour moi de se préoccuper des autres. Mais ce petit bout de femme avait un petit quelque chose qui faisait que je ne voulais pas la voir triste, non je voulais qu'elle rie aux éclats tout le temps!
Sans même lui demander son avis je l'avais saisis par les hanches pour la poser son mon épaule. Elle était petite et moi très grand et ma carrure faisait qu'elle avait la place pour s'assoir. J'avais passer mon bras sur ses petites jambes comme pour servir en guise de ceinture, je ne voulais pas qu'elle tombe et se fasse mal! Puis ensuite je m'étais dirigé à l'avant du bateau.


-Content que t'ailles mieux princesse! J'ai faillait perdre patience. Bon alors voilà ce que je te propose, on va sur le première île qu'on aperçoit. Je connais pas trop les blues mais si on à de la chance on trouvera des chiens du gouvernement, et si vraiment on est chanceux on peut tomber sur un de leurs QG! Et tiens! Si on allait sur celle là-bas! Y'a de gros bâtiment ça peut vouloir dire des trucs importants nan?

J'étais vraiment enthousiaste à l'idée de me défouler, ça faisait bien trop longtemps et j'espérais ne pas avoir rouiller entre temps! Tss comme si j'allais faiblir, je ne fais que progresser jamais régresser, je suis pas un faible moi je suis costaud!! Enfin bref, je vous ai dit plus tôt que la capitaine n'avait pas été bavarde depuis tout ce temps. Et bien pour dire vrai je ne connaissais pas grand chose sur elle, sur sa vie, ses envies, presque rien pour ainsi dire. J'étais seulement capable de comprendre ses émotions à force de la voir, je pouvais lire dans son visage son émotion du moment. En faite, j'avais envie d'en apprendre un peu plus sur elle...

-Hoy princesse, c'est quoi ton rêves? Ce que tu désirerais le plus au monde?






_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Sam 28 Avr - 13:22




« Lorsque la colère efface la bonté »


Sans même avoir le temps de réagir, Hanami se retrouva sur les épaules de son compagnon, pouvant contempler l’horizon avec une grande facilité. Il marcha en lui tenant les jambes, et bizarrement, la jeunette se sentit bien. Elle avait l’impression, l’espace de quelques secondes, d’être une capitaine charismatique et respectée. Momoji avait cette légèreté qui lui permettait de sourire régulièrement. Il n’était pas affecté par la disparition de Mugen, et bien qu’intelligent, le bourrin laissait plus voir ses airs de mastodonte pugnace que sa perspicacité naturelle. C’était tout à fait ce qui convenait à la blonde : quelqu’un de trop complexe et trop prise de tête ne lui aurait pas permis d’avancer.

    « - Content que t'ailles mieux princesse ! J'ai failli perdre patience. Bon alors voilà ce que je te propose, on va sur la première île qu'on aperçoit. Je connais pas trop les blues mais si on à de la chance on trouvera des chiens du gouvernement, et si vraiment on est chanceux on peut tomber sur un de leurs QG ! Et tiens ! Si on allait sur celle là-bas ! Y'a de gros bâtiments ça peut vouloir dire des trucs importants nan ? »


Elle vit au loin une île, tellement grande qu’elle remarqua que s’en était pas une. Longue Town. La dernière ville avant Grandline. Au début, la jeune femme avait cru que c’était le dernier endroit qu’elle verrait des blues, mais depuis longtemps, elle avait stagné ici sans agir. Ils n’étaient plus que deux, et bien que puissants, ils seraient incapables de survivre sur la route de tous les périls ainsi. Ils pourraient partir lorsqu’ils seraient quatre ou cinq, grand minimum. Le duo faisait de son mieux pour entretenir le navire, mais aucun d’eux n’était charpentier. Sans Mugen, ils étaient dans l’incapacité de naviguer correctement, et Hanami refusait d’admettre qu’il fallait recruter une autre personne, n’acceptant pas un possible abandon de son second. Quant à un éventuel médecin, grâce au pouvoir à Hanami et la résistance de Momoji, ils devraient ne pas en avoir forcément besoin. Ce fut du moins ce qu’elle pensait avant que le tueur tombe malade juste avant la guerre, ce qui avait angoissé de plus belle la demoiselle.

    « - Hoy princesse, c'est quoi ton rêve? Ce que tu désirerais le plus au monde ? »


Face à ses paroles, Hanami afficha un visage plutôt surpris. Comment pouvait-elle n’avoir jamais parlé à l’homme de ces objectifs ? C’était bien la preuve qu’elle les avait perdus de vue depuis un long moment. Se remémorer ses rêves lui permit de faire un grand sourire plein de détermination. D’une voix douce mais débordante de rancune, elle souffla :

    « - J’serais la pire, la meilleure, la plus admirée, la plus crainte. Je soumettrai le Gouvernement, je les ferrai payer très cher. Je veux que le monde m’appartienne. »


La blonde ne souhaita pas mentionner qu’elle aimerait retrouver Mugen, pensant que c’était une évidence. Elle ne pouvait pas accepter une éventuel abandon ou pire, sa mort. La capitaine ne mentionna également pas son souhait d’avoir le chapeau de paille de l’ancien Seigneur des pirates, juste pour énerver la populace : c’était bien trop matériel. Quant au One Piece, c’était trop logique et trop banal pour être énoncé.

Après avoir dit cela, la jeune femme avait transformé ses bras en immenses ailes bleutées, soulevant Momoji avait une facilité presque incroyable. Prenant de l’altitude, le Blindekat devint rapidement qu’une tâche perdue dans l’azur. Ils s’élancèrent vers la ville, volant au dessus des grands bâtiments, tandis que certains habitants les regardaient, hébétés. Bientôt, la jeune femme vit un endroit différent des autres, contenant plus de marins que la moyenne. Affichant un sourire malicieux, elle atterrit sur le toit de l‘édifice. Ils dominaient la ville.

    « - J’veux que ça soit du grand spectacle, que ce passage reste ancré dans leur mémoire. Je compte sur toi pour te donner à fond, Momoji. Si t’es pas mort à la fin, j’aimerais bien que tu me dises tes rêves aussi.»


Elle avait dit ça en affichant un sourire plutôt cruel, sortant son violon et son archet tranchant, prête à faire un bain de sang.




_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Sam 28 Avr - 16:57





Ma puissance de feu, nombreux sont ceux qui la fuit!




« - J’serais la pire, la meilleure, la plus admirée, la plus crainte. Je soumettrai le Gouvernement, je les ferrai payer très cher. Je veux que le monde m’appartienne. »

-Que le monde t'appartienne hein? Ouais j'aime bien ça! Alors écoute moi bien, je ferais de toi la reine de se fucking monde. Je mettrais la terre à tes pieds et pour ceux qui tenterait de mettre des bâtons dans les roues ça sera simple, j'aurais juste à les exploser.


En vérité, le rêve d'Hanami n'était pas si différent du miens. Moi je voulais surtout foutre un bordel, être connu et craint pour comme elle avoir le monde à mes pieds et tout comme elle je voulais dégommer le gouvernement. Pourquoi? Et bien car c'est ce putain de gouvernement qui à fait de moi ce que je suis, si je suis aussi cruel et sans pitié c'est bien de leurs faute. Ils étaient complice du meurtre de mes parents, et ma jeunesse passé à survivre, à me battre et à tuer! Bandes d'enfoirés... Ma mère avait été violé devant moi... Par leurs faute! J'étais qu'un gosse, j'avais rien pu faire si ce n'est regardé l'horrible de scène... Moi aussi je leurs ferais payer très cher, c'était décidé.
Puis la princesse changea ses bras en ailes bleus, elle allait partir sans moi? Nan en faite à mon grand étonnement elle était en train de me porter! Moi!! Elle était tout petite et fragile et elle me portait moi! Un monstre de la nature! J'étais sous le choc, personne ne m'avait porté avant ça et le pire, c'est qu'elle ne semblait pas avoir de mal au contraire, c'était comme un jeu d'enfant pour elle... Vraiment elle était épatante et je ne regrettais pas de m'être engagé avec, notre aventure ne faisait que commencer mais je sentais déjà qu'on allait bien s'amuser. Nous étions bien haut dans le ciel, et assez rapidement nous étions arrivé au dessus de l'île qu'on avait aperçu au loin. Nous étions tellement haut que les gens ressemblaient à des fourmis qu'on pouvait si facilement écraser, rien que d'y penser j'avais la folle envie de tous les tuer, juste pour le fun! Mais bon la capitaine ne serait peut-être pas content que je m'attaque aux citoyens alors bon... Je verrais bien.
La princesse avait décidé de se poser sur le plus haut bâtiment de la ville et devinez quoi? Y'avait tout plein de petit marine autours et certainement à l'intérieur, un sourire s'était dessiné sur son visage et sur le miens également. J'imaginais déjà ce qu'elle voulait faire mais j'attendais les ordres...


« - J’veux que ça soit du grand spectacle, que ce passage reste ancré dans leur mémoire. Je compte sur toi pour te donner à fond, Momoji. Si t’es pas mort à la fin, j’aimerais bien que tu me dises tes rêves aussi.»

[b]-Tu veux du spectaculaire? Fait moi confiance ils seront pas prêt d'oublier ce spectacle! Moi mort? Tu rigoles ou quoi, je suis increvable! Fait attention à toi princesse, fait en sorte que t'es pieds ne touche plus le bâtiment, ça va secouer...


Je disais ça comme si j'étais certain de mon coup mais en faite, j'allais tenter un truc de dingue, je ne savais pas le résultat que ça allait donner mais j'avais trop envie de le faire! J'avais besoin de toutes mes forces et on avait le temps, personne n'était à notre poursuite, c'était juste à nous de lancer les hostilités. Du coup j'enlevais les poids que j'avais sur moi un à un et en les balançant assez loin pour ne pas les perdre dans le foutoir que j'allais provoquer, une fois fait j'avais pris en main ma massue et souffla un grand coup.
J'avais adressé un regard complice à ma capitaine, comme pour lui dire que le spectacle allait commencer. Je me concentrais quelques petites secondes, pointant ma massue vers le bas, mes muscles gonflèrent soudainement, j'étais enfin prêt!


-Shiver!

Je venais de frapper de toutes mes forces le toit du bâtiment et aussitôt d'immense fissure apparurent! Je pensais qu'il était plus résistant que ça mais bon, je suis un bourrin alors je pouvais pas m'en empêcher! Le bâtiment commençait à bouger et moi je devais rester en équilibre, j'allais tomber en même temps que lui à mes risques et périls! Je n'avais pas peur non bien au contraire, cette montée d'adrénaline me faisait presque bander! Je regardais les gens sortir avec affolement ce qui me faisait plaisir, le spectacle pouvait maintenant commencer. J'avais donné un autre coup de massue sur le toit car je trouvais que le bâtiment mettait du temps à s'effondrer, d'ailleurs juste après ce coup il tomba en ruine. De mon côté je saute de rocher en rocher pour ne pas me faire écraser, j'étais presque à terre quand je perdis l'équilibre et je fus recouvert de gravas. Heureusement j'étais fort et même si ça m'avait fait mal, je ne comptais pas le montrer, surtout pas devant la princesse! J'avais violemment dégagé les gravats sur moi, je me frotta la tête et cherchait Hanami du regard. Où était-elle passé?

-On ne bouge plus! C'est toi le responsable de ça?!

-Ba ouais que c'est moi?! Y'a un problème?

-Dans ce cas je vous arrête, posez votre arme monsieur.


Je venais de lâcher ma massue, ce marine était seul et il aurait mieux fait d'appeler ses camarades au lieu de jouer les héros. Quel con ce gars, il croyait que, sous prétexte qu'il pointait son fusil sur moi j'allais me laisser arrêter sans rien faire? Mais ils ont quoi dans la tête ces chiens du gouvernement?! En bref, je l'avais laissé s'approcher de moi, je le laissais prendre confiance... Une fois assez prêt de moi je l'avais saisit par la tête, ma main était tellement grande qu'elle enveloppait la totalité de sa tête. Je le serrais un peu pour lui faire mal, je voulais l'entendre hurler histoire qu'il sonne l'alerte. Je le trainais comme un vulgaire sac, toujours en le tenant par la tête. J'avais ramassé mon arme et l'avait même remise à mon dos avant de me retrouver dans la rue. J'étais à un carrefour, celui où le bâtiment faisait coin avant que je le réduise à rien. L'autre type était toujours en train crier, il me suppliait pour que je lâche prise et bien entendu je faisais le sourd... J'étais resté juste quelques minutes à ne pas bouger mais, cela avait suffit à me faire encercler. Bon je pouvais me les faire c'est vrai mais je bougeais pas, leurs nombres continuaient d'augmenter et moi j'attendais que la princesse arrive. Pour patienter je venais de briser le cou du marine que je tenais dans ma main, son crie me faisait mal aux oreilles et puis j'avais pleins d'ennemis devant moi. J'espérais juste que Hanami intervienne parce que j'étais pas dans une bonne situation.








_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Mar 1 Mai - 17:03




« L'injustice et l'incompréhension créent la cruauté »


« - Tu veux du spectaculaire? Fais-moi confiance ils seront pas prêts d'oublier ce spectacle ! Moi mort ? Tu rigoles ou quoi, je suis increvable ! Fais attention à toi princesse, fais en sorte que tes pieds ne touchent plus le bâtiment, ça va secouer... »

Oh yeah baby. Hanami acquiesça en le voyant balancer ses poids à des distances surhumaines. Ils se lancèrent un regard complice puis Momo’ pointa sa massue vers le bas, gonflant ses muscles et criant le nom de son attaque.
A la seconde où la massue cogna le sol, la blonde se servit de ses grandes ailes enflammées pour quitter le toit. Esquissant un immense sourire satisfait en voyant une fissure et l’immeuble trembler, la jeunette songea que la prochaine fois, elle rajouterait son grain de sel avec un Broken rainbow pour rajouter une touche féminine - et dramatique - à ce semblant d’apocalypse. Certains marins sortaient de manière professionnelle, se hâtant d’évacuer les lieux, tandis que les plus timorés gesticulaient les mains sur la tête. Cela fit rire Hanami, comme si leurs doigts frêles allaient les protéger des blocs de bétons s’abattant sur eux ! La jeune femme se surprit elle-même d’être aussi malsaine, prenant son envie de vengeance et l’atrocité de la guerre antérieure à ces évènements comme excuse.
Au second coup de massue du bourrin, l’immeuble se détruisit. Momoji fut emporté par les gravats et la poussière l’enleva de son camps de vision. La blonde grogna, prenant de l’altitude pour faire un puissant coup d’aile nettoyant le lieu grâce au vent qu’elle avait crée. La chaleur de celle-ci avait donné une atmosphère chaude et désagréable.
Ce fut les cris d’un soldat qui permit à la capitaine de localiser son ami, regagnant la terre paisiblement et marchant avec un air décontracté jusqu’à la foule, tandis que le cadavre du criard gisait au sol. Il y avait des marins tout autours du carrefour, encerclant Momoji avec un mélange d’assurance et de dégoût à la vue de leur camarade au cou tordu. Encore une fois, Hanami rit, et ces éclats furent tellement sadiques qu’une grande partie des soldats se retourna pour la regarder. Elle profita d’un moment d’inattention pour attraper un des marins, lui faisant une clef et le menaçant de son archet tranchant, glissant près de son cou comme pour jouer un morceau.

    « Hey, les gars, vous vous souvenez pas d’moi ? Hanami Aylen pour vous servir. Vous me laissez passer où je le massacre. »


Le plus drôle fut sans doute lorsque la jeune femme passa au milieu des marins avec la plus grande neutralité, traînant son otage. Évidemment, certains lui tirèrent dessus, mais la demoiselle se régénérait continuellement, les fixant avec malice et provocation jusqu’à atteindre le centre du carrefour, où trônait son compagnon. Là, elle fit un revers de tête, faisant son plus beau sourire avant de crever l’œil de son prisonnier avec son archet. Son cri intimida certains et permit à d’autres de se démarquer, pointant les armes sur eux. La blague ! Comme pour les faire rager encore plus, Hanami cogna son otage qui gisait au sol en hurlant de plus belle. Bientôt, le cartilage de son nez fut explosé sur son visage, et ses tripes profitèrent de l’air libre.
Sans même se rendre compte de ses actes, la capitaine fit un sourire triomphant, se servant de ses flammes pour faire brûler le martyr qui rendit rapidement son ultime soupir, tandis que ces collègues, impuissants, le regardaient crever puis devenir cendre très lentement. Les plus braves, qui tentèrent de l’aider furent morts également.

    « - Oups, je l’ai massacré quand même ! Hihihi. »

Au milieu des flammes bleues dans lesquelles elle se trouvait, Hanami comprit qu’elle était passée à un mode supérieur en sentant qu’elle pouvait brûler en partie des choses, tandis que son feu était d‘habitude pas du tout nocif. Sa rage lui permettait de créer du choc thermique en son corps, durant une courte durée.

    « - Pas mal, l’effondrement, au passage. Mais bon, tu t’es pas totalement lâché. Aller mec, tu peux t’amuser maintenant. Du spectaculaire, j’ai dit. »


Souffler ce genre de phrases dans un torrent de flammes bleues avait quelque chose de morbide, surtout avec une parielle stoïcité. De plus, l’odeur de chair brûlée rajoutait une touche gore à l’œuvre de la Capitaine. Durant un instant, elle regagna sa lucidité en songeant à Mugen, sociable et humain, qui aurait sûrement été surpris de la voir dans un pareil état. Mais sa haine reprit le dessus, s’avançant vers le groupe de marin de plus en plus grand pour s’apprêter à faire une tuerie. Mais Hanami devint plus méfiante, des officiers, sûrement plus qualifiés que ces pauvres sbires allaient arriver, et cela risquait de compliquer les choses.



_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Mer 2 Mai - 3:01





On les brises on les fumes on les terrorises on les écrases...





Un rire se fit entendre, un rire féminin comparable à celui d'un démon. Je m'étais retourné comme pas mal de marine, ce n'était pas un démon mais la princesse qui, semblait satisfaite de la tournure des choses. Personnellement c'était pas pour me déplaire, rien de mieux pour se dégourdir les membres qu'une bonne boucherie! J'attendais ça depuis un moment alors on pouvait dire que j'étais satisfait. Seulement je n'étais pas habitué à voir Hanami comme ça, elle était comme une autre personne et ce qui allait suivre allait dépasser ce que j'aurais pu imaginer.
Elle profita d'un moment de flottement dans la garde de l'ennemi pour chopper un soldat et le prendre comme otage, elle n'avait pas l'air de plaisanter du tout.


« Hey, les gars, vous vous souvenez pas d’moi ? Hanami Aylen pour vous servir. Vous me laissez passer où je le massacre. »

Les marines semblaient effrayés de voir la capitaine et il lui laissèrent le passage, certains lui avaient tiré dessus mais c'était sans effet, le pouvoir D'Hanami lui permettait de se régénérer la rendant quasiment invincible. Elle avait tout ça simplement pour revenir à mes côtés, elle était incroyable quand même, on se retrouvait tous les deux au beau milieu de marine! Pour ce qui était de la princesse, elle n'avait plus besoin d'otage et l'avait achevé d'une manière assez cruelle! Ne pensez pas ce ça m'a choqué, je suis moi même un vrai démon avec mon sabre alors ce genre de truc ne me faisait ni chaud ni froid, c'était presque normal. Sauf que moi je n'avais pas le pouvoir de brûler les autres et bien entendu c'était plus difficile. Quelques braves chiens du gouvernement avaient tentés de sauver leurs camarades mais avaient connu le même sort que ce dernier, ils avait fini carbonisé! Le reste des marines s'étaient regroupé, et prenaient le duo en joue. Hanami ne craignait rien mais c'était une autre histoire pour moi! Ok j'avais encore un corps de malade mais mon entrainement n'était pas finalisé, plus tard je pourrais rivaliser avec leurs tires...
Bref il fallait que je les exploses et j'avais la solution en tête.


« - Pas mal, l’effondrement, au passage. Mais bon, tu t’es pas totalement lâché. Aller mec, tu peux t’amuser maintenant. Du spectaculaire, j’ai dit. »

-La prochaine je te la dédicace capitaine! Home run!


Je venais de frapper le sol avec ma massue pour faire sauter en l'air un morceau de roche aussi gros qu'un boulet de canon, j'étais positionné comme un batteur et j'avais frapper la pierre comme une balle qui se dirigeait droit sur le groupe d'ennemi! Hélas je n'avais pas fait un strike, dommage j'allais devoir faire quelque chose que j'aime pas mais bon, j'avais pas non plus trop de choix! J'avais rapidement dégainé mon desert eagle en or pour enchainer les Head Shot sur les marines encore debout! Je regardais Hanami avec un large sourire, j'espérais lui avait donné du spectaculaire! Une chose était certaine ce n'était pas fini loin de là! Juste derrière j'entendais venir d'autres chiens, c'était le pied vraiment, ils étaient tous tellement faible! Enfin c'est ce que je pensais...

-Impact!

Cette fois je venais de frapper dans le vent en direction du groupe d'ennemis avec la pointe de ma massue, créant une sorte de boule d'air capable de vous briser les os. Seulement un homme armé d'un katana venait de trancher mon attaque! La vérité était que des gradés se trouvaient dans les rangs et ils étaient plus coriace, je n'avais pas connaissance de leurs grades pour dire vrai mais j'allais devoir changer de technique. Je n'avais pas réfléchis longtemps, j'avais lancé ma massue non loin de mes poids qui n'avaient pas bougé, en même temps si quelqu'un osait les toucher, vu leurs lourdeur j'avais le temps de l'exploser! Enfin bref, j'allais ma battre à main nue pour continuer. J'espérais ne pas avoir à utilise ma lame maudite, mais si c'était nécessaire alors je le ferais sans hésitation.
Je me mis en garde et commença à sautiller, j'étais rapidement dans ses moments et j'esquivais facilement, j'enchainais mes ennemis avec des patates de forain, de coup de coude meurtrier, des coups de pompes dans le gueule. J'utilisais donc mes capacités en boxe Thaï pour rivaliser avec mes opposants, bien entendu ceux là étaient plus fort et je devais être plus que concentré. Je ne sais pas pourquoi mais leurs coups se concentré surtout sur mon torse qui commençait à me faire souffrir... Mais je n'abandonnais pas loin de là, au contraire ça me faisait kiffer, j'aimais bien ça et j'étais aux anges à ce moment même, j'avais beaucoup d'adversaire et pas trop faible en plus! C'était le pied!
Hanami et moi on combattions côte à côte, le combat s'intensifiait avec le temps et le nombre d'opposant ne semblait pas diminuer. J'étais vraiment dans mon élément et j'arrivais à placer des techniques de capoeira, surprenant toujours mes adversaires. Mes coups étaient si violent que je pouvais sentir leurs os se fracasser, c'était une sensation assez gore mais qui me plaisait assez! Et puis il fallait les voir se tordre de douleurs, certains criaient parce que le bras était complétement à l'envers, pour d'autres c'était les jambes, pour les moins chanceux les coups étaient mortel! Le temps passait et le combat continuait, moi je commençais à fatiguer. J'avais prévu d'utiliser Frostmourne bientôt, j'attendais simplement de voir si l'ennemi n'avait pas prévu une autre surprise...







_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Lun 14 Mai - 15:49




« La vie ne tient pas à grand chose »

Un match de baseball sanguinolent, un combat de plus en plus corsé … Hanami fut épatée par les compétences de son camarade. Rapidement, son corps avait retrouvé sa température habituelle, et elle essayait de tenir tête à ses adversaires avec autant de facilité que son compagnon, faisant des coups enflammés avec son Stradivarius. Lorsque sa colère se dissipait, elle tentait de ne pas faire travailler sa conscience, massacrant comme si c’était l’unique moyen de survivre. Parfois, elle prenait plus de plaisir à tuer certaines personnes que d’autres. Lorsque des officiers se défendaient mieux, la défiant du regard, cela devenait carrément jouissif. La blonde se mordait la lèvre, ne retenant plus ses coups. Mais pourtant, son visage reflétait toujours le même amusement malsain, tandis que celui de ses ennemis miroitaient un mélange d’assurance et d’incertitude.

C’était sans doute la première fois qu’on la regardait ainsi, comme si elle était une bête, un monstre, un démon. Lors de la dernière guerre, on ne l’avait pas prise au sérieux. Aucun Grand n’était venu la défier, et les petites frappes l’accostaient avec un visage victorieux. Comment avait-elle pu tant changer ? Comment la haine avait-elle pu reprendre à nouveau son âme ? Hanami savait que c’était simplement parce qu’elle était ainsi. Innocente et agréable au brut, mais détruite par la vie au point de perdre - par moment - toute trace d’humanité.

C’était ses flashs qui la détruisait. Cette horrible guerre ayant laissé trop de trace. Lorsque ses mains baignaient dans le sang d’innocents, lorsque Mugen avait été perdu, au début durant quelques minutes, et puis pour des mois. Des cris, le plaisir des autres combattants … La guerre était une ignominie, et il fallait soigner le mal par le mal. Désormais, pour oublier ce passage, Hanami avait besoin de ressentir les mêmes émotions. Et il fallait avouer que l’Homme devait être fait pour tuer, vu les sensations orgasmiques que cela produisait.

Et elle était en train de donner une nouvelle image des Phoenix, moins naïve mais plus respectable.

Hanami sentit des picotements de plus en plus importants, qui lui arrachèrent un cri. Elle vit son sang couler abondamment : des balles de granits marins. Elle en était criblée, et dépourvue de son pouvoir, elle recula, s’arrachant les tripes pour déloger les balles une par une, plissant le regard pour ne pas pleurer de douleur. Des marins en profitaient pour la cogner et la transpercer de leurs sabres, mais perdue dans la foule et occupés par les attaques de Momoji, ils étaient guère nombreux. Bientôt, son ventre fut qu’une crevasse, les intestins pendants, et lorsque la dernière balle fut délogée, Hanami put reprendre ses pouvoirs et filer à quelques mètres de hauteur, ailes déployées.

Bloody explosion.
Elle avait envoyé son violon en l’air le temps de cette attaque, explosant pour créer un semblant d’apocalypse. Son corps s’était désintégré, pour laisser place à des torrents de flammes, plus destructrices que brûlantes, raflant les soldats sur son passage. Lorsque la blonde se régénéra, ses blessures n’étaient plus. Mais malgré le cynisme sur son visage, elle était consciente qu’elle avait failli y passer.

    « Momo’ ! Faut qu’on se rassemble ! »


Elle avait crié ça en envoyant une flamme bleutée en hauteur, pour qu’il la localise. La capitaine en était sûre, ce n’était que le début. L’issue de cette bataille était incertaine.

|| Ca te dit qu'on demande à ce qu'un PNJ intervienne ? Ou ou deux Marins ? :3 ||
.


_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsukane

avatar


Messages : 541
Date d'inscription : 20/07/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
28/50  (28/50)
♦ Expérience :
135/280  (135/280)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Mer 23 Mai - 20:07





Des adversaires de taille!



Je continuais de ma battre contre les chiens du gouvernement qui ne cessaient d'augmenter leurs nombres! Je n'en voyais plus la fin, j'avais beau frapper et casser tous ce que je voyais j'avais l'impression que mes actions étaient vaines. Je commençais vraiment à en avoir marre et si Forstmourne me l'avais demandé, je l'aurais utilisé pour en finir plus rapidement! Mais bon elle était têtu pire que moi, elle disait que tant que mon adversaire n'était pas capable de me donner du file à retordre elle ne voulait pas que je l'utilise. Alors certes j'étais en galère mais à cause de leurs nombres, non pas de leurs force et je sais parfaitement que ma lame m'aurait fait faire n'importe quoi si j'attaquais avec. Elle était comme ça, un peu capricieuse...

« Momo’ ! Faut qu’on se rassemble ! »

Putain c'était pas trop tôt! Une lueur bleu flottait dans l'air et je me doutais que c'était le signal de ma capitaine! Poussant tous les marines sur mon chemin j'allais la rejoindre, elle se trouvait elle aussi dans une mauvaise posture! Des types avec des balles en granit marin lui tirait dessus, pour ma part il me restait un chargeur. J'avais sorti mon gun pour la seconde fois pour tirer sur tous ces types, j'en avais abattu pas mal et avait gardé une seule balle dans le chargeur. Pendant que je tirais d'autres en profitaient pour tenter de me trancher ou m'assommer, on était dans la merde Hanami et moi. J'avais remis mes armes sur mon dos le plus vite possible, ensuite j'avais saisit la princesse sans le lieu demander puis la jeter sur mon épaule. Il fallait qu'elle se cramponne à moi car ça allait secouer!! J'avais fait un saut immense pour passer au dessus de mes ennemis, mon objectif, bien que triste était de prendre la fuite, c'était ça ou la mort et je ne pouvais pas laisser la phoenix mourir, ni même moi! J'avais même laissé mes poids par terre, je savais que j'en avais d'autre que j'avais laissé au bateau, faudrait juste que je face plus attention la prochaine fois.
Nous étions donc en train de fuir, suivit par les marines qui s'écriaient "arrêtez vous!" comme si on allait vraiment s'arrêter, je me serais bien vu me retourner et tendre les mains pour qu'ils me passent les menottes... Tss bande de con! Et puis quoi encore? Je suis la bâton et eux les chiens alors qu'ils me rattrapent s'ils veulent m'attraper! Malgré le fait que je portais Hanami je courrais très vite, j'étais grand et mes jambes très musclés, du coup je faisais un pas qui valait quatre des leurs et je parcourais une plus grande distance plus rapidement! C'était tout l'avantage d'avoir le corps parfait, celui d'un Dieu. Finalement nous avions, ou plutôt j'avais couru pendant plusieurs minutes. On avait réussi à les semer mais d'autres étaient certainement en train de nous chercher, nous avions continué vers le port histoire de partir tout de suite. Perso, je ne m'attendais à voir des marines nous casser les bonbons ici.
J'avais eu le temps de répondre mon souffle, je portais toujours la princesse sur mon épaule. Je ne voulais pas qu'elle se fatigue pour rien et puis, j'ai l'habitude de marcher avec mes poids alors celui d'Hanami n'était en rien gênant. Je marchais tranquillement, j'espérais que les marines ne nous cherchent pas ici, allez savoir pourquoi! Puis finalement deux types se présentèrent devant nous, l'un fumait une cleup tandis que l'autre bouffé deux glaces à la fois, sans aucun doute ils étaient jumeaux. Même coiffure, même lunette, même tête, timbre de voix identique... Bref, seul leurs couleurs de cheveux était un peu différente. Ils nous regardaient avec arrogance et je pouvais lire dans leurs yeux l'envie de nous défier, j'avais cessé de marcher, posant lentement ma capitaine au sol qui avait du remarquer aussi les deux types. Ils arrivèrent finalement à notre hauteur, nous allions savoir ce qu'ils voulaient.


Spoiler:
 

-Je suis Yuruyaka et voici mon frère Nameraka, nous sommes tous les deux sous-lieutenant et vous, vous êtes en état d'arrestation! Si vous tentez de résister nous emploierons la manière forte

Répondre m'avait semblé inutile, il était évident que j'allais me battre. J'avais lancé un regard complice à Hanami en sortant ma massue, l'un avait un sabre et l'autre était armé de gant. J'avais le pressentiment que leurs armes était en Granit Marin, je ne pouvais pas en être certain cependant. Nameraka était celui avait l'épée et je voulais qu'il soit mon adversaire, j'avais pointé ma massue vers lui avec un sourire sadique.

-Toi! Tu seras mon adversaire, sauf si ma capitaine y voit un inconvénient. Forstmourne est intéressé par toi, tu devrais être honoré mais terrifié à la fois car ce qui t'attends n'est autre que la mort!

Je le regardais droit dans les yeux, j'espérais qu'Hanami me laisse le combattre. J'attendais simplement ses ordres ou que l'un d'eux passe à l'action, massue posé sur l'épaule toujours pour la classe. J'étais prêt à combattre






[Poste court mais c'était pour introduire la seconde phase du rp en quelque sorte, MP moi si y'a un soucis Smile]

_________________ ~♫
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Lun 28 Mai - 10:58




« Guerilla»

Durant la fuite assez tranquille sur l’épaule de Momoji, Hanami eut le temps d’analyser la situation avec un peu plus de lucidité. Bien que forts, ils ne pouvaient faire face à tous ces marins. C’était comme des piranhas : inoffensifs en solitaires, mais dangereux en groupe. Bien qu’assurée, les balles en granit marin avaient rappelé à la blonde que comme tout être humain, elle était dans la capacité de mourir.

Ce n’était néanmoins pas une raison pour abandonner ce combat aux fins inutiles. Un simple massacre de marins ne pouvait pas établir une réputation à des pirates. Il leur fallait des têtes à abattre, des vrais. Des visages qui montreraient qu’ils ne sont pas à prendre à la légère. Et lorsque d’étranges personnages se pointèrent, la jeunette crut avoir déniché le Jackpot. Sans doute des jumeaux aux styles différents. L’un semblait s’être oxydé les cheveux, les rendant presque blanc, tandis que l’autre avait une tignasse dorée. Yuruyaka et Nameraka, deux sous-lieutenants. Intéressant. C’était mieux que rien.

Momoji choisit celui qui tenait un sabre, demandant si cela posait problème à sa capitaine. Celle-ci s’était contentée de répondre d’un geste de la main, donnant son accord avec un regard plein de complicité. Elle s’était ensuite avancée vers son adversaire, celui ayant des gants. La blonde comprit rapidement que ceux-ci étaient en granit marin. Il lui faudrait donc utiliser son Stradivarius pour éviter de se faire bêtement avoir en se reposant uniquement sur son pouvoir démoniaque. Son but était de serrer la main au type pour être sûre de la capacité de ses gants. Celui-ci se montra flegmatique lorsqu’elle fut à son hauteur, attrapant son poignet. Il esquissa un sourire malicieux en constatant l’effet que cela produisait sur la jeune fille qui se vidait de son énergie. La pirate réagit au quart de tour, enfonçant son archet dans l’épaule du marin, qui s’autorisa seulement un petit gémissement de douleur.

    « - Tu vas faire que me planter ton pic à brochette partout où tu peux, ou tu comptes te battre vraiment ? Oh, c’est vrai, tu es privée de ton pouvoir, et pour utiliser ton violon, il te faut tes deux mains ! Allez, j’ai pitié, je vais te lâcher ! »


Folle de rage, la capitaine voulut lui mettre son « pic à brochette » entre les deux yeux, mais l’homme réagit de manière trop surprenante. Après avoir lâché la main à la jeunette, il leva son majeur en direction de la demoiselle. Hanami vit que se trouvait à la pulpe de son doigt un petit tuyau. Comprenant qu’une balle pourvoit sortir à tout moment, la blonde prit sa forme semi-animale et s’envola le plus haut possible, esquivant les projectiles le plus longtemps possible, avant de se recevoir une balle dans la poitrine.

Que dire ? La chute fut brutale, à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Hanami, ayant regagné sa forme humaine dès que la balle l’eut touché, avait plusieurs fractures. Comprenant qu’il y avait du granit marin, la jeunette s’arracha le dessus de la chemise pour enfoncer ses doigts au niveau du cœur, découvrant que la balle s’était comme dissoute dans son organisme. La blonde hurla de douleur, venant de s’arracher une partie de son abdomen pour rien. Le sang coulant abondamment la fit trembler et tourner de l’œil, mais en se rappelant qu’elle n’était pas seule, elle reprit du poil de la bête. Attrapant son violon qu’elle avait harnaché à elle, Hanami s’apprêtait à lancer une puissante attaque lorsque Yuruyaka s’écria jovialement :

    « - Au fait, en plus d’être un Marine, je suis scientifique. Tu viens de subir ma dernière invention, une balle à la pointe de la technologie… Elle contient un mélange complexe d’eau salée et d’un poison mortel aux conséquences plutôt horribles. Sans l’antidote, tu vas exploser au bout de quelques minutes. Haha, tu aimes n’est-ce pas ? »


Le visage de la jeunette changea de couleur. Elle laissa échapper un « Ok, je suis foutue » avant de charger de plus belle. Commença ensuite un horrible corps à corps. Boitant, le marin la frappait facilement tandis que Hanami le touchait un coup sur deux. Ne pouvant pas chauffer son violon pour utiliser une attaque plus puissante, elle décida de faire monter la chaleur grâce à l’énergie mécanique produite lors du frottement des cordes à l’archet. Bien que ce n’était pas brûlant, le rendu ressemblait à ce qu’elle pouvait faire avec son pouvoir, avec quelques lacunes. Certes, son fruit ne lui permet normalement pas de brûler - même si elle se pliait en quatre pour tenter de faire monter la température de son feu régénérateur -, mais ses flammes lui étaient bien utiles. Se retrouver sans elles enlever une grande partie de sa puissance..
Bingo.
Elle avait tranché l’adversaire avec son violon, le faisant reculer et cracher du sang. Elle en profita pour le cogner de toute ses force. Se ressaisissant malgré sa blessure, Hanami eut à peine le temps de souffler qu’il recommença à prendre le dessus.

Dire que c’était à cause de ce genre de type que Mugen n’était plus là. Elle avait perdu son meilleur ami et son second, au point que cela devienne impensable d’en choisir un autre.. Elle ne voulait pas laisser sa peau à ce même genre d’ordure. Il était hors de question que la blonde se laisse faire. La vengeance des Phoenix devait être grande.

Un ultime coup, l’adversaire tomba. Il avait perdu trop de sang. Hanami aussi. Ses vêtements et sa peau étaient devenus écarlates. D’un coup, elle porta bien son surnom, le Zéphyr pourpre. Bien qu’elle ressemblait plus à une mourante qu’à autre chose. Sa chute fut brutale, amortie par le corps en charpie de l’ennemi. La blonde se surprit même à apprécier ce moment funèbre, s’humectant ses lèvres pleines de sang. Le ralentissement de son cœur la ramena à la réalité. La Capitaine attrapa une fiole dans la veste de Yuruyaka, contenant l’antidote. Le boire fut un immense soulagement. Ses flammes bleues revinrent lécher son corps rapidement, lui permettant de se relever comme si de rien était.

Espérant que Momoji n’était pas loin, elle souffla avec un grand sourire leur chef d’œuvre. Ils avaient laissé derrière eux un semblant d’Apocalypse. Le sol était pourpre, parsemé de cadavres, et les immeubles n’étaient plus. Cette fois, c’était sûr, on entendrait parler d’eux.

    « - Trinquons à la renaissance des Phoenix, à grands verres de sang.»


Il ne fallait jamais briser une âme. Encore moins deux. Cela pouvait avoir des conséquences démentielles.



_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    Ven 8 Juin - 20:54





Le seul moyen de perdre un ennemi est de le fumer, le finir au sol bien l'enculer!






Hanami avait donné son accord, je pouvais donc affronté l'adversaire que Frostmourne avait choisit. Certainement le fait qu'il avait un sabre, après tout, le but de cette lame était de trouver le meilleur maître et donc cela voulait dire un bretteur! On pouvait pas vraiment dire que j'en étais un, enfin si je savais utiliser un sabre mais j'étais loin d'être expert en la matière. Avec le temps et l'entrainement je deviendrais sans doute plus puissant. Sans attendre plus longtemps la princesse s'était dirigé face à son adversaire et moi je regardais... Tss j'avais vraiment été trop con! En baissant ma garde l'autre en avait profité pour me sauter dessus et tenter de me couper en deux à la verticale, heureusement j'avais eu le temps de réagir, mon arme se trouvant sur mon épaule j'avais levé mon bras pour la mettre en opposition juste à temps! Une seconde après et s'en était fini de moi, je l'avais violemment repousser de toutes mes forces ce qui lui avait valut un petit bond en arrière, il était sur le cul.

-Reste tranquille négro, laisse moi m'amuser un peu. Si tu te fais tuer tout de suite je vais me faire chier alors montre moi de quoi t'es capable.

-Je vais te faire ravaler ta fierté pirate de merde, tu veux que je te montre ma force? Pas de soucis mais vient pas pleurer après, ce combat ne durera pas très longtemps.

-Ferme un peu ta gueule et ramène toi!


Avant d'utiliser mon précieux sabre, je voulais voir par moi-même ce qu'il valait. Il fallait que je le test pour m'assurer qu'il soit vraiment fort. Rapidement il se rua sur moi, ses jambes faisaient des mouvement très rapide, une fois face à moi j'avais eu l'impression qu'il avait disparu, je m'en étais pas rendu compte mais il se était passé juste à côté de moi en me frappant avec le plat de sa lame. S'il l'avait voulu il aurait pu me blesser mais il ne l'avait pas fait, je m'étais retourné pour le regarder. Je n'avais pas peur du tout mais j'étais vraiment impressionné par son mouvement, je l'avais peut-être sous-estimé.

-Toi aussi bats toi à fond, je te l'ai laissé une chance tu n'en auras pas d'autres, la prochaine fois je n'aurais pas la même clémence.

-Va te faire foutre, à la fin c'est moi qui prendrais ta petite vie...[/b]

Le combat repris immédiatement après, de nouveau il s'était rué vers moi mais je m'étais servi de ma technique "Impact" pour le déstabiliser. Frappant dans le vent avait le bout plat de ma massue j'avais créé une boule d'aire très puissante, si il n'esquivait pas, vu sa carrure j'allais sans doute lui casser quelque chose. Bien entendu c'était sans compter sur son agilité qui lui avait permis d'éviter mon projectile, il tenta de m'attaquer mais j'étais également parvenu à le contrer. J'étais maintenant concentré dans mon combat, rien ne pourrait me perturber, je sentais l'excitation me gagner, comme une montée d'adrénaline! Croyez moi, sans ces moments je me sens parfaitement bien et j'ai toutes confiance en mes capacités. Je n'allais pas me faire avoir par ce petit moustique! De nouveau il se rua sur moi, cette fois j'utilisais mon "Home Run" pour le stopper, faisant sortir un morceau de roche du sol, je l'avais frapper avec mon arme tel un véritable batteur! Le projectile était tout aussi rapide que le précédent mais peut-être moins destructeur, je pensais que de nouveau ça allait fonctionner, je n'aurais pas cru qu'il soit capable de trancher ce rocher. Chose qu'il avait fait avec une certaine facilité, il chargea sur moi en pointant le bout de sa lame, il voulait me planter! Il ne devait pas savoir que malgré ma taille et mon poids, j'étais très athlétique, j'avais pris impulsion sur mes jambes pour sauter par dessus lui. Son attaque avait été un échec, je m'étais rapidement retourner pour parer un coup qu'il enchaîna.
J'arrivais à tenir pour le moment mais j'étais tout de même malmené, ne croyez pas que je m'avouais vaincu. J'avais encore mon mot à dire et puis j'avais toujours un tour dans mon sac, enfin dans mon dos plutôt. Mon adversaire semblait vouloir garder sa stratégie qui consistait à foncer droit sur moi en tentant de me toucher de différentes façon, il maniait bien son sabre et ses mouvements étaient rapide, il fallait avouer qu'il était doué bien que j'avais du mal à comprendre ça façon de combattre. Une nouvelle fois et pour ne pas changer, Nameraka fonça sur moi, on aurait du un taureau énervé qui voulait empaler sa proie. Il était le chien et moi le bâton, il courait sur moi comme pour m'attraper et me ramener à son maître, une image bien pitoyable... Bref, cette fois j'avais une autre idée en tête! Utilisant ma technique "Shiver", j'avais frapper le sol violemment avec ma massue afin de créer une fissure dans le sol et créer quelques vibrations. Le bretteur qui courrait, fut en déséquilibre et manqua même de trébuchet. Une occasion parfaite pour moi, cette fois c'est moi qui se rua sur lui, je trainais mon arme au sol en la tenant d'une main, puis arrivé près de l'adversaire, j'avais parfaitement fait pivoter mon bassin pour chopper le manche de mes deux mains, puis de toute mes forces, je relevais la massue pour le frapper directement dans le menton! Cette attaque avait été un franc succès qui envoya balader Nameraka un peu plus loin.


-Alors petite merde il t'arrive quoi? J'espère que tu ne regrette pas d'avoir était clément comme tu dis...

-Toujours aussi arrogant hein, c'est cela qui te perdra. Je n'en est pas encore fini avec toi...

-J'aurais été déçu du contraire, allez viens!


Mon adversaire s'était relevé avant d'essuyer le sang qui coulait de sa bouche. Le coup que je lui avais porté l'avait sans aucun doute sonné, j'y avais mis presque toute ma force! Et puis vu le petit vol qu'il avait fait il allait s'en souvenir un moment. Une fois qu'il fut sur ses jambes il repassa à l'action tout de suite, comme il le faisait depuis le début il fonça sur moi directement... Il semblait plus rapide, enfin pas tout à fait, disons que ses mouvements étaient encore plus fluide, comme s'il était plus vif qu'avant. J'avais réussi à le contrer la première fois, mais ensuite je me fis toucher plusieurs fois à divers endroit du corps, surtout au niveau du torse pour dire vrai. Avec mes 2m32 l'ennemi avait du mal à toucher mon visage et concentré donc ses attaques sur mon abdomen, mes cotes... Jusque là le combat était assez équitable mais depuis le moment où je l'avais fait voler, Nameraka avait pris un léger avantage et je n'arrivais plus à le toucher, mon arme était peut-être trop lourde après tout. En quelque minutes j'avais reçu plusieurs entaille sur mon corps, pas de trop grosses blessures car ma peau, mon corps, mes muscles étaient si dur qu'il était difficile de les trancher ou les transpercer. Ne croyait que c'est une technique comme ceux du fameux CP9, pour moi cette capacité est naturelle, je n'ai jamais appris de technique permettant de durcir son corps, le miens l'est devenu tout seul à force d'entrainer durement mon corps! C'est ça aussi, être une homme supérieur.
Enfin bref, bien que mes plaies n'étaient pas mortelles, je perdrais tout de même du sang et je commençais à sentir mes forces s'épuiser. Avais-je atteins ma limite? Déjà? Contre un moustique pareil! Tss, j'étais vraiment déçu de moi même mais bon cela voulait juste dire que j'avais encore besoin d'entrainement pour attendre les sommets. C'est tout essoufflé que je regardais mon opposant, cette fois c'était lui qui me regardait avec arrogance, comme s'il me prenait de haut, il ne manquait plus qu'il me sorte un truc du genre "Je t'avais prévenu".


-Alors Momoji Hamano, tu ne devais me prendre la vie? Je crains que t'es paroles n'étais que du vent, tout comme toi d'ailleurs. Un gros tas de muscles avec une grande gueule, le genre de type qui parle beaucoup mais ne vaut pas grand...

-Ferme ta gueule...

-Quoi?

-Je t'ai dit de la fermer enfoiré! Tu crois quoi? Que tu peux rivaliser avec moi? Des combats j'en est perdu pas mal mais ça, c'était sur Grand Line. J'ai combattu des types cents fois plus forts que toi, alors un négro dans ton genre va pas m'impressionner... Mais bon assez parlé, tu crois que je ne vaut rien hein? Dans ce cas puisque tu préfère les actes aux paroles, il est temps de passer à la vitesse supérieur...

-Hum, j'ai faillit attendre...


Je jetais ma massue au sol juste avant de faire craquer quelques-uns de mes muscles. J'avais saisit lentement ma lame maudite, celle qui faisait perdre la raison à son possesseur mais qui, en contre partie pouvait lui donner un pouvoir immense. Malheureusement j'étais loin de connaître tout le potentiel de mon arme, il fallait encore que j'apprenne à la connaître et à bien la comprendre. Me voilà armé de Frostmourne, dès lors que je l'avais en main toutes les douleurs que je pouvais ressentir à causes des précédents coups avaient disparu. J'étais toujours blessé mais je ne sentais plus rien et ça me donnait un sentiment d'invincibilité. Seulement ce pouvoir est à double tranchant car même s'il permet de combattre dans le pire des états possible, le corps lui continue de souffrir et donc cela peut-être très dangereux! Enfin tout, qu'es-ce que j'en avais à foutre du danger? Plusieurs fois dans ma vie j'ai faillis mourir et même j'aurais dû mourir, alors après avoir échappé autant de fois à la mort elle ne me faisait plus rien au contraire, je l'attendais à bras ouvert cette garce! Je ressentais tout le pouvoir de mon arme couler en moi comme si c'était mon sang, je pouvais sentir la puissance qu'elle dégageait. Nameraka semblait aussi ressentir cette aura ténébreuse, il avait regardé autours de lui, il ne devait pas se douter que mon sabre était exceptionnel et pensait sans doute que cette aura provenait d'une autre personne. Je m'approchait de lui d'un pas assez lent, tenant ma longue lame dans la main droite. Mon sourire sadique limite diabolique était revenu et l'autre en fasse de moi ne bougeait plus, je voulais le faire réagir et pour ça j'avais envoyé plusieurs lame d'air sur lui. Avec ma force de bourrin, la qualité de la lame et mes quelques talents de bretteur les lames étaient vraiment très rapide et d'une puissance incroyable. Bien entendu c'était loin d'être la technique d'un grand maître épéiste! Mais vu que j'en avais envoyé plusieurs, il se retrouva comme pris par surprise et esquiva de toute justesse la première lame de vent. Il semblait comme déstabilisé par la puissance dégagé par Frostmourne, on pouvait clairement voir son hésitation et ça me plaisait bien! Ouais je dirais même que c'est bon de dominé quelqu'un, savoir qu'on est supérieur et voir la peur qu'on peut lui faire ressentir, c'est l'un des meilleurs sentiments qui puisse exister! Alors que j'avançais vers lui, il se contentait de reculer en effectuant de petits sauts. Une chose qui m'avait vite casser la tête, ce type me fuyait tout simplement et je forcé d'envoyer plus de lames d'airs. Il se fit rapidement dépasser par situation et pour ma part, je m'étais stoppé lorsqu'une de mes attaque trancha littéralement son bras gauche. Une cri atroce était sorti de sa bouche au même moment, quand à moi je riais... Petit à petit Forstmourne me faisait perdre la tête et j'allais jouer avec ce petit marine qui s'opposait à moi. J'utilisais la deuxième technique que je connaissais au sabre qui consistait à envoyer des piques d'airs à l'ennemi ce qui, comme vous l'aurez certainement compris était capable de le transpercer. C'était comme si je plantais mon sabre dans son corps en faite, seulement voilà je voulais jouer ou plutôt c'était mon sabre maudit qui voulait s'amuser avec sa proie. Nameraka perdait pas mal de sang et il allait peiner à reprendre l'avantage, aussi je devais maîtriser la puissance de mes piques pour ne pas le tuer. Mes offensives allaient donc simplement lui faire de petit trou dans le corps. Cette technique me permettait d'être plus rapide car le mouvement était plus simple que pour les lames, le chien du gouvernement avait déjà galéré à éviter mes lames de vent, il allait s'en prendre plein la gueule avec mon second combo!
Bien entendu il ne voulait pas s'avouer vaincu et continuer d'esquiver jusqu'à poser genou à terre ce qui, de nouveau me fit cesser tout mouvement. Après avoir cracher du sang il se releva avec toute la difficulté du monde.


-Ordure... Ton arme... j'en est déjà entendu parlé. Tu connaîtra certainement la gloire et elle te permettra de devenir puissant... Mais au final elle te tuera. Je vais en finir avec une dernière attaque... AAAAHH!!!!!!

Nameraka fonçait droit sur moi, il lançait ses dernière force dans la bataille pointant le bout de son Katana sur moi. Une attaque des plus désespérés et pourtant, ce que j'allais faire était vraiment suicidaire. Je n'avais pas bougé, je souriais en le voyant se rapprocher de moi, il avançait toujours plus et moi je laissais les bras le long de mon corps comme si je n'avais aucune réaction. Finalement sa lame se planta dans mon abdomen mais étrangement elle ne ressortait pas de l'autre côté, étrangement? Non en faite c'était tout à faire normal, je vous avez dit juste avant que mon corps était plus résistant que la normal et ainsi, juste avant l'impact j'avais contracté mes muscles afin de rendre la tâche encore plus difficile. Ainsi seulement une petite partie du katana de mon ennemie m'avait pénétré, il leva la tête pour me regarder, le regard remplie de terreur, ne sachant pas comment réagir, ne comprenant pas vraiment ce qu'il se passait. Avec ma main gauche je l'avais saisit à la gorge pour le soulever, ses pieds ne touchaient plus le sol et avec son uniquement il tentait de se libérer, sans succès.

-Mouhahaha, alors le marine? Tu te chie dessus! Une dernière parole?

-Tu finira par me rejoindre dans le monde des morts, tu sera consumé par ton épée... Elle... Elle te tuera comme elle a tué ses autres maîtres. Et ce jours là je serais présent pour t'accueillir dans l'autre monde... DEMON!!!

Je venais tout juste de lui planter ma lame dans le corps... J'effectuais cela plusieurs fois, une bonne demi-douzaine de fois je dirais, son corps ne ressemblait presque plus à rien. Il était troué de partout, couvert de sang et avec un bras manquant. J'avais lâché ce déchet par terre et m'étais retourné vers Hanami qui avait terminé son combat quelques minutes avant moi. J'avais remis ma massue dans mon dos mais gardait mon sabre en main.[i]

[b]« - Trinquons à la renaissance des Phoenix, à grands verres de sang.»

[color:92d4=GoldenRod-Joliment dit princesse! Je pense qu'ils se souviendront de nous! On viens de marquer l'histoire là, on a frapper un grand coup! Je crois qu'il est temps d'aller foutre un bordel autre part nan? Nous fêterons ça plus tard sur le bateau!


[i]Hanami est moi avions rejoins le bateau et avions rapidement levé l'ancre. Les marines n'allaient pas tarder à nous rattraper alors nous avions fait vite pour ne pas qu'ils puissent nous trouver facilement. Une fois sur le bateau j'étais vraiment fier de nous, j'étais content et satisfait de cette petite sorti avec la princesse. Forstmourne était toujours dans ma main et donc je ne ressentais toujours aucune douleur et pourtant je perdais encore un peu de sang, je faisais mine de rien devant la capitaine mais comme mon corps s'affaiblissait la lame maudite prenait le contrôle de mon corps. Il fallait donc que je la lâche le temps d'aller mieux mais, pas devant la princesse, ce serait un déshonneur pour moi. Je ne voulais pas qu'elle me voit dans un sale état, elle était assez triste au fond d'elle pour ne pas en rajouter.


[GoldenRod]-Yosh! Je vais aller m'entrainer un peu princesse! Appelle moi si t'as besoin de moi!


J'étais descendu dans la cale du navire, l'endroit où je m'entrainais généralement car c'était assez spacieux et j'y avais posé tout mes "instruments" ne sachant pas trop où les mettre. J'avais posé ma massue avant de lâcher mon sabre, c'était comme si les coups qui m'avaient été infligés plus tôt venait seulement de m'être porté. Je ressentais d'atroce douleur un peu partout et je fus forcé de serrer les dents pour ne pas faire de bruit. J'étais tout essoufflé, mon corps était trop lourd et j'arrivais à peine à tenir sur mes jambes... Je ferma les yeux et me laissa tomber sur le dos, à bout de force...



[/Color]




_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils nous connaîtront tous.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Ils nous connaîtront tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mort nous sourit à tous, tout ce qu’on peux faire c’est lui sourire à notre tour
» [jour 1] Ils seront les Space Marines, et il ne connaîtront pas la peur!
» nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.
» Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
» Yesung ✜ Nous sommes malheureusement tous soumis au temps qui passe, et parfois, on se surprend à vouloir arrêter l’horloge, ou tout du moins la ralentir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: East Blue-