Partagez | 
 

 Entre cas sociaux, on se comprend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Entre cas sociaux, on se comprend.    Mar 6 Mar - 20:36




Une soirée ratée.


Longuetown. Une ville attirante et mouvementée. Tout ce donc Hanami pouvait rêver. Ses prunelles semblaient évasés. Peut-être parce que le contenu de sa clope n’était pas très légal. Ce n’était également pas une bonne idée de se promener avec de la drogue devant des marins, mais que voulez-vous, la jeune femme avait décidé depuis un long moment de ne pas être un personnage censé. Les marins n’avaient même pas tenté de comprendre. On ne regardait pas les demoiselles de ce genre pour les embêter, bien au contraire. Les pauvres marins se contèrent d’émettre quelques regards déplacés et de continuer leurs occupations. La blonde ne les avait même pas remarqués, se contentant de chantonner en se promenant dans les rues sinueuses de la ville. Elle était arrivée seulement hier et n’avait pas eu le temps de faire la visite des lieux. Son arrivée hier soir avait crée un bazar spectaculaire, qu’elle s’était fait un plaisir de provoquer, mais bizarrement, ce matin, la populace semblait être passée à être autre. Certes, cela ne flattait pas son égaux surdimensionné, mais la jeune femme se promit se provoquer un tel bordel ici que les habitants s’en souviendraient encore dans dix ans. Promesse totalement immature, je vous l’accorde, mais bon.

Hanami remonta dans le piteux hôtel où les Phoenix avaient pris une chambre. En plus d’être crasseux, la pièce qu’elle avait payé une petite fortune ne contenait qu’un lit deux places. Évidemment, la blonde ne s’était pas attardée face à ses compagnons galants et civilisés, décident ouvertement de dormir à même le sol. Pendant toute la nuit, elle avait ragé intérieurement, songeant aux diverses tortures qu’elle aurait pu infliger au propriétaire. Mais la Capitaine avait conclu rapidement que le type avait été sympathique d’accepter de lui laisser une chambre, en sachant que la Marine commençait à s’intéresser sur leur cas.

Lorsqu’elle rentra dans la pièce, commençant à parler, la blonde s’arrêta brutalement en regardant le lit. Mugen n’était pas là. Elle baissa le regard, se prenant pour une imbécile causant toute seule, et descendit les escaliers aussi rapidement qu’elle était montée, décidée à retrouver son second. Pour tout dire, la nuit commençait à se pointer et Hanami n’avait pas envie de faire la fête toute seule. Il était toujours plus agréable de découvrir des gens - et surtout des tavernes - à deux, ainsi que certains clubs selects ne faisant rentrer que les couples ayant un minimum de charisme.

Comme une touriste, elle observa la foule avec attention, prenant un verre dans chaque bar avec l’espoir de retrouver son ami à l’intérieur. Aux alentours de deux heures du matin, elle était ronde et perdue dans les rues étroites de la ville. Je vous l’accorde, ce n’était pas la joie. Toujours aucune nouvelle de Mugen, qu’elle avait cherché partout. Mais où était-il, bordel ! Hanami commença à rire toute seule, sûrement par nervosité. Et si son camarade avait des ennuies ? Comment elle faisait pour l’aider ? Bourrée et perdue dans le noir, la blonde ne pouvait pas être très efficace.

Un craquement se fit entendre, et la pirate se retourna brutalement. Ses bras s’embrasèrent comme une torche, lui permettant de voir dans un périmètre proche. Les manches de son manteau, par contre, ne supportèrent pas les flammes, finissant en cendres. Cela lui donna un air encore plus débile, si bien qu’elle ne put s’empêcher d’éclater de rire en voyant en face d’elle Mugen.

Ravie de l’avoir enfin retrouvé, la jeunette tituba jusqu’à lui, s’appuyant ensuite sur l’épaule du jeune homme pour rester droite. D’une voix blasée et maladroite, elle lui souffla :

    «  Heeeeeeey ! Tu sais que je te cherchais partout, toi.. ? Je m’inquiète, parfois ! Préviens-moi au moins quand tu t’en vas ! »




_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Mer 7 Mar - 21:09









Une vaste fumisterie ! Voilà ce qu’il en était ! Mugen voulait profiter d’être à Logue Town afin de ramasser quelques informations sur GrandLine. Après tout, le port était connu comme étant un véritable avant-poste avant la route de tous les périls et il était certain qu’un ou deux pirates y était déjà allé et en était revenu et qu’il raconterait volontiers son histoire à qui lui paierait une petite chopine. Il n’en avait pas parlé à Hanami car il savait qu’elle aurait refusé d’amasser des informations, préférant l’aventure inattendue. Mais Mugen s’était dit qu’avoir un ou deux coups d’avance pourrait peut être se révéler utile en fin de compte.

Il était donc partit en quête de vétéran de la piraterie ayant sillonné GrandLine de long en large mais ne trouva pas 10 personnes pour bien vouloir lui en parler. Quatre s’était révélé des escrocs qui monnayaient de fausses infos, deux n’était jamais monté sur un navire de leur vie mais assurait pouvoir décapiter un roi des mers en deux temps et trois mouvements et deux autres étaient tout simplement trop bourrés pour raconté des choses intelligibles.

Et lorsque enfin on le dirigea vers une personne on ne peut plus sérieuse, Mugen avait dût lui tenir le crachoir pendant deux heures pour finalement arriver à la conclusion que le type avait navigué partout, sauf sur GrandLine. Bref, une vaste fumisterie. Aussi était-il terriblement tard lorsqu’il se décida à rentrer à l’hôtel bredouille. Il se demandait qu’elle excuse il servirait à Hanami quand il entendit des bruits dans un recoin de ruelle suivit d’une lueur bleu inimitable.

*Hanami ? Que fait-elle ici ?*

Intrigué, il se dirigea vers l’endroit et vit sa capitaine, visiblement pas au mieux de sa forme, qui était en train d’adresser la parole à une pancarte en bois représentant un pirate tenant un pistolet à la main et un panneau dans l’autre où il était inscrit :

Pistolet Silexio ! Si vous avez dut tirer deux fois pour le tuer, c’était pas un Silexio !
Disponibilité dans la limite des stocks.


Hanami était appuyé sur l’épaule du faux pirate et lui souffla :

« Heeeeeeey ! Tu sais que je te cherchais partout, toi.. ? Je m’inquiète, parfois ! Préviens-moi au moins quand tu t’en vas ! »

Mugen soupira. Il voyait le tableau d’ici, elle s’était inquiété pour lui et avait fait le tour des bars à sa recherche. C’était de sa faute à lui. Il se prit la tête dans sa main et se dirigea vers elle.

« -Je suis là Hanami ! »

Il l’attrapa par en dessous de l’épaule et se mit à marcher en direction de leur hôtel. Il n’y avait pas un chat à cette heure dans les rues et seules des éclats de voix se faisaient entendre, témoignant de l’ambiance encore festive qui régnait dans certains bistrot encore ouvert.

« -Désolé d’être partit sans prévenir, mais tu n’étais pas obligé non plus de faire la tournée des bars pour me retrouver ! »

Il n’avait cependant pas fait 100m que quelque chose clocha. La ruelle qu’il devait traverser pour rejoindre leur destination était plongée dans le noir et une ombre imposante semblait emplir tout l’espace droit devant.



Revenir en haut Aller en bas
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Jeu 8 Mar - 2:00





PREMIÈRE RENCONTRE

Logue Town, une île d'East Blue que je connaissais pas ou pour dire vrai c'était la première île en dehors de Grand Line sur laquelle je posais le pied. Après mes multiples mésaventure là-bas et, même si ça me fait chier de l'avouer, mes multiples humiliations. J'avais pris conscience qu'avant de retourner sur cette mer dangereuse je devais faire mes preuves ici, sur les Blues. Après je pourrais retourner sur la route de tous les périls et j'irais foutre un putain de branlé à tous ces enfoiré qui se sont foutu de moi! Tss... Rien que le fait d'y penser me fou la rage!
Enfin bref on s'en tape, c'est du passé. J'étais arrivé ici depuis deux jours, durant le premier j'avais fait le tour de l'île pour prendre mes repères et pouvoir me situer. Il n'y avait rien de bien intéressant faire ici... Où plutôt rien de bien intéressant pour quelqu'un de normal! Mais pour moi c'est déjà devenu mon petit coin de paradis! Les tavernes ici et là où on pouvait y boire jusqu'à ne plus savoir marcher, personne ne vous disait rien, personne ne vous regardez de travers. Sérieux c'était le pied! Et en plus j'avais réussi à trouver de la Weed! Je pensais qu'il n'y en avait que sur Grand Line mais je m'étais trompé, elle n'était pas top mais bon je devais m'en contenter. Bien que je me sentais bien ici je savais qu'il fallait que je me bouge, si je voulais me faire un nom et fonder ma ligue criminel fallait que je me fasse un nom, que je rencontre des gens et que je foute un gros bordel aussi! Je ne voulais pas perdre de temps, il fallait que je passe rapidement à l'action car j'avais trop envie de retourner là d'où je viens.

J'étais donc à Logue Town depuis deux jours, je me baladais tranquille dans la rue en finissant de fumer mon pilon. Y'avait tellement de marines qu'il fallait que je me calme, le simple fait de les avoir dans mon champ de vision me donnait envie de les massacrer... Heureusement pour eux qu'ils étaient nombreux et qu'un de leurs QG sur trouvait sur l'île sinon je ne me serais pas fait prier et je les auraient exploser direct! Enfin pour le moment j'étais en train de chanter à haute voix, celui qui oserait me dire quelque chose se prendrait une grande claque dans la gueule!

-Des fois j'aimerai m'envoler juste pour pouvoir les feinter

J'ai toujours de la conso calé j'roule un tarpe pour m'évader

J'suis comme Mitsukane, putain j'kifferai gambader
M'barrer loin de cette merde et péter toutes ces portes blindées...


Je fus stopper net dans mes rimes! J'étais à hauteur d'un hôtel quand une femme ou plutôt une bombe atomique ouvrit la porte pour en sortir... Elle tellement magnifique que j'avais limite de la bave qui coulait! Elle ne semblait pas m'avoir vu heureusement et j'avais décider la suivre, je ne comptais pas lui faire de mal au contraire mais je voulais l'accoster, la connaître et bien entendu me la faire!! Mais bon avant ça il fallait ne pas l'effrayer et faire les choses bien, faut travailler le terrain comme on dit. J'étais très étonné de voir qu'elle allait de taverne en taverne pour picoler, à chaque fois j'en faisait de même, je buvais toujours la même chose qu'elle en quantité identique. Seulement voilà mon corps de titan me permettait d'encaisser de boire énormément mais, ça ne semblait pas être le cas pour cette demoiselle bien qu'il fallait le reconnaître, pour une femme, elle tenait bien l'alcool! Je n'étais plus intéressé uniquement par son physique de rêve mais aussi par elle. C'était rare de voir une femme boire autant sans tomber et j'aimais ça, elle m'intriguait et me donnait de plus en plus l'envie de la connaître.
Puis la nuit tomba et les rues devinrent sombre, si bien qu'il était difficile de voir correctement. La jeune femme ne marchait plus droit et je comptais lui proposer mon aide. Seulement voilà je fut devancer par un type qui à côté de moi ne payait pas une mine! Son petit ami? Je n'en avais aucune idée mais je comptais bien le découvrir, il l'aida donc à marcher et moi, connaissant la ville je fis demi-tour pour emprunter une petite ruelle qui allait me mener devant eux. Nul doute qu'avec ma carrure ils devaient m'avoir aperçut, l'homme c'était même stopper tandis que moi je marchais tranquillement vers eux jusqu'à me trouver devant leurs nez. Ce type était si ridicule devant moi que j'avais envie de l'envoyer valser dans le décor, il semblait si faible... Qu'es-ce qu'elle pouvait bien lui trouver? Avec sa tête d'enfant... Il me faisait pitié sérieusement.
Sans même lui porter d'attention je m'adressais à la demoiselle, faisait comme si l'autre n'était pas là.


-Bonsoir jeune demoiselle, Momoji Hamano pour vous servir. Je pourrais connaître le nom de la charmante créature en face de moi? Si vous voulez je peux vous prêter mon épaule et telle une princesse je vous porterez.

Je sentais que l'homme était agacé et ça pouvait se comprendre, je le regardais du haut de mes 2m32 avec un grand sourire aux lèvres. J'étais resté poli et avait même adopter un langage qui n'était pas le miens pour m'adresser à la jeune femme mais je m'adressais d'une toute autre façon pour son cas...

-T'es qui toi? Tu peux rentrez chez toi gamin je vais m'occuper de la demoiselle, elle pourrait devenir la femme du futur plus grand criminel que le monde n'a jamais connu... Je pensais trouver des gens pour foutre un bordel à la base mais quand je te vois je me dis que je ferais mieux de taffer en solo...

Je voulais me battre avec ce type mais juste voir s'il était capable de s'énerver, je voulais savoir s'il avait des couilles. Je le regardais avec un peu plus d'attention et je vis qu'il avait une arme, un katana pour être plus précis. J'avais déjà manier ce genre d'arme et je pouvais déjà dire qu'il était faible pour utiliser des armes mortelles comme ça, un bonhomme un vrai n'as pas besoin de trancher ou transpercer pour tuer, sa force brute lui suffit! Son arme venait de me donner une idée, j'allais le provoquer en duel tous simplement!

-Ecoute garçon j'ai un truc à te proposer, on va voir si t'as des couilles. On se fait un petit duel, si t'arrive à me battre je taille mais dans le cas contraire tu dois me laisser ramener la demoiselle chez elle.

Je fis un pas en arrière tout en le fixant droit dans les yeux, en faite qu'il le veuille où non il allait devoir me défier. Même si ce n'était pas ma première intention on va dire que j'avais eu une pulsion! J'enlevais un par un mes poids en commençant par les plus léger c'est à dire les grosses cordes aux chevilles, ensuite ceux qui se trouvait sur mes biceps et pour finir mes espèce de gros gants en métal qui me servait soit pour frapper fort soit pour me protéger. Bien entendu j'avais pris soin à chaque fois de bien les laisser tomber au sol pour montrer au petit rigolo à quel point ces poids pesaient lourd! Javais dégainé mon épée mais celle-ci ne voulait pas se battre contre ce type, même si je ne comprenais tous ce qu'elle me disait je pouvais ressentir ce qu'elle voulait et là, elle m'interdisait de l'utiliser contre le moustique... C'était dommage parce que grâce à elle j'aurais pu en finir très rapidement. De ce fait je l'avais remise dans mon dos et j'avais pris ma massue de guerre, j'attendais qu'il m'attaque...

-Allez viens voir tonton, je vais te montrer ce que c'est un homme, un vrai!



[/left][/justify]
[/font]


_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanami Aylen

avatar


Messages : 74
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Dans vos coeurs.

Feuille de personnage
♦ Niveau:
20/50  (20/50)
♦ Expérience :
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Jeu 8 Mar - 15:22




Le ridicule ne tue pas.


Hanami était totalement larguée. Son second s’était transformé en pancarte, où le contraire. Son regard fixait dans le vide avec un petit sourire bête, regardant le jeune homme qui se trouvait à quelques pas d‘elle. Il l’attrapa en dessous de l’épaule et commença à la conduire à l’hôtel. Lorsqu’il s’excusa d’être parti, la blonde avait perçu dans son intonation qu’il la sermonnait. Elle s’était contentée de faire un gémissement boudeur en guise de réponse, incapable de se défendre. Mais ses enfantillages furent bientôt qu’en second plan. Un espèce de monstre s’approcha d’eux, si bien que Hanami ne put s’empêcher d’émettre quelques flammes bleues pour le détailler en silence. Oui, il était humain. Mais sa carrure l’impressionna à un point où elle en fut intimidée. Évidemment, la Capitaine n’en montra rien, faisant un sourire malicieux tandis qu’elle levait la tête pour pouvoir le regarder dans les yeux, chose qu’elle trouvait plutôt humiliante.

Déjà qu’elle était égarée dans ses pensées, le mastodonte sema encore plus le trouble dans ses pensées. D’abord, il la draguait en la flattant, puis il s’en est pris à Mugen, le bougre. Le monologue se termina rapidement. L’histoire était simple. Hanami était désormais une carotte destinée au vainqueur d’un pseudo combat, si elle avait bien compris. Cela l’agaça fortement. Elle n’était pas le genre de femme à brandir comme un trophée, et en plus, elle le connaissait pas ! La pirate se souvenait à peine de son prénom : Momoji. Celui-là, il allait prendre cher. Mais dans son état, elle était incapable d’aider Mugen.

    « -Ecoute, mec, j’crois que t’as pas compris quelque chose, siffla-t-elle d’un ton sec. Un, j’suis pas un trophée, et deux, tu peux toujours crever pour me sauter. Bon, éclatez-vous les gars, j’rentre à l’hôtel.»


L’espace de quelques secondes, on aurait pu croire qu’elle était non alcoolisée. Mais dès que la capitaine lâcha son second qui la maintenait, elle manqua de trébucher. Tentant de ne pas trop tituber, la blonde jeta un regard sur les deux hommes. Même si elle paraissait fière et sûre d’elle, Hanami avait énormément peur pour son second. Ce Momoji semblait être d’une force colossale, et bien que Mugen était avant tout un rapide, ce combat serait loin d’être facile. Elle croisa les doigts, décidant de lui faire entièrement confiance. Mais il était bête de laisser une telle pointure foutre le bordel tandis qu’elle avait un moyen de le recruter. Bouh, cela devenait bien trop compliqué pour Hanami.

    « - Mugen, quand tu l’as battu, tu me le ramènes, hein ? Il a l’air intéressant. »


Ces paroles avaient un double sens. Elle était désormais sûre que si Momoji blessait son second, il pourrait s’en tirer. A part s’il était totalement con, le bourrin ne le tuerait pas en sachant que Hanami lui en voudrait et ne s’intéresserait plus à lui. Bien que ce n’était pas de la science exacte, la blonde n’arriva pas à réfléchir plus. Normalement, elle savait parfaitement bien analyser les gens et improviser grâce à cela, mais dans son état, c’était carrément impossible.

La Capitaine osa quelques pas, mais la fatigue la frappa d’un coup et elle tomba raide, à même le sol. Eh bien, tant pis. Elle ne passerait pas le reste de la nuit à l’hôtel, mais au moins, dès la fin du combat, elle était à leur disposition juste à coté.

| Je vous laisse vous battre en paix. Je vous prévenez à la fin. (; |

_________________ ~♫

Hanami Aylen

« Don't be told what you want,
Don't be told that what you need,
There's no future, there's no future,
There's no future for you. »
SEX PISTOLS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Lun 12 Mar - 12:49









Lorsque Mugen vit Momoji pour la première fois, il s’était dit que ce type était visiblement en train de chercher les embrouilles. Un genre de type comme on pouvait en croiser des dizaines à cette heure de la nuit. Le fait qu’il soit plus grand et plus massifs n’était au final qu’un détail. Le bretteur en avait déjà vu des comme ça, tellement sûr de leur force qu’ils sous-estimaient tout ce qui croisait leur regard. Jusqu’à ce que Mugen arrive et qu’ils leurs apprennent qu’ils ne sont que de simples hommes fait de chair tranchées et d’os cassés.

Lorsque Momoji dragua la capitaine, Mugen s’était dit que ce type était en fait un stalker qui avait lui aussi succombé au charme de la capitaine et se tenait prêt à trancher au moindre geste ou grommellement d’Hanami qui aurait pu passer pour un « Débarrasse-moi de ce type vite fait. »

Lorsque Momoji le défia, lui, Mugen ne sut quoi penser. Le but de la manœuvre lui échappait. Il en déduisit que le géant était légèrement alcoolisé lui aussi et qu’il ne savait pas ce qu’il voulait.

Mugen était cependant beaucoup plus préoccupés par l’état d’Hanami que par les vantardises et les provocations de ce type. Aussi l’ignora t-il superbement lorsqu’il le provoqua en duel pour sa capitaine. Mais c’était sans compter sur Hanami. Lorsque le géant avait enlevé les poids qui l’entravaient, elle se dégagea vivement du support que lui offrait Mugen.

Après avoir un peu titubé, elle se retrouva fière et droite comme la capitaine pirate qu’elle était vraiment et pendant un court instant, Mugen crut qu’elle était en état de carboniser elle-même l’impudent qui avait eu le culot de les aborder. Elle dit simplement :

« - Mugen, quand tu l’as battu, tu me le ramènes, hein ? Il a l’air intéressant. »

Puis elle s’effondra ivre morte un peu plus loin. Mugen soupira une nouvelle fois et se tourna vers Momoji, le regardant plus attentivement. C’était une montagne de muscle, sans aucun doute et il avait cette lueur dans le regard qui laissait penser qu’il était fou. Le genre de type pour qui Hanami avait un faible dirait-on. Après tout, ils avaient déjà un schizophrène dans l’équipe. Comme arme il avait un sabre et une massue. Mugen crut également discerner une arme à feu. Mais ça ne l’inquiétait pas. Lui n’avait besoin que de son sabre devant lequel n’importe quelles autres armes se pliaient.

« -Bon, les ordres sont les ordres. La capitaine veut te recruter alors je veux bien me battre avec toi… pour voir ce que tu vaux.»

Le bretteur dégaina Harusame.

« - Avec Hanami on prévoit de naviguer sur GrandLine, et si tu dois venir avec nous, il vaut mieux que tu soit aussi fort que tu en as l’air, donc ne t’attends pas à ce que je te fasse de cadeau. »

En deux pas rapide il fut assez proche de son adversaire et sauta à hauteur de son visage. De sa main gauche, il fit semblant de donner un coup de sabre en direction de l’épaule de Momoji et de la droite, il lui envoya son poing dans le nez.

« Ca, c’est pour m’avoir traité de gamin ! »



Revenir en haut Aller en bas
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Mer 14 Mar - 19:59





DUEL AU CLAIR DE LUNE




La jeune femme bien que pleine comme une vache m'avait répondu assez sèchement ce qui, je dois l'avouer m'avais étonné mais, cela m'avais fait sourire.

« -Ecoute, mec, j’crois que t’as pas compris quelque chose. Un, j’suis pas un trophée, et deux, tu peux toujours crever pour me sauter. Bon, éclatez-vous les gars, j’rentre à l’hôtel.»

-Non tu es bien plus qu'un trophée rassure toi, pour ce qui est du reste nous verrons. Je n'ai pas pour habitude d'abandonner.

« - Mugen, quand tu l’as battu, tu me le ramènes, hein ? Il a l’air intéressant. »


Une chose était certaine, elle devait avoir confiance en son second pour le laisser m'affronter. Il ne semblait pas avoir peur et n'avait pas daigner répondre à mes provocations. La femme s'était écroulé juste après avoir parler. Mugen, c'était le nom de mon adversaire du soir. Après que sa capitaine ait perdu connaissance il prit la parole, il avait l'air sûr de lui, un peu trop à mon goût. S'il croyait que je n'était qu'une masse de muscle sans cervelle il allait être très surpris!

« -Bon, les ordres sont les ordres. La capitaine veut te recruter alors je veux bien me battre avec toi… pour voir ce que tu vaux.»

Voir ce que je vaux hein, s'il savait ce que je valais justement il réfléchirait à deux fois avant de m'affronter! Il ne savait qui était Momoji Hamano hein?! J'allais lui montrer que je n'étais pas un petit rigolo et que je lui était supérieur!

« - Avec Hanami on prévoit de naviguer sur GrandLine, et si tu dois venir avec nous, il vaut mieux que tu soit aussi fort que tu en as l’air, donc ne t’attends pas à ce que je te fasse de cadeau. »

Il venait de dire quelque chose d'intéressant, il voulait allait sur Grand Line! C'est là-bas que j'avais grandit et bien que je n'avais pas eu l'occasion de voyager énormément, je connaissais le plus important, l'essentiel pour survivre sur cette mer sans pitié! En tout cas si Mugen ne parvenait pas à me battre, il allait devoir attendre avant de prendre la route de tous les périls car moi même je m'étais fait battre de nombreuses fois là-bas, les hommes y sont bien plus puissant que les Blues.

-Je doute qu'un gamin comme toi puisse naviguer sur Grand Line, j'ai vécu là-bas et crois moi c'est pas des petits rigolos. Si je suis venu ici c'est justement pour devenir plus fort avant d'y retourner, je vais pas te raconter ma life gamin mais laisse moi te dire ça. Si t'arrive pas à me battre tu peux zapper ton voyage sur Grand Line, il faut vraiment être très fort!

Suite à cela il dégaina son katana et se rua sur moi en essayant une feinte. Il fit mine de me trancher avec sa lame avant de me foutre son poing dans le nez, ne craignant pas du tout ce genre d'attaque je n'avais même pas bougé. Seul mon visage avait tourné sur la gauche, ensuite je le fixais avec un grand sourire tout en posant ma massue son épaule.


« Ca, c’est pour m’avoir traité de gamin ! »

-Tss, tu frappe pas plus fort qu'un gamin en tout cas... Ma force de frappe est militaire tu parles en coup de tête balayette! Tu comprends la diff"?


J'avais lancé ma massue en l'air de toute mes forces histoire d'avoir les mains libres, Il s'était approché de moi avec son attaque précédente et donc il m'allait être facile de l'avoir.S'il pensait que j'étais un gros lent il allait être étonné car après avoir enlever mes poids mon corps est bien lèger et mes muscles me permettent d'être aussi rapide que n'importe qui! J'allais utilisé ma capoeira, enchainant quelques techniques histoire de le tester et de lui montrer que je peux être agile et rapide également. J'avais commencé par un queixada baixa, je fis mine de lui mettre un coup de pied au visage pour subtilement lui toucher les cotes, puis un beija flor pour le toucher au niveau des abdominaux pour finir par un leg parafuso pour le toucher pleine tête! Je ne savais pas s'il allait pouvoir esquiver tout ça mais mes coups étaient violent, je n'y mettais pas toute ma force car mon but n'était pas de tuer cet homme mais le fait d'avoir enlevé mes poids me rendait plus léger et sans vraiment le vouloir mes attaques était assez puissantes. Que voulais vous je suis un guerrier, un bourrin et j'ai du mal à retenir mes coups!

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Après avoir effectué cet enchainement j'avais rattrapé ma massue avec ce qu'on appelle LA GRANDE CLASSE! Je regardais mon adversaire toujours avec ce visage moqueur, après cette démonstration de force, d'agilité, de vitesse mais aussi de technique il allait certainement changer d'avis sur moi et se rendre compte qu'il a faux sur toute la ligne. J'espérais qu'avec ça il allait me prendre au sérieux et enfin sortir les crocs, je voulais qu'il me porte une vrai attaque et pas une pichenette dans le nez!







[HRP: Assez court mais bon c'est un petit duel et non un combat, et puis comme Hanami est dans les pommes j'aimerai éviter de la faire attendre trop longtemps Wink]

_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Dim 25 Mar - 14:37









Le coup sur le nez n’avait pas eu plus d’effet qu’une brise printanière sur un arbre et Momoji regardait toujours fixement le bretteur avec un grand sourire. Mugen, intérieurement notait que son adversaire était loin d’être aussi bourrin qu’il en avait l’air et nota qu’il conservait son calme même dans cette situation. Un bon point pour lui.

-Tss, tu frappes pas plus fort qu'un gamin en tout cas... Ma force de frappe est militaire tu parles en coup de tête balayette! Tu comprends la diff"?

Niveau réplique par contre c’était pas encore ça.

Momoji lança ensuite sa massue en l’air et Mugen n’eut pas le temps de voir à quelle hauteur elle était monté que la montagne de muscle esquissa se qui semblait être un pas de danse. Il était surprenant de voir un corps si massif bouger avec autant d’agilité et de rapidité mais Mugen ne se laissa pas démonter pour autant et sauta en arrière pour éviter un coup à la tête qui ne vint finalement pas et ressauta une nouvelle fois en arrière pour esquivé un coup de pied à l’abdomen.

Momoji ne s’arrêta pas là et s’appuyant sur une main balança son corps par-dessus sa tête pour frapper à nouveau avec les jambes. Mugen n’eut que le temps d’esquiver en faisant une rotation sur le côté qu’un autre coup venant d’en haut l’attendait.

Il éprouvait une sensation étrange à combattre Momoji. Outre le fait que son adversaire mettait une puissance déraisonnable derrière chaque coup et qu’il n’avait pas encore utilisé ses poings, Mugen s’amusait à le combattre. Bien sûr, il prenait son adversaire au sérieux et le fait que ce dernier venait de GrandLine semblait rehausser encore d’un cran le challenge. Mais Mugen se sentait inspiré et il se surprit à sourire quand il vit le pied de Momoji foncer à grande vitesse sur son crâne avec la ferme intention de le planter dans le sol.

Il plongea sous l’adversaire pour esquiver le coup et se retourna. Momoji avait rattrapé sa massue qui avait décidément mis un certain temps à redescendre et regardait à nouveau Mugen d’un sourire moqueur. Hanami ne s’était pas trompé. Que ce soit en termes de force, vitesse ou agilité, Momoji était une recrue de choix. Et Mugen allait se faire un plaisir d’effacer ce sourire de son visage.

« -Pas mal du tout ! Mais accélérons un peu ! »

Il allait lui aussi réaliser un enchaînement de technique. En premier, il lança une large lame d’air horizontal qui fonça sur son adversaire en découpant tout ce qui était sur son passage et sans attendre il enchaîna avec une seconde lame d’air, vertical celle-là, au ras du sol qui fit une profonde entaille sur les pavés de la rue en direction de Momoji et enfin il s’élança lui-même vers son adversaire et tenant son sabre à l’envers effectua des rotations rapides sur lui-même dans l’intention de déchirer le vent, la chair et les os qui se trouvait devant lui. Le tout était effectué à très grande rapidité afin de laisser le moins de temps possible à Momoji de souffler.

Son sabre sifflant dans l’air, rappelant le bruit d’une averse, Mugen se sentait bien. Peu importe ce qui arriverait, il se savait de taille à le gérer.





Détail Technique : Attaque lancé dans l'ordre :
-Vent Tranchant Horizontal
-Dents de la Terre
-Averse de Printemps

Plus de détails ici
Revenir en haut Aller en bas
Momoji Hamano

avatar


Messages : 39
Date d'inscription : 12/11/2011

Feuille de personnage
♦ Niveau:
18/50  (18/50)
♦ Expérience :
61/180  (61/180)

MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    Mer 28 Mar - 16:01





DUEL AU CLAIR DE LUNE



Le pirate avait esquivé chacune de mes attaques, non sans mal certes mais, moi j'étais satisfait. S'il s'était retrouvé à terre après mon premier assaut j'aurais été fort déçu. Il avait l'air coriace pour un moustique, je pense sincèrement l'avoir sous-estimé et de son côté il en était de même. Notre petit duel allait devenir intéressant j'en étais certain! J'allais le battre, je n'avais aucun doute dessus mais la tâche n'allait pas être aisée.
Je souriais toujours en le regardant mais cette fois ce n'était plus pour me moquer de lui ou le provoquer, non cette fois je souriais car j'étais content! Autrefois mes adversaires étaient soit bien trop faible soit beaucoup plus fort que moi ce qui m'empêchait de progresser, de m'améliorer. Je pense que c'est grâce à des gens comme Mugen que j'arrivais à apprendre d'avantage et d'ailleurs, il était bretteur et semblait doué dans la maniement de la lame. Moi j'avais un des meilleurs sabres au monde, j'aurais pu le lui donner mais je doute qu'il puisse manier une arme aussi lourde et aussi grande que ma Frostmourne. En revanche s'il devenait mon nakama il pourrait certainement m'apprendre à manier la sabre et ainsi je deviendrais bien plus fort! Cette lame maudite possédait un grand pouvoir dont j'ignorais tous, peut-être qu'en améliorant mes capacités au sabre elle me laisserait en apprendre plus sur elle... Frostmourne était tellement arrogante, elle n'en faisait qu'à ça tête... Un peu comme moi en vérité.


-Pas mal du tout ! Mais accélérons un peu !


Bref retournons à notre combat car, une averse se préparait! Ce fut tout d'abord une lame d'air lancé horizontalement que j'avais esquivé d'un grand saut en l'air grâce à mes puissantes jambes, je ne m'attendais pas à en recevoir une seconde qui cette fois était lancé verticalement, déracinant les pavés qui jonchait la route. l'attaque était rapide et bien que mon corps soit aussi résistant que la roche il allait certainement se faire trancher par cette lame d'air. Sur ce coup là je n'avais pas énormément de solution, je mis mon imposante massue en opposition en la tenant fermement de mes deux mains. L'attaque était tellement puissante qu'elle me fit reculer de plusieurs mètres avant que je ne parvienne à la détourner, j'y avait laissé au passage des trainés de pieds sur la chemin! Je leva ensuite la tête vers Mugen qui semblait ne plus s'arrêter et il avait raison! Il ne me laissait pas une seconde de repos, je n'en avais pas besoin de toute façon puisque la duel ne faisait que débuter mais j'aimais cette attitude! Je pouvais voir dans ses yeux l'envie de ma battre, ce pirate était déterminé il n'y avait aucun doute. En vérité je commençais à l'apprécier et entre nous, se battre avec quelqu'un est la meilleure façon de le connaître je pense.
Bref, il tenait son sabre à l'envers et tournait sur lui même tout en se rapprochant de moi. Comme s'il voulait faire de moi de la viande haché! Il voulait me manger? Ahah la blague! On ne mange pas un prédateur, surtout quand celui-ci se situe au sommet de la chaîne alimentaire. Le problème était de trouver une solution pour parer l'attaque qui était assez spéciale.
Frostmourne était derrière moi, toujours planté dans le sol et je pouvais sentir son ennui. Elle me disait de ne pas trop tarder sur ce duel, elle était agacé et me le faisait savoir. Inutile de préciser que cela n'avait aucun effet sur moi, je prenais un certain plaisir et je n'allais pas m'en priver! Enfin passons, l'heure est venu de contrer l'attaque de second des phoenix.


-Shiver!

Je tenais ma massue à deux mains en pointant l'extrémité vers le sol puis, à l'aide de ma force colossale je frappais le sol d'un unique coup ce qui créa une fissure dans le sol qui se dirigeait vers le pirate. Il tournait toujours sur lui même en avançant et ce tremblement du sol que provoqué la fissure allait très certainement le déséquilibrer, ainsi son attaque n'aurait plus d'effet et si j'avais de la chance il se bloquerait le pieds dans la fissure. Dans le meilleur des cas il ne pourrait pas enlever son pieds! J'espérais au moins qu'il trébuche tout au moins.
Je devais ensuite enchaîner rapidement, je ne voulais pas le frapper directement avec mon arme car ayant du mal à me contrôler je risquerais de lui briser des os et de le mettre dans un sale état. Une chose que la charmante princesse au sol n'apprécierait pas du tout, il fallait que je le batte mais sans trop le blesser et c'était franchement pas facile! Pour dire vrai je ne voyais aucune attaque qui ne pouvait pas le blesser... Et puis merde! J'en avais marre de réfléchir à ce que je devais faire, depuis quand je suis gentil moi hein? Il aura ce qu'il mérite et puis c'est tout, c'est le prix à payer quand on m'affronte!


-Arrête de me sous-estimer gamin! Impact!

Comme si je tenais un sabre, je pointais ma massue vers Mugen et, frappant de toutes mes forces dans le vent de la même manière qu'il le faisait pour ses lames d'air, j'envoyais moi une onde d'air très compact qui se dirigeait à toute vitesse sur lui. Il ne pouvait pas être trancher et par conséquent cette attaque n'était pas mortel, sauf s'il la prenait dans la cage thoracique et que celle-ci se briserait sous le choc! Comment allait-il réagir? Après une démonstration de mon agilité je lui montrais toute l'étendue de ma force, je lui montrais à quoi ressemblait le guerrier parfait. Je restais sur mes gardes à l'affût du moindre de ses gestes, qu'il soit touché ou pas il allait certainement contre-attaquer...








_________________ ~♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre cas sociaux, on se comprend.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre cas sociaux, on se comprend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre génie on se comprend! [Pv: Gilles de Rais]
» Entre paumés, on s'comprend ! Ou pas en fait... | ft. Nuage de Lumière
» Des travailleurs sociaux cubains aident à l'économie d'énergie en Haiti.
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renaissance V3.0 :: ¤¤ Role Play ¤¤ :: ¤ Sea's Blue ¤ :: East Blue :: Logue Town-